Saint-Lazare’s most famous prisoner : Mata Hari

Ce document vidéo (en anglais) produit par the office of Mission and Values DePaul University dans le cadre de sa Collection St Lazare, prison de femmes (1794-1932) revient sur l’incarcération de Mata-Hari à la prison Saint-Lazare.

Voir la vidéo : Saint-Lazare’s most famous prisoner Mata-Hari (7′ o6″).

 

matahariParution du livre le 1er novembre 2001 – Longtemps après l’exécution de Mata-Hari au polygone de tir de Vincennes, le 15 octobre 1917, le procureur Mornet devait avouer : « Il n’y avait pas de quoi fouetter un chat. » Pourtant, Mornet s’était prêté sans états d’âme à ce qui fut une véritable machination judiciaire… Il est vrai que Mata-Hari faisait une coupable idéale : étrangère, cosmopolite, affichant une liberté de mœurs et des goûts de luxe propres à scandaliser les bien-pensants, cette danseuse à l’exotisme sulfureux avait effectivement entretenu des relations troubles avec les services secrets allemands. Mais, incapable de recueillir le moindre renseignement digne de ce nom et, à plus forte raison, de jouer un double jeu lorsqu’elle était passée au service de la France, elle fut immolée sur l’autel de la raison d’État, à un moment critique de la Première Guerre mondiale où jeter en pâture à la foule une espionne de haut vol permettait de faire oublier à l’opinion publique l’impasse sanglante dans laquelle s’étaient enfermés les belligérants. C’est cette machination que démonte ici Léon Schirmann, après des années de recherche et à la lumière des pièces des archives françaises et étrangères qu’il est le premier à avoir analysées de façon exhaustive. Chercheur rigoureux, Léon Schirmann fait définitivement litière des innombrables légendes qui ont depuis toujours déformé l’histoire de Matat-Hari. Son livre prouve de plus que la réalité est infiniment plus forte que la fiction : héroïne émouvante d’une véritable tragédie classique, livrée à l’implacable cruauté d’un « deus ex machina » qui aurait revêtu l’uniforme de l’armée française, Mata-Hari saura mourir avec un courage et une dignité qui forcèrent l’admiration de ceux-là même qui avaient joué sa vie.

Résistant, titulaire de la Croix de guerre avec deux citations, Léon Schirmann doit à une indépendance d’esprit peu commune et à une longue pratique des méthodes scientifiques (agrégé de Sciences, il a enseigné pendant longtemps en classe préparatoire) un souci de la vérité qui l’a conduit à combattre le mensonge et l’injustice, d’où qu’ils viennent. Il a ainsi publié un important ouvrage sur le « Dimanche sanglant d’Altona » dans lequel il établit l’innocence de quatre jeunes communistes, condamnés à mort et exécutés à Hambourg en 1933 sur la base de pièces truquées par les magistrats. Après avoir obtenu leur réhabilitation en 1992, Léon Schirmann s’est ensuite consacré à des recherches approfondies sur le procès de Mata-Hari dont il a également demandé la révision. Depuis, il travaille à un livre sur l’affaire du Bonnet rouge, un journal qui, pendant la Première Guerre mondiale, fut taxé de trahison, et dont le directeur, Almereyda, trouva une mort mystérieuse à la prison de Fresnes, ainsi que sur de nombreux autres dossiers politico-judiciaires de la même époque.

Éditeur : Italiques


Vous aimerez aussi...