L’innocence outragée

A l’instar d’Auschwitz ou du Mont-Valérien, Oradour-sur-Glane est de ces noms dont la seule évocation glace le sang. Pourtant, dans l’absolu, des ruines ne disent rien. Elles n’ont de sens que parce qu’elles s’insèrent dans un discours historique. Autrement dit, cette signification n’est pas absolue mais éminemment culturelle, et donc relative.

En effet, on sait que la mémoire collective est aussi, et peut-être même surtout, un processus d’organisation de l’oubli et il est intéressant dès lors de questionner la force du souvenir qui entoure Oradour. C’est précisément l’objet d’un livre publié en 1994 – et plusieurs fois réédité et enrichi par la suite – par l’historienne américaine Sarah Farmer, ouvrage qui n’a aucunement perdu de son intérêt, bien au contraire, et éclaire avantageusement la journée d’aujourd’hui, marquée par la visite des Présidents français et allemands…

Pour en savoir plus, voir le billet publié par Erwan LE GALL sur le site En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...