Tambov : Le camp des Malgré Nous alsaciens et mosellans prisonniers des Russes

Vidéo en date du 03 nov. 1994Témoignage de Gérard Richert, ancien prisonnier du camp de Tambov, en URSS, durant la seconde guerre mondiale. Affecté à l’époque au commando de la mort, il explique en quoi consistait son travail et essaye d’évaluer le nombre de morts.

Pour en savoir plus voir la vidéo Ina

 

Tambov / le camp des Malgré nous alsaciens et mosellans prisonniers des RussesParution du livre le 30 octobre 2010 – Ils furent près de quinze mille Malgré Nous alsaciens et mosellans, incorporés de force dans l’armée allemande puis prisonniers des Russes, à être internés au camp de Tambov. Certains furent libérés assez rapidement, pour rejoindre les forces alliées, mais la plupart restèrent de longs mois en captivité, dans les privations et le froid, et surtout dans le plus grand désarroi moral, retenus prisonniers parce qu’ils portaient un uniforme qui n’était pas celui de leur pays. Beaucoup moururent sur place, de maladie, d’épuisement, de détresse. Tous ceux qui revinrent au pays après la guerre en restèrent meurtris à jamais, atteints au plus profond de leur âme.

Grâce à l’ouverture récente des archives russes, de nombreuses informations inédites commencent à éclairer les réalités contrastées de cet épisode majeur du drame alsacien et mosellan de la Seconde Guerre mondiale. Les meilleurs spécialistes et des témoins restituent Tambov, la difficile survie au camp, les retours, la recherche des disparus. Ils analysent aussi l’évolution du contexte géopolitique et idéologique, depuis les silences et les ambiguïtés des autorités soviétiques et françaises dans l’après guerre jusqu’aux récentes initiatives de coopération qui ont conduit à l’ouverture des archives comme à l’organisation de pèlerinages et de commémorations. Le temps de la reconnaissance et celui du travail historique sont venus.

Extrait du livre :

La fin du silence

Bernard Reumaux

La faim, le froid, l’injustice. Et puis le silence. Un long silence, aussi long qu’un interminable hiver russe, aussi étouffant qu’un linceul de neige.

Tambov égale silence. Silence de la grande majorité de ceux qui en sont revenus, silence dans les familles, silence des historiens, silence des archives, silence des écrivains et des artistes, silence de l’opinion publique. L’insoutenable silence des grands cris muets, des hurlements qui n’arrivent pas à sortir de la gorge. Silence de victimes dont la souffrance est niée, bafouée. Assourdissant silence qui n’a cessé, dans les décennies qui ont suivi la fin de la guerre, de jeter sa maudite chape de plomb sur toute une population, ballottée entre repli sur soi, culpabilité diffuse et exutoires sporadiques. Redde m’r nimm devun, «n’en parlons plus», professait avec sagesse Germain Muller, le chantre inspiré de l’«âme alsacienne». Qu’y avait-il en effet de mieux à faire en ces grises années-là ?

Il a fallu l’opiniâtre courage de poignées d’individus – anciens prisonniers, responsables d’associations, quelques élus, des historiens et journalistes – pour que la parole et la reconnaissance trouvent progressivement, très lentement, leur chemin. Les timides premiers retours en Russie dès 1990, sur les lieux mêmes du camp, ont conduit à des contacts avec les autorités russes. Puis a pu commencer un travail de recherche historique sur les archives de guerre soviétiques, entrouvertes après la perestroïka et désormais largement accessibles. Enfin, les échanges et pèlerinages qui se multiplient depuis quelques années permettent de dire que la parole est aujourd’hui libérée et que la reconnaissance s’installe.

C’est dans ce contexte nouveau que paraît, à l’occasion de l’exposition consacrée au camp de Tambov par le Mémorial de l’Alsace-Moselle à Schirmeck, un ouvrage collectif réalisé par des témoins et des chercheurs, des responsables d’associations, des élus et journalistes. Ils proposent un état des lieux serein, documenté, à partir des premières informations révélées par l’ouverture des archives russes. Ce livre offre ainsi une synthèse, la première, sur l’histoire du camp de Tambov, réorganisé fin 1942 par les Soviétiques pour regrouper notamment, à partir de 1943, les prisonniers de guerre originaires d’Alsace et de Moselle, incorporés de force dans l’armée allemande au mépris du droit international, contraints à se battre contre les frères d’armes de leur patrie.

  • Éditeur : La Nuée bleue

 

9782914729062Médecin à Tambov : mouroir des Alsaciens-Mosellans

Responsable(s) : Robert-Jean Klein

Hirlé , Strasbourg (janvier 2002)

Alsacien de souche, l’auteur a partagé le sort des Malgré-nous. Incorporé de force dans la Wehrmacht, au camp de rassemblement numéro 188 appelé le camp des Français. Comme médecin, il s’est attaché à suivre pas à pas ses compagnons sur le chemin de leur extrême détresse. ©Electre 2016


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. 13 mars 2016

    […] Tambov : Le camp des Malgré Nous alsaciens et mosellans prisonniers des Russes […]

  2. 13 mars 2016

    […] Tambov : Le camp des Malgré Nous alsaciens et mosellans prisonniers des Russes […]

  3. 13 mars 2016

    […] Tambov : Le camp des Malgré Nous alsaciens et mosellans prisonniers des Russes […]

  4. 14 mars 2016

    […] Tambov : Le camp des Malgré Nous alsaciens et mosellans prisonniers des Russes […]

  5. 14 mars 2016

    […] Tambov : Le camp des Malgré Nous alsaciens et mosellans prisonniers des Russes […]