Les bidonvilles des “Trente glorieuses”

Le vocabulaire officiel d’aujourd’hui parle à Calais du « camp de la lande », sans clairement donner le chiffre de sa population estimée de réfugiés. Quant aux « campements illicites » dissimulés dans les replis de la France, ils ne seraient pas loin de 500, abritant peut-être 20000 migrants.

C’est seulement en 1964 que le vocabulaire législatif a intégré le mot « bidonville ». Mais son premier usage est situé à Casablanca dès les années 1920 : le bidonville, c’est l’habitat fragile qui s’aménage tant bien que mal à partir des débris de la ville. Fort répandu en Afrique du Nord, il deviendra, de ce côté-ci de la Méditerranée, le lot des quelque 10000 algériens longtemps entassés à Nanterre…
Invitée de l’émission :

Marie-Claude Blanc-Chaléard : Professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Marie-Claude Blanc-Chaléard est historienne et spécialiste des questions de migrations. Professeur émérite à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense et membre du laboratoire IDHES, elle s’intéresse particulièrement aux relations entre les migrants et la ville. Ses premières recherches ont porté sur les Italiens en France et leur intégration en région parisienne depuis le XIXe siècle.

Pour en savoir plus voir le billet publié par Jean Lebrun  le 15/03/2016 sur le site de l’émission La Marche de l’Histoire

 


Vous aimerez aussi...