La marque de l’infamie. La flétrissure au fer rouge à Toulouse au XVIIIe siècle.

Procédure criminelle opposant Suzon Segenaud, plaignante, à plusieurs femmes pour cas de vol ; ces pièces sont exceptionnellement conservées dans leur sac à procès, le dernier du genre pour les procédures criminelles des capitouls. Archives municipales de Toulouse, FF 743 (en cours de classement), procédure du 30 juillet 1699.

Procédure criminelle opposant Suzon Segenaud, plaignante, à plusieurs femmes pour cas de vol ; ces pièces sont exceptionnellement conservées dans leur sac à procès, le dernier du genre pour les procédures criminelles des capitouls. Archives municipales de Toulouse, FF 743 (en cours de classement), procédure du 30 juillet 1699.

La page mensuelle « Dans les bas-fonds », sur le site Internet des Archives de Toulouse, nous plonge ce mois-ci dans l’univers de l’application des peines sous l’Ancien Régime, plus précisément dans la pratique de la marque ou flétrissure au fer rouge à Toulouse au XVIIIe siècle.

Le court billet introductif donne accès au téléchargement d’un dossier complet comprenant un article consacré à cette flétrissure ainsi que le fac-similé intégral d’une procédure criminelle de 1735 dont la sentence fut la fustigation, la marque V sur l’épaule et le bannissement.

Ce dossier, illustré par de nombreux exemples de cas toulousains, veut d’abord éclairer sur les circonstances et les gestes de ce châtiment à la fois afflictif et infamant, mais encore livrer aux chercheurs des pistes pour les études futures et offrir un véritable catalogue de sources d’archives à exploiter parmi le fonds des procédures criminelles des capitouls.

Lire la suite sur le site des Archives municipales de Toulouse.


Vous aimerez aussi...