Le vol sous l’œil des médecins légistes. Étude du concept de kleptomanie au cours du XIXe siècle (Lisa Bogani)

Daumier« Le vol est un crime si commun, sa répression intéresse à un si haut degré l’ordre social, qu’on hésite au premier abord à admettre des circonstances capables d’exclure la criminalité d’une pareille action. Ces circonstances pourtant peuvent exister, ainsi qu’on va le voir » : ainsi le Dr Marc ouvre-t-il, en 1840, son chapitre intitulé « De la monomanie du vol, ou Kleptomanie » dans son ouvrage De la folie considérée dans ses rapports avec les questions médico-judiciaires. Consacrant une cinquantaine de pages à ce que le Dr Matthey avait introduit, dès 1816, sous le terme de klopémanie, Marc se fait ainsi l’un des premiers grands spécialistes de la monomanie du vol. Un concept qui a subi au cours du XIXe siècle de multiples évolutions, assez peu étudiées par les historiens. Contemporaine de la classification esquirolienne des maladies mentales, la kleptomanie est, dans un premier temps, intégrée dans le cadre des monomanies instinctives – une doctrine qui eut bien du mal à s’imposer aux magistrats comme aux aliénistes. En effet, à l’instar d’autres monomanies, celle afférente au vol a alimenté tout au long du XIXe siècle de nombreux débats et travaux de médecine légale, aboutissant à une condamnation ou, du moins, à une réévaluation de la kleptomanie…

Lire la suite de cet article de Lisa Bogani sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...