Une vie en trompe-l’œil : l’artiste bagnard Francis Lagrange (1901-1964)

« Départ pour la Guyane. Embarquement des forçats à l’Ile de Ré », toile de F. Lagrange, vers 1952
Musée départemental A. Franconie, Cayenne

Un nouvel et très bel article d’Émile Blanc, David Carita et Denis Lamaison sur le célèbre faussaire vient d’enrichir notre dossier thématique sur les bagnes coloniaux.

Résumé de l’article : Les écrits sur l’artiste et bagnard Francis Lagrange (1901-1964) sont souvent tissés de ses propres fictions. Ce personnage passa en effet beaucoup de temps à réinventer sa vie. Le but de cet article est de démêler le vrai du faux dans le parcours de ce condamné à la relégation en Guyane en 1927. Nous revenons ici sur ses parents, son enfance, ses premiers délits et ses années de bagne. Nous chercherons enfin à établir à quel moment de son parcours le forçat devint artiste.

Lire l’article Une vie en trompe-l’œil : l’artiste bagnard Francis Lagrange (1901-1964) d’Émile Blanc, David Carita et Denis Lamaison dans la Revue Criminocorpus.

 



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2016, 10 juin). Une vie en trompe-l’œil : l’artiste bagnard Francis Lagrange (1901-1964). Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nda1

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search