Colloque : Rock et violences en Europe (années 1950-1980) (appel à communication)

Rock et violences visuel

Université de Rouen 3-5 juin 2017

Résumé

Rock et violence en Europe est un colloque international qui s’inscrit dans une problématique émergente associant historiens, spécialistes des mouvements de jeunesse, musicologues, sociologues et professionnels du spectacle vivant. Cette manifestation est la première d’une série de deux colloques, dont le deuxième volet aura lieu en 2019 au département d’Histoire de l’Université de California State, Long Beach (États-Unis). Le premier volet à Rouen (1er au 3 juin 2017) concentre sa problématique sur l’Europe tandis que le second volet, à partir du même thème, s’attachera à la situation des Amériques. Il s’agit à travers ces deux manifestations de comprendre la place du rock dans la culture contemporaine et d’en préciser la portée et l’impact dans nos sociétés. Il s’agira également à partir d’un thème percutant d’envisager la part de légendaire qui entoure le mythe de la musique rock. L’association entre rock et violence, dans ce qu’elle possède de fantasmée et d’artificiellement construite, est cependant une donnée qui a traversé l’histoire de cette musique dans la deuxième partie du XXe siècle et que, d’une certaine manière, les événements dramatiques du Bataclan ont souligné de manière extrêmement tragique.

Argumentaire

Depuis son apparition aux États-Unis au milieu du XXe siècle, la musique, dite « rock », a propagé une image de musique violente qui a suscité des effets de condamnation ou, au contraire, révélé des marques de fascination. Évidemment, son attrait auprès du public, pratiquement jamais démenti depuis sa naissance jusqu’à nos jours, ne se limite pas uniquement à ces réactions. Toutefois, la violence supposée accompagner cette musique dont l’expression publique paraît correspondre à des postures politiques, sociales, culturelles ou identitaires plus ou moins déclarées, fut un facteur favorisant sa notoriété et son ancrage populaire, du moins à ses débuts, auprès d’un public d’adolescents, mais également l’élargissement de son audience.

De nombreux éléments participent de la définition complexe de la musique rock mais la dimension progressiste et émancipatrice de son avènement parut répondre à l’émergence de formes de violence très contemporaines. Que ce soit au travers de certains des codes vestimentaires l’accompagnant (blousons noirs, épingles à nourrice, etc.), des signes corporels de reconnaissance (cheveux longs ou têtes rasés, androgynéité, etc.), du choix d’instruments privilégiés (guitares électriques, batteries, etc.) ou de son niveau sonore d’expression (amplification, stéréophonie, etc.), du langage même de sa musique dans son rapport au texte, le rock, longtemps marqué par le sceau de l’interdit, a véhiculé un message audacieux de franchissement des barrières convenables, ce qui paraît constituer l’une des composantes essentielle d’une « violence » qui ébranlerait nos sociétés pourtant jugées « permissives ».

Si des tels jugements sur le rock, ont aujourd’hui moins de force, la musique rock étant rentrée largement dans les formes dominantes du consensus culturel, il n’en reste pas moins que la victoire du rock a fait naître en particulier entre le début des années 60 et la fin des années 70, deux décennies de réactions excessives, quelquefois encouragées par le conformisme esthétique et verbal dominant, allant même jusqu’à déclencher la réaction hostile de différents États qui prenaient pour des menaces réelles les discours et les attitudes provocantes des protagonistes du rock.

L’idée de cette rencontre sous la forme de deux colloques, le premier, organisé à Rouen, centré sur l’Europe, puis un autre se déroulant ultérieurement sur le sol américain, et qui prendra en considération la réalité étatsunienne, est donc de réunir divers spécialistes afin de confronter les points vues sur les différentes formes concrètes de cette violence fantasmée associée au rock entre 1954, date convenue de son apparition aux États-Unis, jusqu’au début des années 1980 en Europe. Ce tiers de siècle nous semble correspondre à une période significative de nature à favoriser une étude de phénomènes qui relèvent tout autant de l’histoire, de la sociologie culturelle que de la musicologie.

Axes

Pour le colloque de Rouen, uniquement centré sur l’Europe entre 1950 et 1980, nous encourageons en particulier les propositions de communication portant sur des sujets qui pourront s’intégrer dans un de ces trois grands axes :

Axe 1 – Rock, violences, jeunesses et politique

Le public des concerts rock entre les années 50 et les années 80 est composé d’une nouvelle couche émergente et nombreuse, les jeunes d’après le baby-boom. La jeunesse, ou plutôt, les jeunesses, trouvent dans cette musique un vecteur d’émancipation pour exprimer leurs exigences, leurs frustrations, leurs passions. Qu’il soit asocial ou antisocial, loubard ou étudiant, « le jeune » (homme/femme), exprime avec force ses convictions et affirme avec franchise son opposition au système, notamment par l’adoption de codes vestimentaires et l’affichage de leur hexis corporelle. Ces comportements peuvent être analysés sous l’angle des rapports conflictuels entre les générations liés à la contestation des valeurs morales et sociétales, dont les médias se font régulièrement les relais. Ils pourront ainsi être replacés dans un contexte social, politique, culturel, et resitué dans le vaste mouvement international des confrontations de civilisations et de modèles de développement, caractéristiques du temps.

Axe 2 – Les musiciens face au public

Ce deuxième axe propose de retracer les manifestations de la violence sur scène et dans le public : interactions ou oppositions entre l’artiste et son public, incitations à l’affrontement ou au contraire, invitations à la non-violence, le concert rock est le temple où les passions se déchaînent, où les débordements peuvent d’ailleurs déboucher sur des règlements de compte entre bandes rivales ou de collision avec les forces de police. Mais cette violence au concert rock peut prendre d’autres formes : puissance du son, frénésie du jeu de scène, provocation de la mise en scène, excès de la prise de parole ou de l’expression corporelle à travers la danse, etc.

Axe 3 – Violences musicales et poétiques

Un troisième axe sera consacré aux moyens d’expression de la violence expressive, autant dans la musique que dans les textes, dans le rapport entre musique et textes, dans la recherche d’un son et l’emploi privilégiés d’instruments performants pour l’usage requis, dans l’acceptation des phénomènes de rupture qui marquent l’évolution des styles de musique. Existe-t-il une partition de la « violence rock » ? Quels en sont les ingrédients ? Une typologie des représentations et des moyens employés est-elle envisageable ? Sur le sujet des paroles en particulier, les communications pourront également porter sur les tentatives conservatrices de domestication de la violence par la censure et l’asservissement recherché d’acteurs emblématiques.

Comité scientifique / Scientific Committee

Jean-Christophe Aplincourt (106, directeur)

Ludivine Bantigny (université de Rouen, Maître de conférences, historienne)

Arnaud Baubérot (université Paris-Est Créteil, Maître de conférences, historien)

Nathalie Cordier (106, responsable action culturelle)

Pascal Dupuy (université de Rouen, Maître de conférences, historien)

Joann Élart (université de Rouen, Maître de conférences, musicologue)

Philippe Gonin (université de Bourgogne, Maître de conférences, musicologue)

Gérôme Guibert (Université de Paris III, Maître de conférences, sociologue)

Dominique Kalifa (Université de Paris 1, Professeur des Universités, Panthéon-Sorbonne, historien)

Christophe Pirenne (Université de Liège, Professeur, musicologue)

David Shafer (Long Beach State University, Professeur)

Florence Tamagne (Université de Lille III, Maître de conférences, historienne)

Ludovic Tournès (Université de Genève, Professeur des Universités, historien)

Sophie Victorien (CLAMOR UMS 3726 du CNRS, Ingénieur de recherche, historienne)

 

Organisateurs et partenaires

Colloque international proposé par Jean-Christophe Aplincourt (106), Nathalie Cordier (106), Pascal Dupuy (historien, université de Rouen) et Joann Élart (musicologue, université de Rouen), organisé par le GRHIS, EA3831 de l’université de Rouen, et le 106, avec le soutien de la Région Normandie, l’Institut de recherche inter-disciplinaire homme société, CLAMOR, Criminocorpus et Volume !

Conditions d’inscription

Les propositions de communication sont à soumettre en français ou en anglais avant le 15 juillet 2016 aux adresses de Pascal Dupuy et Joann Élart ; elles comprendront le titre de la communication, un bref résumé (1000 signes maximum) et une courte présentation bibliographique (500 signes maximum).

joann.elart@univ-rouen.fr

pascal.dupuy@univ-rouen.fr

Les communications retenues par le comité scientifique qui se réunira en septembre 2016 pourront être prononcées en français ou en anglais.

Le droits d’inscription au colloque pour les intervenants seront de 50 €. L’organisation du colloque prendra en charge l’hébergement, les repas, la soirée de gala et une partie des frais de transport (nous invitons les intervenants à essayer d’obtenir une aide même partielle pour le financement de leur voyage).


Rock and Violence in Europe (1950’s-1980’s)

 

Summary

Rock and Violence is an international conference that will examine a growing issue for historians, specialists in youth movements, musicologists, sociologists, and performing arts professionals. This event is the first of two conferences, the second of which will take place in 2019 under the sponsorship of the History department at California State University, Long Beach (United States). The first component, at Rouen (1-3 June 2017), concentrates on Europe, while the second part, on the same theme, will focus on the situation in the Americas. The purpose of these two events is to gain an understanding of the place of rock in contemporary culture and to define its significance and impact in our societies. From this starting point, the conferences will also endeavor to consider the part of legend that encompasses the myth of rock music. The association between rock and violence, however fantastical and artificially constructed, is a given which has penetrated the music’s history during the second part of the twentieth century; in some ways, the recent dramatic events at the Bataclan have highlighted this in an extremely tragic manner.

 

Pitch

Since its advent in the United States in the middle of the 20th century, the musical genre known as « rock » disseminated an image of violent music that aroused condemnations or, conversely, evoked fascination. Evidently, its attraction to the public, which since its inception to the present has not diminished, is not limited simply to these reactions. Nevertheless, however much its public expression seems to correspond to all sorts of political, social, cultural or identity postures, the violence that was alleged to be integral to this music encouraged its notoriety and built its grassroots support, at least at its beginning, with adolescent fans, but, as well, with its expanding audience.

A number of elements contribute to the complex definition of rock music, but the forward-thinking and liberating dimension at its advent appear to have been a response to the emergence of very modern forms of violence. Whether through the clothes that accompany it (black leather jackets, safety pins, etc.), recognizable corporeal signifiers (long hair or shaved heads, androgyneity, etc.), instruments of choice (electric guitars, drums, etc.), the sound level at which it expresses itself (amplification, stereophonic, etc.) or, as well, the relationship of the music and the lyrics, rock has been stamped as taboo. In disseminating a provocative message of overcoming barriers appears to constitute one of the essential elements of the « violence » which shakes a society, that, in spite of this, is considered « permissive. »

If such verdicts on rock are less important today – especially, as rock music has become part of the dominant cultural consensus – nevertheless rock emerged victorious between the beginning of the 1960s and the end of the 1970s. These two decades were marked by overreactions, at times encouraged by aesthetic conformity and the dominant manner of speaking, even triggering hostile reactions in different nations which mistook the words and the provocative attitudes of rock’s protagonists for real threats to the state.

The purpose of this meeting in the form of two conferences – the first, organized at Rouen, centered on what occurred in Europe, then another to take place later in America, and which will consider the situation in the United States – is to bring together diverse specialists. The goal is to explore perspectives on different concrete forms of the fantasy of violence associated with rock between 1954 – the year that corresponds with its advent in the United States – up to the beginning of the 1980s in Europe. This third of a century would appear to correspond to a significant period in history; as such, it encourages a consideration of the « rock » phenomenon that speaks not only to musicology, but also to history and cultural sociology.

Themes

For the Rouen conference, focused only on Europe between 1950 and 1980, we particularly encourage proposals on subjects that can fall in one of the following three broad themes:

Theme 1 – Rock, violence, youth and politics

The audience at rock concerts between the 1950s and 1980s was comprised of an emerging and numerous demographic, the post-baby-boom youth. The youth, or rather, the youths, find in this music a medium of liberation expressive of their demands, their frustrations, their passions. Whether asocial or antisocial, thug or student, « the youth » (male/female), expressed his/her convictions with force and affirmed with directness his/her opposition to the system, notably by the adoption of sartorial codes and the display of bodily hexis. These behaviors can be analyzed from the perspective of generational conflict connected to moral and societal values, as regularly relayed by the media. They can also be placed in social, political, and cultural context within the vast international movements characteristic of the period in which civilizations and models of development were contested.

Theme 2 – Live shows: musicians and audience

The second proposed topic recounts the expressions of violence on the stage and amongst the audience: interactions or oppositions between the artist and his/her audience, incitements to battle or the reverse, calls for non-violence, the rock concert is the temple where passions are unleashed, where the excesses can, in fact, lead to clashes between rival groups or against the police. But violence at rock concerts can take other forms: loud music, frenzied performances, provocations from the stage, excesses of speech or in the expressions of the body in dance, etc.

Theme 3 – Musical and Poetic Violence

A third topic will be consecrated to the means of violent expression, whether in the music or in the texts, in the relationship between music and text, in the pursuit of the right sound and the preference given to certain instruments to create the proper sound, in the confirmation of ruptures that mark the evolution of musical styles. Does a division exist in « rock violence »? What are the ingredients? Is it possible to arrive at a taxonomy of representations and of means employed? On the subject of words, in particular, papers can also examine conservative attempts at controlling the violence through censorship.

 

Organizers and Partners

International conference put forward by Jean-Christophe Aplincourt (106), Nathalie Cordier (106), Pascal Dupuy (historian, University of Rouen) and Joann Élart (musicologist, University of Rouen), organized by the GRHIS, EA3831 of the University of Rouen, and the 106, with support from the Normandy Region, Institute of Interdisciplinary Research of Man and Society, CLAMOR, Criminocorpus and Volume !

 

Conditions of Registration

Proposals for papers should be sent in either French or English before 15 July 2016 and addressed to Pascal Dupuy and Joann Élart; they should include the paper’s title, a brief abstract (1000 characters maximum), and a short bibliography (500 characters maximum).

joann.elart@univ-rouen.fr

pascal.dupuy@univ-rouen.fr

Papers accepted by the scientific committee will have to be presented in French or in English.

Notification to the authors: 15 September 2016. Registration fees for participants in the conference will be 50 €. The organizers of the conference will take care of lodging, meals, gala evening, and a portion of the travel expenses (we invite participants to try to obtain partial or complete support for the financing of their trip).

 


Vous aimerez aussi...