Architecture et patrimoine carcéral (Pierre Gaume, Jean-Lucien Sanchez, Sophie Victorien)

Ce numéro de la revue Histoire pénitentiaire est consacré au patrimoine et à l’architecture carcérale. Il propose un ensemble de contributions organisé selon trois axes thématiques : la France métropolitaine, la France d’outre-mer et les exemples étrangers. Depuis la parution en 1975 de l’ouvrage Surveiller et Punir de Michel Foucault, l’architecture carcérale et son histoire ont été l’objet d’un investissement important de la part des historiens. La lecture du Panopticon de Jeremy Bentham et sa traduction conceptuelle par le philosophe (le « panoptisme ») a mis en lumière l’incidence de cette utopie architecturale dans la conception des établissements pénitentiaires aux XIXe et XXe siècles en France (mais également en Grande-Bretagne, aux États-Unis, etc.). Depuis, l’architecture n’a cessé de susciter recherches et contributions. Citons notamment le colloque L’architecture carcérale, des mots et des murs organisé en 2010 à l’École nationale d’administration pénitentiaire, la parution récente de l’ouvrage Prisons. Patrimoine de France d’Étienne Madrange (Lexis Nexis 2013) ou encore la rubrique « Patrimoine carcéral » dirigée par Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus.

En outre, les questions posées par la sauvegarde de ce patrimoine entraînent des débats sur l’opportunité de conserver ou non certains établissements pénitentiaires. L’émoi suscité par la fermeture des prisons Saint-Joseph et Saint-Paul à Lyon en est un témoignage. Plus récemment, des chercheurs ont également manifesté leur inquiétude quant au devenir de ce « patrimoine sombre » (Libération, 18.09.2014). Souvent dictées par la nécessité d’adapter un parc vétuste aux règles de droit en matière d’accueil des personnes détenues, ces fermetures posent aussi la question de la pression foncière exercée sur certains établissements, situés au cœur des centres urbains. Les débats sont donc vifs, et nombreux. Néanmoins, divers exemples de reconversion et de valorisation ont démontré tout à la fois l’intérêt porté par le public pour ce patrimoine et sa capacité à se renouveler au sein de la dynamique urbaine. L’ouverture de la maison d’arrêt de la Santé à Paris durant les Journées européennes du patrimoine 2014 a ainsi rencontré un large écho auprès du public. Avant qu’elle ne ferme ses portes pour une opération de réhabilitation/reconstruction, les visiteurs ont pu découvrir un espace de détention et prendre conscience de la réalité de l’incarcération.

Cette expérience qui tend à valoriser et à faire connaître le patrimoine carcéral s’est accompagnée, en 2014, de beaucoup d’autres : citons notamment le projet La disparition des lucioles organisé dans la prison Sainte-Anne à Avignon ou l’ouverture récente du Musée du bagne au sein du camp de la transportation de Saint-Laurent du Maroni. Longtemps laissé dans l’ombre, ce patrimoine est aujourd’hui au centre de nombreuses questions.

L’ensemble des contributions réunies dans ce dossier entendent y apporter chacune un élément de réponse. Ce dossier a bénéficié de l’apport d’historiens, de conservateurs, de directeurs de musées, de spécialistes, de doctorants, etc., qui ont analysé différents types de valorisation patrimoniale à travers des exemples issus d’aires géographiques variées. Néanmoins, le patrimoine carcéral est l’objet d’une actualité riche et de nouvelles réalisations sont toujours conduites à voir le jour : ce dossier n’est donc pas clos et reste ouvert à toute proposition de contribution (à transmettre à Jean-Lucien.Sanchez@justice.gouv.fr).

Le concept de patrimoine carcéral a été défendu et promu par notre ami et collègue Jean-Claude Vimont, notamment à travers la constitution d’un blog conçu de manière collaborative par des étudiants en master patrimoine de l’Université de Rouen visible sur Criminocorpus. Jean-Claude devait participer à ce numéro, à travers deux contributions. Il n’en a malheureusement pas eu le temps. En sa mémoire, nous lui dédions ce nouveau numéro qui lui doit énormément.


Vous aimerez aussi...