Les déportés républicains de 1858

L’histoire du “ parti ” républicain compte des pages sombres et dramatiques, mais aussi des béances historiographiques.

La proscription dont furent victimes plusieurs centaines de républicains en 1858, à la suite de l’attentat manqué commis par Felice Orsini contre l’empereur est mal connue . L’effectif des arrestations et celui des transportations en Algérie varient selon les historiens. Alain Plessis indique, non sans précautions, que cette répression fit “ environ 430 victimes, condamnées pour la plupart à la déportation en Algérie”. François Caron, de son côté, dénombre 20 000 arrestations et perquisitions. Il précise que le nombre des déportés en Algérie “ dut finalement s’élever à 375  ”. Guy Antonetti, quant à lui, demeure laconique : “ 2000 personnes sont inquiétées ”. Pour sa part, André Encrevé mentionne un millier d’arrestations arbitraires et plus de quatre cents déportations en Algérie. François Furet se contentait d’évoquer rapidement des mesures révolutionnaires pour exorciser le spectre revenu de la Terreur : “ la reprise des arrestations et des tristes convois vers l’Algérie.

La personnalité de chacune des victimes est négligée par les historiens au profit d’une caractérisation unique – d’anciens condamnés politiques républicains – induite par la loi de Sûreté générale votée le 19 février 1858 par le Corps législatif et rendue exécutoire par un décret impérial du 27 février. En effet, l’article 7 de cette loi est libellé ainsi : “ Peut être interné dans un des départements de l’Empire ou en Algérie, ou expulsé du territoire français, tout individu qui a été soit condamné, soit interné, expulsé ou transporté par mesure de sûreté générale à l’occasion des événements de mai et juin 1848, juin 1849, ou de décembre 1851, et que des faits graves signalent de nouveau comme dangereux pour la sûreté publique« . Ce texte “ légalisait ” les arrestations effectuées dans tous les départements français dès la nomination du général Espinasse comme ministre de l’Intérieur. Il avait fixé aux préfets un quota d’interpellations à effectuer dans leurs départements respectifs. Se borner à expliquer le choix des victimes par leurs seules condamnations antérieures occulte les objectifs gouvernementaux, à l’échelon national comme à l’échelon local, lors des deux étapes de cette proscription, au moment des arrestations puis lors des déportations.

Il n’est pas question ici de réécrire l’histoire de cette crispation autoritaire du régime impérial, mais d’essayer de cerner des « profils types » de démocrates, de républicains qui, aux yeux du pouvoir, présentent, apparemment, une dangerosité suffisante pour être éloignés du territoire métropolitain et acheminés en Algérie (d’où ils ne revinrent qu’après l’amnistie du 15 août 1859). Le ministère de l’Intérieur, les préfets, les procureurs généraux sélectionnent quelques centaines de déportés parmi les détenus. Selon quels critères ? En fonction de quel danger potentiel ? ” […]

Lire la suite de cet article de Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 18 avril 2010

    […] suite ici: Les déportés républicains de 1858 Share and […]

  2. 18 avril 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Pierre Bourdieu and topsy_top20k, Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Les déportés républicains de 1858 http://bit.ly/b997TP […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search