Le château de Cadillac : d’un château d’apparat à la maison centrale de force et de correction pour femme par Alison Colombel

Le château de Cadillac, situé dans de le département de la Gironde, est construit à la demande de Jean-Louis de Nogaret de la Valette alors Duc d’Eperon (1554-1642) et favoris d’Henri III. Pour construire le château, une partie ancienne de la ville a du être rasée. De plus ce dernier, dont la construction et l’aménagement intérieur coûtèrent une somme considérable au Duc d’Eperon, est considéré aujourd’hui comme un chef d’œuvre : le château, les douves, les jardins ainsi que la porte du potager sont classés au titre des monuments historiques (1875 pour le château, les douves et les jardins, 1965 pour la porte du potager).
Château de Cadillac


La construction se fait en trois temps :

. Un premier chantier débute en 1598 et est dirigé par Pierre Souffron. Ce dernier va construire Le pavillon central et la partie septentrionale du corps de logis.
. De 1603 à 1616 Gille de la Touche Aguesse construit la partie méridionale du corps du logis.  
. Enfin une dernière phase se déroule de 1626 à 1634 où l’aile opposée au logis, la clôture et le portail sont construit.

Cependant quelques années plus tard, en 1661, le château est abandonné puis repris par de nouveaux propriétaires. Cependant très vite, le château est démembré d’une de ses ailes faute de moyen pour l’entretenir et les pierres sont vendues. 
Malgré cela quelques travaux vont néanmoins être réalisés comme par exemple le remplacement des toits ardoise par des toitures à croupes de tuiles creuse.
Au moment de la Révolution, le château de Cadillac est abandonné puis restitué sous l’Empire à son propriétaire qui le vend, par la suite, à l’Etat le transformant au début du XXème siècle, suite aux faveurs des premières prisons départementales en prison pour femme. Il le restera jusqu’en 1890, avant de se transformer en « école de préservation de jeunes filles » puis en maison de redressement sous la surveillance des Sœurs de la sagesse.

La maison centrale de force et de correction pour femmes : 1822-1890

Réaménagement du château


Ce passage du château d’apparat à celui de prison pour femme se fait très vite après la Révolution de 1789. En effet, le fonctionnaire girondin à qui appartient le château n’a pas les moyens d’entretenir pareil demeure. Le 24 février 1818 parait alors une ordonnance royale autorisant l’achat du château de Cadillac par l’Etat. La vente a lieu quelques mois plus tard.


C’est l’architecte Poitevin qui va devoir réaménager tout l’intérieur du château afin de le transformer en endroit carcéral. Les appartements vont avoir des ouvertures occultées et vont être transformés en infirmerie, chapelle et dortoirs. Les sous-sol seront destinés aux réfectoires et aux cachots. Quant aux ailes, une logera l’administration pénitentiaire, l’autre les ateliers de travail.


Les femmes qui y seront enfermées sont avant tout d’origine locale et rurale, le plus souvent admise en maison centrale de force et de correction pour infanticide ou avortement volontaire. Des reproductions des registres d’époque témoignent de ces incarcérations au nom de  » la morale et de la vertu « .
Les règles de vie 
Un règlement de fonctionnement de la prison à été mis en place le 28 mars 1822 :
« Au premier coup de cloche du matin, les détenues se lèveront et s’habilleront en silence, elles secoueront leurs effets du coucher et les dresseront, ensuite chaque détenue se tiendra debout au pied de son lit pour répondre à l’appel et participer à la prière qui sera récitée par celle que le directeur désignera dans chaque dortoir. Au second coup de cloche, les détenues sortiront des dortoirs et feront le service de propreté selon l’ordre et les besoin de l’établissement ensuite elles se rendront dans les ateliers. Lorsque la dernière cloche du soir sonnera, les détenus se rendront en bon ordre et en silence dans les dortoirs, chacune debout devant son lit répondra à l’appel et entendra la prière après quoi elles se coucheront. Les dortoirs fermés le plus grand silence doit régner, celles qui se permettront de parler, de chanter ou crier seront punies. Il ne sera permis d’appeler qu’en cas de maladie. L’heure du lever est fixé à quatre heures en été, six en hiver. L’heure du coucher est fixée à neuf heures, elle doit coïncider avec le service. »
Les règles journalières qui s’imposent aux femmes sont assez dures : travail forcé, silence, prières obligatoires. Le tout avec des conditions matérielles et sanitaires déplorables.


