26 mai 1755 : supplice du contrebandier Louis Mandrin (D’après « La Mosaïque du Midi », paru en 1840)

Louis Mandrin naquit à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, petit bourg du Dauphiné, le 11 février 1725. Son père, maréchal-ferrant, ne pouvant suffire aux besoins de sa famille avec les modestes produits de sa profession, s’associa à de faux-monnayeurs. Cet art funeste ne lui réussit pas longtemps ; il fut tué dans une rencontre, et son fils Louis jura, sur le cadavre de son père, haine éternelle à la maréchaussée et aux agents de la gabelle.

Il avait hérité de quelques outils dont il apprit à se servir pour fabriquer et altérer la monnaie. Poussé par son humeur belliqueuse, il se vendit à un racoleur qui recrutait des soldats, et se distingua par sa bravoure. Mais un homme dont les passions étaient si violentes ne pouvait s’astreindre longtemps à la discipline militaire ; il déserta, emmena avec lui deux de ses camarades, et il eut bientôt formé une bande qui le reconnut pour chef ; il chercha un asile dans les rochers de la côte Saint-André. Ses compagnons passaient la nuit à fabriquer la fausse monnaie, et lui-même courait les foires, achetant toute sorte de denrées, s’adressant de préférence aux marchands étrangers…

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site La France pittoresque.


Vous aimerez aussi...