La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray (1839-1937) par Stéphanie Desroche

Au XIXe siècle, les enquêtes sur la condition ouvrière ou sur le paupérisme des classes laborieuses urbaines se multiplient. Qu’ils considèrent les enfants comme victimes ou coupables, les auteurs de ces rapports s’accordent sur un point : les conditions de vie et le manque d’instruction des enfants des classes populaires, qui forment la quasi-totalité des enfants de justice, sont les premières causes de l’augmentation de la délinquance juvénile, considérée dès lors comme un véritable problème social auquel il faut remédier. Parallèlement, un grand débat s’ouvre sur la question de l’emprisonnement, de nombreuses critiques mettent en lumière le dysfonctionnement du système carcéral français en tant qu’institution permettant au détenu de s’amender. Au contraire le dispositif pénal, qualifié d’ « école du crime », engendrerait la récidive et serait particulièrement préjudiciable aux jeunes détenus, alors emprisonnés avec les adultes. C’est pourquoi tout au long du XIXe siècle, une série de textes législatifs va d’abord distinguer puis encadrer la prise en charge de l’enfance irrégulière.

Pour la première fois, le Code pénal de 1810 envisage une catégorie spéciale de détenus: celle des enfants. Une distinction est faite entre l’adulte et le mineur (la majorité pénale est alors fixée à 16 ans) pour lequel on applique des peines réduites. Le Code pénal dispose que les mineurs ayant agi sans discernement doivent être acquittés et rendus à leur famille alors que ceux qui ont été condamnés ou les acquittés que leur famille ne veut pas prendre en charge sont placés dans des quartiers spécialisés des prisons. Ce dispositif demeure néanmoins théorique et il faut attendre les années 1830 pour que quelques prisons françaises appliquent ces mesures, notamment avec la création en 1824 du premier quartier réservé aux mineurs à la prison de Strasbourg ou l’inauguration de la Petite Roquette à Paris en 1836, dédiée à l’enfermement des mineurs. 
Le dispositif carcéral reste donc la solution apportée à la question de la délinquance juvénile mais la loi du 5 août 1850 relative à l’éducation et au patronage des jeunes détenus ajoute deux institutions qui vont participer à la correction des mineurs délinquants : la colonie pénitentiaire agricole et le patronage.
 L’article 2 de la loi réaffirme le principe de l’enfermement des jeunes détenus condamnés dans des quartiers spécialisés, mais l’article 3 précise que pour « Les jeunes détenus acquittés en vertu de l’article 66 du code pénal comme ayant agi sans discernement, mais non remis à leurs parents, sont conduits dans une colonie pénitentiaire ; ils y sont élevés en commun, sous une discipline sévère, et appliqués aux travaux de l’agriculture, ainsi qu’aux principales industries qui s’y rattachent. ». Les enfants condamnés à des peines de plus de six mois et inférieures à deux ans sont également envoyés dans les colonies pénitentiaires (article 4). Ces trois institutions ne sont pas isolées les unes des autres et forment une véritable chaîne carcérale : un mineur peut à la fois connaître la prison puis la colonie s’il est considéré comme ayant agi sans discernement ou que sa peine est minime et enfin si l’administration juge que le colon s’est amendé, il est placé sous le patronage d’un agriculteur. Cette chaîne n’est pas à sens unique et le mineur peut réintégrer la colonie si son comportement est répréhensible, voire la prison. 
Ce système préconisé par Frédéric-Auguste Demetz, trouve une application concrète lorsque ce dernier ouvre en 1839 la colonie pénitentiaire agricole de Mettray, une dizaine d’années avant que la loi sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus n’institue les colonies agricoles. Y sont détenus également, les jeunes qui relèvent de la correction paternelle, définie par les articles 375 à 378 du Code Civil de 1804. Ce système permettait d’incarcérer des enfants à la demande des parents pour des durées limitées dans le temps, un à six mois renouvelables. La colonie de Mettray dispose d’un quartier réservé à cette catégorie de détenus dès 1850, la Paternelle qui accueillera entre autres Michel Verne, envoyé par son père Jules Verne en 1877 pour une période de six mois.


