Décloisonner les pratiques et connaissances relatives aux personnes placées sous mains de justice (Astrid Hirschelmann)

Depuis le début des années 2000, on assiste à une évolution importante de l’action sociale, y comprises les actions et pratiques autour de la délinquance. Non seulement les actions acquises sont remises en cause, mais on assiste aussi à une tension entre l’harmonisation et la personnalisation des pratiques. En ce sens, les prises en charge et parcours des personnes placées sous main de justice (PPSMJ) doivent répondre au mieux à leurs besoins individuels, ce qui implique des pratiques diversifiées et une prise en compte de facteurs et leviers multiples. Le traditionnel dialogue entre juristes et psychiatres s’avère aussi insatisfaisant qu’insuffisant autant en termes d’évaluation qu’en termes de suivi des PPSMJ. Ce n’est d’ailleurs pas faute des sciences et professionnels du psychisme d’alerter les politiques et la justice sur le fait que dangerosité criminologique rime rarement avec pathologie mentale et que la souffrance psychique requiert des réponses que la justice est rarement en capacité d’offrir. Pourtant la fin des années 90 a été fortement marquée par le débat autour la psychiatrisation du juridique, voire la judiciarisation du psychiatrique en démontrant les limites et abus d’un référentiel trop binaire sur le plan du management de la PPSMJ. Deux de nos précédentes recherches ont démontré les difficultés méthodologiques majeures en matière d’évaluation de la dangerosité de différents professionnels qui interviennent auprès des PPSMJ. On devait s’y attendre, car l’opérationnalisation scientifique du concept de dangerosité relève d’une mission impossible. Par ailleurs, les professionnels ne sont pas dupes des risques de récupération politique ni des limites éthiques quant à la toujours possible atteinte à la liberté d’autrui lorsqu’un avis sur l’état de dangerosité d’une personne quelle qu’elle soit est formulé…

Lire la suite de cet article de Astrid Hirschelmann sur Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2016, 4 mars). Décloisonner les pratiques et connaissances relatives aux personnes placées sous mains de justice (Astrid Hirschelmann). Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nd9f

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search