Les métamorphoses de Clairvaux (Lydie Herbelot)

Auteur : Lydie Herbelot, agrégée de Lettres modernes, enseigne dans le secondaire à Troyes. Son intérêt pour la criminalité et ses corollaires l’a amenée à collaborer à un ouvrage publié en 2008 par Dominique Fey, Crimes et châtiments dans l’Aube (Éditions Dominique Guéniot). Tous deux se sont ensuite intéressés aux archives de la prison de Clairvaux et ont exposé en 2013 le résultat de leurs recherches dans un ouvrage intitulé Clairvaux, Vies emmurées au XIXe siècle (TheBookEdition). Ils poursuivent actuellement leurs investigations sur l’histoire de cette maison centrale pendant la Seconde Guerre mondiale.

Résumé : On sait qu’en France, un certain nombre de lieux d’enfermement monastique ont vu leurs portes se fermer à la Révolution, et se rouvrir quelques années plus tard pour accueillir de nouveaux types d’occupants, ceux-là beaucoup moins volontaires : Fontevraud, le Mont Saint-Michel, Loos constituent quelques-uns de ces exemples… Clairvaux également. Or, si la réorganisation de ces espaces à des fins carcérales n’a pas manqué de poser question, leur cession par l’administration pénitentiaire a interrogé tout autant, et continue d’ailleurs de le faire. Cet article s’efforce donc d’esquisser les grandes étapes de l’histoire de la maison centrale de Clairvaux qui, née d’une abbaye, est finalement devenue un formidable lieu de mémoire et de culture. Mais la patrimonialisation de ce bâti exceptionnel n’étant pas une mince affaire, il convient ici d’évoquer ses surprenantes – et successives – métamorphoses.

Abstract: We know that in France, a lot of places of monastic confinement closed their doors during the french Revolution, and reopened a few years later to admit a new type of occupants, those much less voluntary: Fontevraud, the Mont Saint-Michel, Loos establish some of these examples … Clairvaux also. Yet, if the reorganization of these spaces in prison raised many questions, their transfer by the prison authorities questioned too, and continues to do it. Thus this article tries to sketch the different steps of the history of the prison of Clairvaux which, arisen from an abbey, finally became a great commemorative site of culture. But the patrimonialisation of this exceptional place is not a small job, and we have here to evoke its surprising – and successive – metamorphoses.


Au commencement était l’abbaye de Clairvaux, née en 1115 de la volonté de fer de Bernard de Fontaine. Mais ce n’est pas l’histoire cistercienne qui nous intéresse ici. Rappelons seulement qu’en faisant de ce site religieux un bien national, le 2 novembre 1789, la Révolution française met fin à près de sept siècles d’histoire monastique.

Passée alors entre diverses mains qui tentent, sans grand succès, d’y exploiter plusieurs industries, l’abbaye est finalement rachetée en 1808 par le gouvernement français. Effectivement, par décret impérial, Napoléon a décidé d’en faire une maison centrale d’arrondissement destinée à recevoir des détenus de neuf départements des alentours. Un dépôt de mendicité doit également être mis en place, l’empereur étant déterminé à gommer du paysage français les mendiants qu’il perçoit comme des indésirables.

Ce dépôt est opérationnel en avril 1809, mais ce sera seulement après les désordres causés par les invasions de 1814-15  que l’on pourra finalement installer dans les murs des prisonniers qui vont bientôt affluer en masse. En effet, les travaux devant préparer les locaux destinés à des détenus des deux sexes ont pris du retard : c’est qu’en dépit de leur réalité commune de l’enfermement, la transformation d’une abbaye en prison n’est finalement pas une mince affaire.

Première métamorphose

Une telle mutation va effectivement amener, au fil des années, des modifications importantes dans plusieurs bâtiments, et un certain nombre de constructions également.

Évoquons pour commencer le lieu autrefois réservé aux convers.

Plan de l’abbaye en 1808 : bâtiment des convers, Archives Départementales de l’Aube (ADA), 3H338.

Plan de l’abbaye en 1808 : bâtiment des convers, Archives Départementales de l’Aube (ADA), 3H338.

