Genre et demandes de justice depuis la Renaissance

Journée d’études organisée par le Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits et l’Institut Universitaire de France, Université de Picardie Jules Verne, Amiens, Logis du Roy, salle du sagittaire,  3 mai 2016

Problématique générale :Affiche CHSSC - copie

Notre projet a pour objectif d’étudier le cheminement judiciaire de la parole adressée aux autorités publiques depuis le XVIe siècle à nos jours, en interrogeant la manière dont les catégories du féminin et du masculin influencent les demandes de justice. En effet, sous l’Ancien Régime, les femmes n’ont pas, en théorie, de « voix » légale et le monde judiciaire est entièrement masculin. A l’inverse, notre société contemporaine valorise la parité et l’institution judiciaire s’est, en partie au moins, féminisée : nous voudrions donc envisager l’incidence de ces changements profonds sur la manière dont hommes et femmes formulent leurs plaintes, que ce soit devant les représentants légaux de l’Etat ou dans le cadre de procédures conciliatoires. La résolution officielle de conflits interindividuels, étudiée dans le temps long, nous apparaît aussi comme un observatoire privilégié des modifications des rapports de genre. Selon quelles modalités et jusqu’à quel point la capacité d’action légale effective des femmes, fortement restreinte à partir de la Renaissance, s’est-elle amplifiée depuis le XVIIIe siècle ? A l’inverse, de quelle manière s’est modifiée ou altérée la capacité masculine à se plaindre ? Que cela révèle-t-il de la construction des identités féminines et masculines ?

Cette journée d’études est envisagée comme une première rencontre entre chercheurs de toutes disciplines, visant à développer dans un second temps un projet collectif plus ample. Son objectif méthodologique est la confrontation d’études de cas tirées des terrains d’étude des participants, dans l’espoir de dégager un ou plusieurs modèles d’analyse permettant in fine d’évaluer la capacité d’action légale des femmes et des hommes depuis le XVIe siècle.

Programme de la journée d’études

9 h 30 Ouverture de la journée par Sophie Richardot, Mission pour l’égalité Femmes-Hommes (UPJV)

Session 1 : études historiques

9 h45 : Marie Houllemare (UPJV-IUF), Introduction : Genre et justice en histoire, questions de recherche

10 h : Michel Nassiet et Patricia Gaillard (Angers), Une femme médecin devant la justice royale au XVIe siècle

10h30 : Dominique Deslandres (Université de Montréal), Demandes féminines devant la justice de Montréal au XVIIIe siècle

11h 15 : Julie Doyon (Paris XIII), Le traitement pénal de l’homicide conjugal au XVIIIe siècle

11 h 45 : Marion Pluskota (Leiden), Code pénal, pratique judiciaire et genre à Bologne, Le Havre et Amsterdam au XIXe siècle

12 h 30 : déjeuner

14 h 00 : Gwenaelle Mainsant (CNRS-IRISSO Paris Dauphine), Les prostitué-e-s migrant-e-s face à la justice, nécessaires ou impossibles victimes ?

14h 30 : Mariette Le Den (UPJV), La réglementation de la vie sexuelle et reproductive des femmes au cours du XXe siècle

Session 2 : perspectives interdisciplinaires

15 h 15 – 16 h 45 : Table- ronde genre et demandes de justice, avec Scarlett Beauvalet, Gail Pheterson, Nathalie Le Bouteillec, Gabrielle Radica, Sarah Dumortier

Genre_et_demandes_de_justice_depuis_la_R

Contact : marie.houllemare@u-picardie.fr