La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détachements

« Depuis mon enfance, j’étais en position de proximité double, et donc trouble, avec l’univers carcéral ; j’avais des proches de chacun des deux côtés de cet espace dramatiquement scindé, clivé par l’ordre social contemporain qui édifie, à travers la prison, une barrière drastique entre « le bien » et « le mal ».

Deux formes de détachement se sont alors imposées à moi. Le premier consista en un éloignement, d’une dizaine d’années, entre mon dernier séjour à proximité d’une prison et mon premier projet de recherche concernant l’enfermement carcéral. Le second m’invita à adopter un point de vue distancé par rapport à la question pénitentiaire, alors que la plupart des sociologues l’approchent dans une perspective fortement empreinte de militantisme. Ces positionnements me conduisirent à moins focaliser mes analyses sur la prison elle-même que sur ce qu’elle nous révèle de la société qui la sécrète. »

Pour en savoir plus, voir le billet publié par le 20/03/2016 concernant les Journée d’études « Ethnologie chez soi », 22 mars 2016, Musée de l’Homme, Paris sur le carnet du Sophiapol


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. 21 mars 2016

    […] La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détache… […]

  2. 21 mars 2016

    […] La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détache… […]

  3. 22 mars 2016

    […] La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détache… […]

  4. 22 mars 2016

    […] La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détache… […]