Lors de l’ouverture de la prison, en 1814, cette vaste bâtisse du XIIe siècle abrite les détenus correctionnels des deux sexes. Pour préserver un semblant de séparation entre hommes et femmes, on a fortement cloisonné l’espace en deux sections distinctes, et ce à tous les étages : ainsi un procès-verbal de réception des travaux[1] évoque-t-il dix-neuf pièces au rez-de-chaussée pour 232 détenus qui dorment par deux, et vingt-et-une autres à l’étage qui abritent 256 individus, placés dans les mêmes conditions de promiscuité. À cela s’ajoutent des ateliers installés dans les combles. À l’extérieur, le cloisonnement s’avère tout autant de rigueur et l’on a mis en place deux grandes cours formant préaux, tandis que des murs de ronde de six mètres de haut isolent le tout. Ce ne sont pourtant pas là les derniers ajustements que subira l’endroit, loin s’en faut.

Une fois que le lieu sera finalement devenu la prison exclusivement réservée aux femmes et fillettes, de 1817 à 1858, il connaîtra en effet d’autres travaux, qu’il s’agisse de lutter contre la surpopulation carcérale en aménageant les combles en dortoirs en 1823, ou bien de mettre les plus jeunes à l’abri des mauvais exemples de leurs aînées, en créant pour elles un espace réservé. On construit aussi, spécifiquement pour les détenues, un grand atelier de tissage et couture, situé parallèlement au bâtiment déjà existant, côté est.

Et après que les femmes auront quitté Clairvaux de façon définitive, leur prison deviendra espace d’amendement, puis entrepôt, avant de subir de nouveaux aménagements au XXe siècle : la toiture sera alors surélevée, laissant place à un toit terrasse, pour installer de nouveaux ateliers de travail dans les combles, tandis que le sol du rez-de-chaussée se verra recouvert d’un socle en béton pour accueillir diverses machines-outils. Considéré comme l’une des clés de l’amendement par les philanthropes du XIXe siècle, le travail reste en effet une composante importante du système carcéral jusque dans les années 1970.

Aspects successifs du bâtiment des convers, de 1818 à 1870 : ADA, 1275W18, rapport pour le ministère de l’Environnement intitulé Évolution historique et architecturale du site de Clairvaux 1115-1981, de Colette Manassero et Michel Garreau.

Aspects successifs du bâtiment des convers, de 1818 à 1870 : ADA, 1275W18, rapport pour le ministère de l’Environnement intitulé Évolution historique et architecturale du site de Clairvaux 1115-1981, de Colette Manassero et Michel Garreau.

Revenons en 1814. Tandis que la prison mixte s’installe progressivement dans un quotidien souvent difficile, on réalise des travaux dans le grand cloître pour y placer les détenus criminels.

Le grand cloître reconstitué d’après plans du XIXe siècle : ADA, 1275W18, rapport pour le ministère de l’Environnement intitulé Évolution historique et architecturale du site de Clairvaux 1115-1981, de Colette Manassero et Michel Garreau.

Le grand cloître reconstitué d’après plans du XIXe siècle : ADA, 1275W18, rapport pour le ministère de l’Environnement intitulé Évolution historique et architecturale du site de Clairvaux 1115-1981, de Colette Manassero et Michel Garreau.

Tel est en tout cas le vœu initial. Mais en 1817, quand l’ancienne demeure des moines du XVIIIe siècle est finalement prête, on décide en fait  que « la grande détention » accueillera tous les hommes, qu’ils soient correctionnels ou criminels. Cette nouvelle répartition amène la construction d’autres enceintes au cœur du site, de façon à bien délimiter le territoire de chacun. C’est ainsi que la grande cour centrale se voit séparée en quatre quartiers par des murs, lesquels seront d’ailleurs détruits quelques années plus tard, lorsque se décide une autre répartition des détenus. Par ailleurs, le grand cloître se voit doté d’un entresol voûté d’arêtes surbaissées dans la hauteur de presque tout le rez-de-chaussée, et tandis que l’on détruit l’escalier monumental qu’avaient voulu les derniers moines, quatre nouveaux sont créés dans les parties médianes des quatre ailes sur cour, beaucoup plus pratiques pour accéder aux étages. Dans cet immense local de cinquante-deux mètres de côté, on perce des lucarnes dans les combles pour gagner encore de la place et de multiples cloisons sont montées, que l’on fera tomber lors de certaines épidémies, ou quand les théories hygiénistes de circulation de l’air seront en vogue.

Cette grande détention a bien entendu varié sa configuration au fil des décennies, un dortoir devenant un atelier, un atelier recevant une autre destination, mais il est frappant de constater comment l’espace a toujours évolué en fonction des règles ponctuant successivement l’univers pénitentiaire. Ainsi, lorsque la vie commune est de mise à Clairvaux, en particulier pour dormir, on n’hésite pas à entasser des dizaines, voire des centaines d’hommes, dans des dortoirs où les gardiens – selon la terminologie du XIXe siècle – n’entrent pas, la surveillance intérieure étant alors confiée à des détenus prévôts, tandis que de l’extérieur, quelques œilletons permettent de parcourir les salles du regard sans se mettre en danger.

