Il reste la poussière (Sandrine Collette)

indexParution du livre le 25 janvier 2016 – Argentine, plateaux de la Patagonie. Une steppe infinie, balayée par des vents glacés. C’est là que Rafael, dix ans, grandit dans une famille haineuse. Sa mère s’est endurcie autour d’un secret qu’elle a su garder mais qui l’a dévorée de l’intérieur : une nuit, elle a tué leur ivrogne de père et a coulé son cadavre dans les marais. Depuis, elle fait croire que son mari les a abandonnés, et mène son maigre élevage de moutons et de boeufs d’une main inflexible, écrasant ses quatre garçons de sa dureté et de son indifférence.

Mais depuis, aussi, les aînés détestent leur plus jeune frère, né après la disparition du père, et en ont fait la cible de leurs jeux brutaux. Alors Rafael, seul au monde, ne vit que pour son cheval et son chien. Voilà longtemps qu’il a compris combien il était inutile de quémander ailleurs un geste d’affection. Dans ce monde qui meurt, car les petits élevages sont peu à peu remplacés par d’immenses domaines, la révolte est impossible.

Et pourtant, un jour, le jour le plus sauvage et le plus douloureux de la vie de Rafael, quelque chose va changer. Le jeune garçon parviendra-t-il à faire sauter l’étau de terreur et de violence qui le condamne à cette famille ? Avec ce roman sombre, planté dans une nature hostile et sublime, Sandrine Collette explore les relations familiales impossibles, et la rédemption, ou non, d’un petit garçon qui a gardé son humanité.

Sandrine Collette

Sandrine Collette

Sandrine Collette partage son temps entre la région parisienne et le Morvan. Ingénieur à l’université de Nanterre, diplômée en philosophie et en science politique, c’est cependant dans la nature rugueuse du Beuvray qu’elle préfère se retrouver dès qu’elle le peut. Cette dualité entre une vie urbaine, intellectuelle, surpeuplée, et un monde rural, caché, niché dans une campagne démesurée, lui est essentielle depuis l’enfance.

Longtemps garçon manqué, casse-cou et exaspérante, elle a deux passions, les chevaux – elle en a eu jusqu’à 25 chez elle, est passée de la frénésie des concours d’obstacles au plaisir infini des longues randonnées -, et les vieilles pierres : elle restaure des fermes en ruine, reconstruit des murs en granit, a plus de 1.500m² de toitures cumulées à son actif… et compte encore dix ans de travail devant elle. Ce côté « nature » inspire profondément ses écrits, dans leur environnement et dans leur violence : pour elle, il suffit de regarder autour de soi, par exemple dans la façon dont les insectes s’entredévorent, et d’avoir un peu d’imagination.

Amatrice d’auteurs à l’écriture sobre, mettant en scène des sentiments bruts voire brutaux, des histoires simples où la nature est le plus souvent présente, elle a été fascinée par la trilogie des jumeaux d’Agota Kristof, Les demeurées de Jeanne Benameur ou encore La grosse de Françoise Lefèvre.

Sandrine Collette obtient en septembre 2013 le Grand prix de littérature policière pour son thriller Des nœuds d’acier

 


Vous aimerez aussi...