La bosse du crime explorée par un universitaire rouennais

Histoire judiciaire. « Science » oubliée, vilipendée, la phrénologie a eu son heure de gloire et a laissé son empreinte.

Il n’y a pas si longtemps, un candidat à l’élection présidentielle française prétendait « dépister » les comportements criminogènes chez les enfants en maternelle… Lier en somme les caractéristiques physiques ou physiologiques d’une personne à son aptitude, à son déterminisme au crime. C’est tout le débat entre le libre arbitre et la nécessité, un débat qui n’est pas clos. N’examine-t-on pas aujourd’hui, avec des outils qui feront peut-être sourire comme la phrénologie, la « dangerosité criminologique » d’un individu à l’aune de la psychiatrie, avec des périodes de rétention à la clé ? La neurobiologie ne tente-t-elle pas de déterminer des zones dans le cerveau déterminantes pour le langage, la logique, etc ? …

Pour en savoir plus voir le billet publié le 28 février 2016 sur le site Paris Normandie


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 1 mars 2016

    […] La bosse du crime explorée par un universitaire rouennais […]