Cellule collective de la grande détention, avec ses œilletons : photographie, collection particulière.

Cellule collective de la grande détention, avec ses œilletons : photographie, collection particulière.

Et lorsque viendra le temps de l’encellulement individuel pour la nuit – décidé en 1875 pour les maisons d’arrêt, mais bien plus tardif en maison centrale –, l’Administration pénitentiaire fera installer au début du XXe siècle les fameuses cages à poules, toujours visibles sur place : il s’agit de longues batteries de cellules grillagées, dont les surveillants pouvaient ouvrir et fermer toutes les portes à la fois grâce à un ingénieux mécanisme. On y trouvait un petit espace très rudimentaire, meublé d’un lit, d’une tablette dans un coin, d’une tinette et d’un broc à eau, le tout disposé dans un espace d’1m50 sur 2 m. Il convient de préciser qu’on les utilisera à Clairvaux jusqu’en 1970.

Cages à poules du premier étage : photographie, collection particulière.

Cages à poules du premier étage : photographie, collection particulière.

On rappellera enfin que la maison centrale du XIXe siècle, conçue pour être un espace de pénitence par le travail, doit également amender le condamné par d’autres moyens. C’est pourquoi la religion occupe une place majeure au sein des murs, et qu’elle doit bénéficier d’un lieu de culte digne de ce nom. En 1808, il existe bien une très grande abbatiale, mais après avoir abrité un atelier pour le travail du verre, elle est assez vite démantelée pour servir de réserve de matériaux. Reste la chapelle Sainte-Anne, trop exiguë pour recevoir tous les détenus. On choisit donc l’ancien réfectoire des moines, de fort belle taille, qui subit à son tour des travaux. Le chantier est achevé en novembre 1814. Selon le Préfet de l’Aube, cette nouvelle chapelle – qui recevra le nom de Saint Bernard – contiendra aisément les 400 condamnés correctionnels et les 600 criminels attendus, ainsi que la garde et les surveillants. En effet, « il a été fait trois doubles tribunes formant chacune six divisions bien distinctes et séparées, moitié pour les femmes criminelles, moitié pour les hommes criminels ; au rez-de-chaussée, deux séparations bien distinctes et bien séparées, l’une pour les hommes correctionnels, l’autre pour les femmes correctionnelles.[…] Au-dessus de la sacristie, une tribune a été faite en gradin pour tous les employés de la maison avec des bancs à pupitre[2] […] ». On appréciera le nombre de précisions dévolues à l’idée de « séparation », ce critère faisant alors force de loi, tant est manifeste l’espoir de lutter contre les mélanges délétères qui ont sévi un peu partout dans les débuts de la prison pour peine.

Après la Seconde Guerre mondiale, cette chapelle est toujours en usage, et Xavier Vallat en propose notamment une description très précise dans l’ouvrage hagiographique[3] qu’il consacre à son ami Charles Maurras, maître à penser de l’Action Française, et emprisonné comme lui à Clairvaux pour faits de collaboration. Il y remarque par exemple les jolis tableaux de forme ovale qui ornent les murs, représentant des « allégories aux riches appas », ainsi que les « motifs en stuc » représentant au plafond « des faisceaux d’instruments peints » et comme tout cela n’a pas grand-chose à voir avec « les Saints mystères », il en conclut qu’il a pu s’agir là, autrefois, d’un salon de musique : en réalité, comme on le sait, il s’agissait seulement du réfectoire des derniers moines, luxueusement décoré à la mode baroque du XVIIIe siècle. Vallat mentionne également la vaste superficie du chœur et les trois petites loges pouvant contenir trois personnes qui le bordent, chacune d’elles étant en fait réservée aux détenus  que l’on dirait aujourd’hui VIP, dont Maurras.

On aura compris que quelle que soit l’époque, les prisonniers politiques dont il vient d’être question ne partagent pas le quotidien du détenu ordinaire. Depuis la seconde partie du XIXe siècle, ce type de condamné jouit en effet d’une situation relativement privilégiée en se voyant incarcéré dans le petit cloître, c’est-à-dire l’ancienne infirmerie des moines.

