L’exécution par effigie

FRAC31555_FF818-placardAprès avoir traité successivement de l’identification des corps morts (la pierre morne), de la flétrissure au fer rouge (la marque de l’infamie), de l’accommodement des délits de dépaissance (courent dans la campagne), le dossier d’avril de Dans les bas-fonds proposé par les Archives municipales de Toulouse s’attarde sur l’exécution par effigie à Toulouse aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Pratique confirmée par l’Ordonnance criminelle de 1670, l’exécution par effigie –ou exécution figurative, consistait à exécuter « réellement » la sentence ou arrêt prononcé par une cour de justice, au moyen d’un intermédiaire : un tableau représentant l’accusé. Ce tableau ou effigie était accroché à la vue de tous et subissait la peine de l’absent.

Les archives des procédures criminelles des capitouls entre 1670 et 1790 invitent à observer les circonstances et le déroulement de ces procès par contumace, les termes précis des sentences rendues, pour s’attarder sur la matérialité du tableau, ainsi que sur le cérémonial même de ces exécutions par effigie.

Lire le billet et télécharger le dossier


Vous aimerez aussi...