Gravure de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray

La colonie pénitentiaire de Mettray ouvre officiellement ses portes le 22 janvier 1840. Elle est construite sur des terres prêtées par un aristocrate tourangeau, Hermann de Brétignières de Courteilles, à une dizaine kilomètres de Tours. Les premiers colons sont au nombre de huit, ils ont été transférés de la maison centrale de Fontevraud. L’initiative du projet revient à un philanthrope, F-A Demetz, un partisan de Tocqueville qui est particulièrement au courant des réformes pénitentiaires, d’abord en tant que magistrat et parce qu’il a eu l’occasion d’observer les systèmes carcéraux d’Europe (en particulier les colonies agricoles pour adultes des Pays-Bas) et des États-Unis.


Portraits de Frédéric-Auguste Demetz et de Hermann Brétignière de Courteilles
Plusieurs de ces principes sont identifiables dans le fonctionnement de la colonie : le couchage en hamac dans les dortoirs s’inspire de ce qui est pratiqué dans les pénitenciers pour mineurs anglais et les cellules de la Paternelle sont une application du principe philadelphien. 
Gravure représentant le coucher des colons

Selon Demetz, il est nécessaire que ce genre d’établissement se trouve à la campagne, « pour arriver à réformer cette jeune population, il faut avant tout la déplacer et l’enlever à ses habitudes locales. Le fatal penchant qui la porte à s’agglomérer dans les villes est pour elle une source perpétuelle de dépravation » (Frédéric-Auguste Demetz, Fondation d’une colonie agricole de jeunes détenus, Mettray, Duprat, Paris, 1839, p. 5.). A cela s’ajoute l’idée défendue par Demetz que le détenu doit être éduqué par le travail de la terre et par la religion. La chapelle apparaît d’ailleurs comme un véritable repère spatial au centre de la Colonie et l’inscription « Dieu vous voit » est présente sur les murs des cellules. De même le clocher de la chapelle a une fonction de surveillance, qualifié par Demetz de « clocher mirador », il est une application de la logique panoptique.
A sa création, la colonie pénitentiaire de Mettray bénéficie d’une aura importante auprès des contemporains parce qu’elle est présentée comme le modèle à suivre et qu’un nombre important de personnes, plus ou moins connues se sont impliqués dans la fondation de l’établissement. De par sa fonction de magistrat, F-A Demetz possède un large réseau de personnalités qui lui assure de nombreux soutiens dans son projet. Ainsi en 1839, 439 membres fondateurs s’associent dans la Société paternelle, en charge de l’administration de la Colonie. Parmi eux, se trouvent l’élite bourgeoise locale mais aussi des hommes politiques et notamment des ministres tel que Guizot, des magistrats, des industriels, des hommes du monde de la finance et des aristocrates. Demetz entretient ce réseau et assure la publicité de son établissement grâce à une abondante correspondance ; il écrit plus de 7000 lettres entre 1845 et 1873 afin de faire connaître la colonie et trouver de nouveaux soutiens.


Vue du pavillon Marie Emma Hébert

Mettray se démarque également par son organisation spatiale pavillonnaire, inspirée de la colonie de Horn près de Hambourg. Les colons vivent dans des maisons dont l’architecture rappelle celle des chalets suisses, construites autour de la chapelle et de la place centrale arborée, le tout donnant à la colonie un aspect de cité idéale. Les pavillons mesurent 6 mètres de largeur sur 12 mètres de longueur et portent le nom d’une ville de France ou d’une personne. Les hamacs sont accrochés aux murs la journée pour transformer le dortoir en réfectoire ou en atelier et tendus le soir selon un rituel minuté. Il n’y a ni verrous, ni barreaux aux fenêtres, rien à voir en apparence avec l’architecture traditionnelle des prisons, et contrairement aux autres établissements pénitentiaires, la Colonie n’est pas entourée de murs d’enceintes mais de champs. Toutefois si l’aspect bucolique peut faire oublier la fonction initiale du lieu, les colons sont rapidement rappelés à l’ordre par la discipline stricte et les conditions de vie difficiles qui y règnent. Nombreux sont ceux qui tentent de s’échapper mais ils sont rapidement repris, leur uniforme les rendant facilement reconnaissable auprès de la population locale qui bénéficie de primes pour chaque colon capturé. Ainsi, s’est mise en place une véritable « chasse à l’enfant » comme la qualifiée Jean Genet dans son livre Le miracle de la rose, témoignage de son passage à Mettray de 1926 à 1929.


