Le massacre de Srebrenica

« Srebrenica est enfin serbe. Nous offrons la ville au peuple serbe. L’heure a enfin sonné de notre vengeance contre les Turcs. » ~ Général Ratko Mladić

C’était en juillet 1995 . En pleine guerre de Yougoslavie, le 11 juillet 1995, 8.000 hommes et adolescents musulmans de Bosnie sont massacrés par des unités de l’armée de la République serbe de Bosnie, sous le commandement du général Ratko Mladic, dans l’enclave de Srebrenica. Un massacre qui signait l’impuissance de l’ONU, dont les casques bleus étaient censés protéger les populations sur la zone…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site de l’émission 2000 ans d’Histoire

Voir les ouvrages sur Srebrenica en cliquant ici.

Parution du livre le 14 septembre 2005 – Ce sont plus de huit mille hommes de la zone de sécurité de Srebrenica (soi-disant protégée par l’ONU), que les forces de Milosevic, Karadzic et Mladic ont exécutés en quelques jours, en juillet 1995. A deux heures et demi de Paris, ce massacre est le plus important commis en Europe depuis les crimes nazis. Le dernier génocide européen du XXe siècle. Des politiques, diplomates et militaires interrogés par l’auteur ont avoué les lâchetés et les complicités qui ont laissé le crime s’accomplir. Depuis, le mensonge officiel ” On ne savait pas, on ne pouvait pas savoir ” n’a plus cours : en fait, la chute de l’enclave était prévue et les massacres prévisibles. Pas un responsable qui n’ait su qu’ils étaient en cours, alors qu’il était temps de sauver des milliers de vies humaines. Mais pas un ne tentera de les arrêter. Entre raisons, secrets et crimes d’État, Srebrenica, un génocide annoncé révèle un scandale politique dans lequel sont impliqués l’ONU de Boutros Boutros-Ghali et de Kofi Annan, et une communauté internationale dont les dirigeants sont alors François Mitterrand, John Major et Bill Clinton ; mais aussi la ” chambre sans vue ” du Conseil de sécurité, les Services secrets, les mafias balkaniques, et la propagande de la presse révisionniste. Telle une enquête policière implacable, il démontre la trahison internationale et accuse les coupables.

Écrivain, réalisatrice et journaliste, Sylvie Matton est l’auteur de romans et d’essais, dont Moi, la putain de Rembrandt (Plon, 1999), traduit en dix-sept langues, Océane et les barbares (Plon, 2003) et Srebrenica, un génocide annoncé (Flammarion, 2005).
  • Éditeur : Flammarion (14 septembre 2005)
  • Collection : DOCS TÉMOIGNAGE

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse