L’origine du crime, la nouvelle enquête du Commissaire Morteau

e4fdbc_6dadeff77f05434c824546c2cec8b932À paraître en mai 2016  – Une toile de Gustave Courbet volée dans un musée, un peintre qui meurt avant même d’être interrogé par la police, un trafic de faux tableaux, une veuve troublante à bien des égards… Mensonges et faux-semblants, ce n’est plus une enquête, c’est un casse-tête !

C’est en boitillant que le fameux commissaire Morteau, aidé de son jeune collègue, tentera de remonter à l’origine du monde, non loin de la source de la Loue, pour essayer d’y découvrir L’Origine du crime…

Extrait du livre – « À quelques pas, Erik Eysson redescendait le sentier, portant sur le dos un sac probablement rempli de couleurs et de pinceaux, auquel était arrimé un chevalet pliant. Il s’arrêta devant Morteau et Monceau pour les saluer. (…) C’était justement parce que le peintre n’avait rien, ou plus précisément parce que tout ce qui lui importait tenait dans ce sac à dos, que le monde lui appartenait. Il était libre de sa vie, de ses choix, de s’envoler ou de se poser. (…) Il y avait dans cette rencontre entre les policiers et le peintre la même distance qu’entre Gustave Courbet et les deux mécènes qui l’accueillirent à Montpellier sur le fameux tableau “Bonjour Monsieur Courbet”, et un peu de la même insolence de la part de l’artiste… »

Sébastien Lepetit est un écrivain baladeur, atrabilaire et sauvage.

Il a écrit ses deux premiers romans sous le nom de Saint-Fromond. Lauréat du Coup de Cœur des lecteurs du Prix VSD du Polar 2013, il publie depuis sous son véritable nom.

Un tantinet agoraphobe, il recherche le calme des sentiers de montagne ou de forêt où il cueille les pensées et les sensations qui deviendront l’âme de ses romans.

Il est amoureux des pierres, des bâtisses et de leur histoire. Dans ses romans, les lieux où vivent les personnages ont une place particulière, au point d’en devenir également des personnages à part entière.

Il aime lire Umberto Eco, Pierre Magnan, Peter Tremayne, Anne Perry, et tant d’autres.

Enfin, il pense que les livres sont plus importants que les auteurs, faisant sienne cette phrase d’Umberto Eco dans l’Apostille au nom de la rose :

« L’auteur devrait mourir après avoir écrit. Pour ne pas gêner le cheminement du texte », même s’il a ajouté en exergue de La korrandine de Tevelune ce vers de Michel Houellebecq « Un poète mort n’écrit plus. D’où l’importance de rester vivant. »

Éditons Flamant Noir


Vous aimerez aussi...