Chaque colon appartient à une famille, composée de quarante à cinquante individus, qui est sous la surveillance d’un « chef de famille » lui-même secondé par un « frère aîné » choisi parmi les colons. 

Photographie d’une famille de colons devant les pavillons

Il s’agit là d’une autre particularité du lieu : le personnel affecté à la surveillance et à l’instruction des colons est formé sur place à l’école normale des contremaîtres, la première du genre en France, qui préfigure l’éducation spécialisée telle qu’on la connaît aujourd’hui. Cette école ouvre en juillet 1839 quelques mois avant l’arrivée des premiers colons. L’instruction des contremaîtres est sommaire, le but étant de donner des bases en arithmétique, en français, en histoire et en géographie françaises aux colons. En revanche, l’accent est mis sur l’instruction religieuse et sur les connaissances en agroalimentaire, considérées comme un réel outil pédagogique pour rééduquer les mineurs accueillis à la Colonie. Les élèves de l’école des contremaîtres ont d’abord le statut d’aspirants et de moniteurs et réalisent des « stages d’observation » avant d’être nommés chefs de famille ou surveillants. Ce personnel éducatif joue un rôle primordial à l’intérieur de la colonie puisqu’il est en charge des colons du lever au coucher, de leur éducation, de leur travail, de leur formation professionnelle et de leur vie quotidienne. Une structure était également responsable de l’accompagnement et de la réinsertion des colons après leur départ de la colonie, souvent chez un agriculteur ou dans l’armée. Toutefois cette école ne survit pas à la mort de son fondateur F-A Demetz et ferme dans les années 1870.
L’éducation physique et la morale constituent les principaux outils pédagogiques utilisés pour corriger le comportement des colons. L’objectif est de dresser les esprits indociles par des exercices corporels. La gymnastique est fortement imprégnée par les exercices militaires (marche au pas cadencé, manœuvres militaires) afin de préparer les colons au métier des armes tout en canalisant leur agressivité. A cela s’ajoute la formation professionnelle, orientée principalement vers l’agriculture et l’artisanat pour d’endiguer l’exode rural et moderniser les campagnes. En 1890, Mettray dispose de 350 hectares cultivés par les colons. 

Photographie d’exercices de gymnastique

En ce qui concerne l’instruction des colons, elle se limite au strict minimum : lecture, écriture, calcul et quelques notions d’histoire et de géographie. Dans les années 1840, le volume horaire consacré à l’éducation scolaire est de deux heures par jour. A partir de 1874, avec les nouvelles dispositions législatives scolaires, l’instruction est fixée à quatre heures par jour en hiver et trois heures en été mais l’analphabétisme reste important : le peu de moyens dont disposent les instituteurs, qui sont eux même en nombre insuffisants pour gérer autant d’élèves épuisés par leur journée de travail, rendent la tâche difficile. 

Carte postale d’une classe de Mettray

La journée d’un colon débute à 5h du matin et s’achève à 21h, la majeure partie est consacrée aux travaux agricoles ou en ateliers.


Travail des colons aux champs et en atelier

Les uniformes rappellent ceux des bagnards : une chemise en toile blanche, un pantalon bleu, des bandes molletières, des sabots et un chapeau de paille constituent le trousseau du détenu. Pour le dimanche, journée réservée à la messe et aux démonstrations militaires, les uniformes s’apparentent à ceux des marins, le béret à pompon rouge et la vareuse bleu marine remplaçant le chapeau et la chemise en toile. 

