Nouvelles publications

Voici quatre nouvelles publications en librairie, dont deux sur le thème des « monstres ».

Caiozzo Anna et Demartini Emmanuelle (sous la direction de), Monstre et
imaginaire social
, Créaphis Editions, 2008, 354 p .

Présentation de l’éditeur :
Anomalie ou transgression d’un ordre normatif, le monstre offre à la contemplation le double visage de l’insolite et du contre-nature, de l’impossible et de l’interdit. Figure effarante ou fascinante d’une humanité
problématique, il constitue pour l’historien une entrée singulièrement féconde dans le jeu des anxiétés et dans les systèmes de normes qui régissent les sociétés. A condition toutefois de considérer le monstre, non
comme un donné, mais comme une représentation, une construction sociale et culturelle. Dans quelle mesure l’écarte par rapport à la norme peut-il être toléré dans une société donnée ? Quels sont les critères de la monstruosité ? Quels savoirs, fantasmes et angoisses s’y projettent ? Ces questions impliquent de reconstituer, dans leur historicité, les discours, les pratiques, les sensibilités collectives qui fondent le jugement sur le monstrueux. Sauvages  » cannibales  » découverts par les explorateurs, spécimens tératologiques, phénomènes de foire, clones de laboratoires, créatures cinématographiques ou criminels pervers médiatisés : la vingtaine d’études ici rassemblées retrace une multiplicité d’expériences du monstre,
dans les sociétés européennes, mais également dans d’autres aires culturelles, soulignant confrontations et emprunts. De la république romaine jusqu’à nos jours, c’est sur la longue durée qu’elles invitent à explorer
les imaginaires sociaux sur les traces du monstre, tout en soulignant l’actualité des questions qu’il pose à nos sociétés.

Albert Montagne (sous la direction de), Les monstres du mythe au culte, Ed.
Corlet, 2008, 258 p.
Avec une préface de Michel Cadé.

Présentation de l’éditeur :
Le cinéma est l’art de faire rêver et, a contrario, cauchemarder en peuplant nos toiles et nuits blanches de hordes de monstres et monstresses, nées de nos peurs les plus enfouies, et (dé)formant un panthéon bestial et humanoïde tripartite.

Les humains, qui ont en commun, sous des apparences trompeuses, d’être ou de paraître normaux : enfants monstres, femmes, monstresses, docteurs fous, tueurs, monstres de foire… Les hybrides, ces mélanges d’humaines et de non humains, créatures innommables et inimaginables, qui se méfient de nous, nous
évitent ou nous terrifient : démons, fantômes, golems, loups-garous, sorcières, zombies, vampires… Les inhumains, anthropomorphes (robots, mutants, supers-héros…) ou radicalement « différents » (aliens, Jabberwockies, Toves…). Certains sont à part : King Kong, la Mort, le franquisme… Tous nous menacent. Le monstrueux, si proche (Nous) ou si lointain (« Them »), est un miroir sans tain qui nous renvoie notre image et révèle nos vraies beautés intérieures et laideurs externes. C’est dans ce monde que nous plonge cet ouvrage qui analyse l’évolution de ce phénomène, du mythe au culte.

Fabrice Mauclair, La justice au village. Justice seigneuriale et société rurale dans le duché-pairie de La Vallière (1667-1790), Presses Universitaires de Rennes, 2008, 372 p.

Avec une préface de Brigitte Maillard.

Présentation de l’éditeur :
À travers l’étude des justices seigneuriales, institution judiciaire la plus répandue sous l’Ancien Régime, cette contribution originale offre une description complète du rôle multiforme et vital des « justices de village » dans la vie des communautés rurales de l’époque moderne tout en apportant de nombreux éclairages sur des thèmes aussi variés que les relations sociales, la vie quotidienne des villages, l’enfance, les rapports de genre ou familiaux, les conflits…

Cardon Patrick, Discours littéraires et scientifiques fin-de-siècle. Autour de Marc-André Raffalovitch, Editions Orizons, 322 p.

Présentation de l’éditeur :
De 1886 à 1914 paraissent les Archives d’anthropologie criminelle qui veulent révolutionner la notion de criminalité. Les débats sur l’homosexualité y sont particulièrement importants ; ils mettent en avant la personnalité toute littéraire de Marc-André Raffalovich qui tenta de devenir le Magnus Hirshfeld français.


Vous aimerez aussi...