La maison d’arrêt de Fontenay-le-Comte par Anne-Sophie Campion

La maison d’arrêt de Fontenay-le-Comte est l’un des deux établissements pénitentiaires du département de Vendée. Elle est située dans le ressort du tribunal de grande instance du chef lieu du département.

Cette structure est dirigée par un commandant des services pénitentiaires secondé par un capitaine puis un major et deux premiers surveillants sont également en poste. Au total, le personnel de surveillance compte 28 postes pour une capacité théorique de 36 places pour 27 cellules. Or le taux d’occupation est de 228 %. Ainsi, elle compte parmi les maisons d’arrêt les plus peuplées de France avec un taux d’occupation record à raison de trois à cinq détenus par cellule de 9 à 12 m². 
Cette maison d’arrêt a été reconstruite en 1894, sur l’emplacement d’un ancien établissement pénitentiaire. Elle est fermée de 1926 à 1942 puis réouverte sous l’Occupation afin de recevoir des personnes incarcérées pour des faits de résistance. A la Libération, elle détient exclusivement des femmes condamnées pour des faits de collaboration. Le quartier des femmes ferme ses portes en 1972. Depuis 2002, Fontenay-le-Comte reçoit des prévenus et des condamnés âgés de plus de 18 ans. 

La structure est bâtie sur un plan analogue à celle de la Roche-sur-Yon, elle est entourée d’un mur d’enceinte, situé en retrait d’environ dix mètres. Formant ainsi un périmètre rectangulaire d’une surface de 3015 m2. Elle comporte deux étages et trois niveaux et est entourée d’un mur d’enceinte surmonté d’une clôture électrique et de concertina. Autour, circule un chemin de ronde, équipé de différentes caméras et vidéo surveillance. Pour accéder à ce chemin, il faut entrer dans une cour d’honneur située de part et d’autre, un grillage interdit l’accès au chemin de ronde.
Selon certaines rumeurs, des parloirs sauvages peuvent s’effectuer sur la partie gauche du mur d’enceinte, à proximité de la cour de promenade. 
Au rez-de-chaussée, se trouve une cellule disciplinaire, un espace commun ainsi que cinq cellules ordinaires, dans un sas on trouve une cellule de trois places et une réservée au service général. Les autres cellules sont reparties sur les autres niveaux, reliées par un escalier. 
Au total, la maison d’arrêt dispose de 23 cellules, allant de 9,3 à 10 m2, et quatre d’entre elles mesurent 17,6 m2. Cependant, aucune cellule ne permet la détention de personne à mobilité réduite. 
Les cellules, notamment les cellules à trois places sont composées de trois lits dont deux superposés, une table de 1,20 m sur 0,80 m. De trois chaises en plastiques et de trois étagères, de même que de trois panneaux d’affichage fixés au mur de chaque lit. Les cellules disposent d’un coin WC près de la porte séparé par une cloison et un rideau, où est placé un levier avec un bac servant pour laver la vaisselle et le linge. Au dessus figure une glace, une tablette et un bloc lumineux. Une plaque chauffante est également mis à disposition des prisonniers. Chaque cellule est équipée d’un bouton d’appel d’urgence. 
Dès leur arrivée, les détenus reçoivent une trousse de toilette appelée plutôt trousse d’hygiène, comportant un savon, un dentifrice, un shampooing, une brosse à dents, un rasoir, un rouleau de papier toilette. Cette trousse est renouvelée mensuellement voire tous les quinze jours si nécessaire. Un pack d’entretien est également mis à leur disposition afin d’entretenir la cellule. 
Les repas sont distribués quotidiennement à partir de 11h45 puis de 17h45. Le petit-déjeuner est servi avec le repas du soir et un pain par personne est distribué en début de matinée. Ces repas sont élaborés selon des menus types établit par le DISP de Rennes et respectent les prescriptions médicales en matière de régime spécifiques. 
Les promenades quotidiennes se font de 9h à 9h50 ou de 10h à 10h50 puis de 14h à 15h20 ou de 15h30 à 16h50. Elles sont organisée par cellules pairs et impairs. 
Les visites ont lieu le lundi, mercredi et vendredi à 14h, 15h, 16h, et 17h, soit six détenus par créneaux horaires.

Un nouvel établissement pénitentiaire en Vendée ?

Par annonce du Ministre d’Etat, ministre de la justice et des libertés, le garde des sceaux, le 26 juillet 2010, Fontenay-le-Comte apparaît sur la liste des 23 établissements pénitentiaires avec la mention « Fermeture de la maison d’arrêt en 2016: construction nouvelle: Charente Maritime» . Et le projet de la construction d’un nouvel établissement pénitentiaire en Vendée, se met en place. 
En effet, dans un courrier daté du 4 mai 2011, le Garde des Sceaux Michel Mercier l’a confirmé au Président du Conseil Général et affirme « La création de ce nouveau site pénitentiaire de 300 places conduira à la fermeture d’établissements vétustes, qui ne sont actuellement plus adaptés aux normes d’incarcération » en citant notamment « Fontenay-le-Comte et la Roche-sur-Yon ». Ce projet prévoit un établissement de 150 à 190 places dédié à l’exécution des courtes peines. 
Il faut savoir que la Vendée détient le record de surpopulation carcéral, soit 250 alors qu’elle peut en accueillir que trois fois moins ! Donc augmenter le nombre de place en Vendée est plus que nécessaire. Depuis l’annonce du projet les choses n’ont pas vraiment bougé, en revanche le nombre d’écroués n’a pas diminué. 
Sitographie :