Promenades des femmes détenues à Cadillac

Les conditions de vie 
Tout d’abord, nous pouvons citer le nombre de lieux d’aisances qui se comptent au nombre de 7 pour 360 femmes qui sont installées dans cette prison en 1822. Le nombre de femme admises en 1884 atteindra quant à lui le nombre de 478. Mais ce n’est pas tout, les rations alimentaires sont insuffisantes aux besoin nutritionnels de ces femmes affectées à un travail journalier estimé à 13h par jour (travaux de couture à la main, mécanique, amidonnage, repassage, filature, ganterie, tissage, tricot, broderie, tonte de peaux pour la chapellerie). 
Pour compléter ces conditions de détention nous pouvons citer quelques passages d »un article, paru sur le site spiritualité 2000, sur le père Lataste qui, en 1864, a été envoyé prêcher une retraite pour les femmes condamnées aux travaux forcés à la prison de Cadillac. Il les a appelé à donner leur vie à Dieu dans le cadre de la vie pénitentiaire, à la façon dont des religieuses pouvaient le faire dans un monastère. 
Dans l’article, on peut alors lire : « La gisante se relève doucement, tout son corps est meurtri », « Le froid, la faim, la soif et la saleté l’ont rendue méconnaissable », « Elle n’est plus que le fantôme d’une jeune et jolie personne », « La température idéale pour la conservation du vin n’est guère favorable aux hommes et aux femmes qui y séjournent… » en effet durant la première période, il n’y a aucune pièce chauffée hormis le dortoir des convalescentes, tandis qu’au contraire l’été règne une chaleur torride. 
Ces conditions de détention particulièrement dures feront que la prison de Cadillac comptera l’un des plus importants nombres de décès – notamment des suicides – de l’ensemble des maisons de femmes. En 1864, il s’élèvera pour cette seule année à 34, à 23 pour 1865 et 29 en 1866 
Fermeture de la maison centrale de force et de correction 
La fermeture des portes se fait le 27 décembre 1890. Cependant le ler juin 1891, le château reçoit un premier convoi de fillettes « délinquantes » mineures, âgées de 9 ans à 15 ans ! C’est donc en 1905, que le château devient alors « Ecole de préservation pour les jeunes filles » dont le régime répressif fut d’autant plus terrible que cette fois, il concernait des enfants et adolescentes. Cette institution fonctionna pendant plus de soixante ans et ne fermera que le 10 septembre 1952 suite à un incendie. 
Le château de 1954 à nos jours 
En 1954 le château de Cadillac fut transféré au ministère de la culture et de la communication, et ouvert au public par le Centre des monuments qui l’a reçu en dotation en 2007. Il a été restauré et sa valorisation mobilière permet aujourd’hui de se faire une idée de sa splendeur passée : lambris et plafonds peints, ainsi que les somptueuses cheminées monumentales de marbre et de pierre sculptée tout en laissant imaginé le visiteur ces femmes et jeunes filles qui se retrouvèrent ici dans de terribles conditions allant jusqu’à en mourir. 
Ce qu’il reste aujourd’hui de ce patrimoine carcéral 
Malgré la restauration récente du château, il reste néanmoins dans des parties inaccessibles pour le visiteur quelques éléments de cette prison carcérale pour femme au château de Cadillac comme par exemple ces lourdes portes en bois comprenant un guichet pour surveiller les prisonnières : 
                           

Porte en bois de l’ancienne prison de Cadillac

Quelques graffitis aussi à même la pierre avec très certainement les noms des détenues :
       
Graffitis comportant les noms des détenues

Dans les combles également se trouvait la partie dortoir où se trouvait des cages à poule plus conformément appelé les chambrettes . Ces cages à poule, qui étaient délimitées par un espace de 1,5 m sur 2m ne se fermaient que d’une seule façon : il fallait abaisser une manette et toutes les cellules se fermaient alors. Ces cages à poule se composaient d’un lit en métal ou en bois, d’un matelas et deux couvertures, d’une tinette (vase de nuit) et d’un broc à eau. 


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                
                                   

Photo des cages à poule de Cadillac


Une exposition en relation avec ce patrimoine carcéral 


Du 22 au 28 septembre 2012 le château de Cadillac, accueille Une prison dans la cité, une vision artistique de la prison contemporaine proposée par Jean-Christophe Garcia, artiste photographe majeur en Aquitaine. L’exposition est présentée par le Centre des Monuments nationaux, le ministère de la Culture et de la Communication (Drac Aquitaine) et Le Festin, revue d’art et éditions en Aquitaine, en lien direct avec l’histoire du château et en rapport avec la journée de béatification du Père Jean-Joseph Lataste.


L’exposition au château de Cadillac présente 12 photographies, natures mortes et paysages carcéraux, réalisées dans le cadre de ce projet. Elle est complétée d’une publication éditée par Le Festin, N° D’ÉCROU 1926, dans laquelle figure l’ensemble des photographies de la maison d’arrêt, prolongé d’un texte original écrit à l’invitation de l’artiste par Fred Léal. L’exposition comprend également un film vidéo de 15 minutes.

Sources :
Château de Cadillac « Une prison dans la cité » exposition de Jean-Christophe Garcia 22 septembre – 28 octobre 2012 
http://www.cahiers-entre-deux-mers.fr/2012/09/le-chateau-de-cadillac/ avec l’article de Colette Lièvre s’inspirant du libre écrit par Norbert Pouvereau « Les Blessures du château de Cadillac » édité par l’Association Saint – Blaise en 1999. 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search