Surveillance et contrôle des nomades en Dordogne

« À la fin du XIXe siècle, « les nomades » inquiètent les pouvoirs publics qui ne peuvent exercer sur eux le moindre contrôle. Mis à l’index, qualifiés d’« asociaux indésirables », voleurs et paresseux, coupables de propager des maladies (choléra et typhus), ils sont aussi accusés d’espionnage au service de l’Allemagne… »

En 1895, selon un recensement du ministère de l’Intérieur, 450 000 individus sillonnaient les routes de France, dont « 25 000 nomades en bande voyageant en roulotte ». Ce dénombrement constitue une première étape dans l’élaboration d’une législation spécifique qui peut se résumer en trois points : surveillance, identification et contrôle. À partir du printemps 1940, de nouvelles mesures liberticides apparaissent, parmi lesquelles l’assignation à résidence, la détention en centre de séjour surveillé et en camp d’internement…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 30 mai 2016 par sur le site Esprit de Pays.


Vous aimerez aussi...