Uniforme des colons et uniforme du dimanche

Un système de récompenses est mis en place pour les familles ou les colons les plus méritants, et pour ceux qui ont eu un comportement répréhensible, les punitions vont du régime au pain noir et à l’eau au renvoi en maison centrale en passant par l’emprisonnement en cellule. Demetz qui adhère au système philadelphien, préconise un isolement total du détenu, la solitude favorisant le repentir des plus récalcitrants selon lui. La nourriture pauvre en quantité autant qu’en qualité est le plus souvent composée de soupe claire et de pain. Les colons souffrent du froid en hiver et le port des sabots à même la peau entraînent blessures et engelures. L’hygiène laisse également à désirer, les détenus ne se lavent avec du savon que deux fois par semaine et l’accès aux toilettes n’est possible qu’à des heures imposées et par groupe de quatre. Les accidents de travail sont fréquents ainsi que les automutilations, qui témoignent selon l’administration de la paresse et de la perversion du colon davantage que de sa détresse. Les gardiens sont surnommés « gaffes » ou « gâfes » et les passages à tabac ne sont apparemment pas rares selon des témoignages d’anciens colons. La violence entre les colons fait également parti du quotidien, une véritable hiérarchie s’instaure au sein des familles. J. Genet dénombre trois catégories de colons : au sommet « les durs », « les vautours» sous la protection des premiers, et les « cloches » autrement dit les souffre-douleur. 
Dans ces condition le taux de mortalité des colons est relativement élevé et l’étude comparative du registre de décès de la colonie de Mettray, des archives de la Société Paternelle et du registre de l’hôpital de Tours montrent que l’administration minimise les décès, puisque entre 1840 et 1937, le nombre de décès déclarés est inférieur de 33% au nombre réel de décès.


Assiette au Beurre, n°411, 13 février 1909
La période qui s’étend de 1880 à 1937 correspond au lent déclin de la Colonie. L’idéal des débuts a laissé la place à l’aspect purement répressif de la correction des jeunes, dont les conditions de rétention se sont aggravées au cours de cette période. 
Les changements politiques et les nouvelles législations sur la scolarité et le travail des enfants ébranlent également l’établissement, à l’égard duquel le pouvoir politique, dans un contexte d’anticléricalisme, se montre méfiant. La réputation de la Colonie en pâtit et les problèmes financiers s’accumulent, les magistrats y envoient moins d’enfants alors que le Ministère de la Justice réduit les prix de journée des colons. Avec la fermeture de l’école des contremaîtres, l’administration fait face à une pénurie de personnel et recrute souvent des agents inexpérimentés, pour la plupart issus des milieux militaire et carcéraux. Cette hostilité est à son paroxysme en 1909 lorsqu’éclate « le scandale de Mettray ». Un colon nouvellement arrivé, placé au titre de la correction paternelle est retrouvé pendu dans sa cellule. 

Une campagne de presse nationale dénonce le traitement infligé à la jeunesse irrégulière enfermée dans ce que les journalistes qualifient de bagnes pour enfants ainsi que la toute-puissance des parents sur leurs enfants. La revue satirique L’Assiette au beurre consacre un numéro entier à Mettray, agrémentée de caricatures sinistres.
Assiette au Beurre, n°411, 13 février 1909

Une deuxième campagne de presse dans les années 30, portée par les témoignages d’anciens colons, va sonner le glas de la Colonie. Elle est lancée en 1932 par Henri Danjou qui publie Enfants du malheur ! Les bagnes d’enfants mais c’est sous la plume d’Alexis Danan, journaliste à Paris-Soir qu’elle prend de l’ampleur, ce dernier s’attaquant régulièrement à la Colonie de Mettray dans ses articles. Au terme de quatre-vingt-dix-huit ans de fonctionnement et après avoir accueilli plus de 17 000 mineurs de 6 à 21 ans, la colonie ferme ses portes en 1937. La Société Paternelle, devenue La Paternelle, n’a pas disparu pour autant puisqu’elle gère toujours l’établissement qui accueille aujourd’hui un Institut de Rééducation Médico-Professionnel appelé « Village des Jeunes » et un micro musée de la colonie agricole pénitentiaire dans l’ancienne chapelle. 

Sources :

Luc FORLIVESI, Georges-François POTTIER et Sophie CHASSAT, Éduquer  et punir. La  colonie agricole  et pénitentiaire de Mettray, Presses Universitaires de Rennes, 2005
Jacques Bourquin, « Le Mettray des origines », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » Hors-série | 2007, [ en ligne ]
Idelette Ardouin-Weiss et Georges-François Pottier, Les décès des enfants de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, [ en ligne ]
Histoire de la protection judiciaire de la jeunesse, Ministère de la Justice, [ en ligne ]
Numéro complet de L’assiette au Beurre, n°411, 13 février 1909, consacré à Mettray, [ en ligne]
Quelques photographies du site Criminocorpus 


Vous aimerez aussi...