 Le petit cloître, à la fois hôpital et quartier politique après 1860 : plan de 1808, ADA, 3H338.

Le petit cloître, à la fois hôpital et quartier politique après 1860 : plan de 1808, ADA, 3H338.

« L’Enfermé », Auguste Blanqui, a été l’un des premiers à y bénéficier d’une vaste cellule. Écroué à Clairvaux le 17 septembre 1872 et d’abord placé dans le bâtiment d’isolement, il est finalement transféré, pour raison de santé, au premier étage du petit cloître, dans une très longue pièce d’environ 15 mètres  sur 7, percée de cinq fenêtres et donnant sur un jardin. On est évidemment bien loin des dortoirs surpeuplés de la grande détention, ou des cages à poules qui viendront ensuite. L’anarchiste russe Kropotkine jouira de conditions à peu près semblables dans les années 1880, tout comme Charles Maurras, son fidèle Maurice Pujo, ou encore l’ex amiral de La Borde après 1945, dans des cellules cependant plus petites.

Il convient enfin de mentionner, vers 1850, la construction du quartier d’isolement, témoin type de l’architecture pénitentiaire de la seconde moitié du XIXe siècle. S’il accueille ponctuellement des détenus particuliers – comme Blanqui –, c’est surtout un espace de punition, qui a remplacé les terribles cachots de pierre de la grande détention. Ce nouveau bâtiment, qui compte deux étages de cellules, s’ouvre à l’arrière sur des cours camembert, ces espaces de quelques mètres carrés destinés à la promenade solitaire des punis.

On a donc vu comment, en conservant pratiquement tous les espaces de l’ancienne abbaye, les lieux  se sont métamorphosés au fil des décennies pour enfermer des détenus qui ont pu se compter par milliers, à Clairvaux. Les choses n’allaient pas de soi, et les prisonniers ont vécu des heures difficiles, voire cauchemardesques, entre des murs humides et labyrinthiques. Puis le jour est venu de constater que les bâtiments du passé n’étaient plus adaptés à une détention humaine et digne.

L’oubli

En ce qui concerne les anciens locaux de l’abbaye affectés à la prison, c’est en effet en 1971 que les choses se jouent. Les autorités estimaient, depuis quelques années, qu’un certain nombre de ces bâtiments n’étaient plus adaptés à la fonction pénitentiaire, en raison de leur vétusté. On a donc construit des barres d’immeubles de type HLM au nord de la centrale, et c’est là que vont être transférés les détenus de Clairvaux.

Au premier plan, le grand cloître vidé de ses détenus en 1971 ; derrière, les « barres d’immeubles » en construction : photographie, collection particulière.

Au premier plan, le grand cloître vidé de ses détenus en 1971 ; derrière, les « barres d’immeubles » en construction : photographie, collection particulière.

Le grand cloître se trouve donc vidé de ses occupants, tandis que les ateliers et entrepôts installés dans l’ancienne prison des enfants ou le bâtiment des convers se retrouvent plongés dans le silence. En revanche, une grande partie du mobilier ne bouge pas : les gigantesques batteries de cages à poules continuent d’occuper les étages, le matériel industriel destiné aux ateliers reste partiellement en place, qu’il s’agisse de certaines machines, ou même des pots de peinture jetés à terre lors des dernières mutineries.

Et l’ensemble, peu à peu, sombre dans l’oubli. Au tout début des années 1970, les anciennes abbayes cisterciennes ne connaissent pas encore la notoriété qu’elles rencontreront bientôt grâce à des historiens comme Duby. Quant à l’histoire carcérale, c’est un sujet plutôt honteux, voire tabou, que l’on n’a guère envie de valoriser : n’oublions pas que c’est en septembre 1971 que Buffet et Bontems réalisent, dans l’infirmerie de Clairvaux, la terrible prise d’otages qui se soldera par la mort de l’infirmière Nicole Comte, et d’un jeune surveillant, Guy Girardot. On sait quels remous cette affaire a déclenché, aussi bien dans les médias que dans le milieu pénitentiaire lui-même.

Le ministère de la Justice laisse donc tout en l’état. Il faut cependant signaler quelques travaux urgents de consolidation qui sont effectués, jusqu’en 1978, sous la direction de Jacques Laurent, architecte en chef des Bâtiments historiques, qui œuvre autant qu’il le peut pour la restauration du site depuis bien des années. Il recevra d’ailleurs, en 1980, la médaille de l’Administration pénitentiaire en récompense de ses nombreux mérites. Jean-Michel Musso prendra la suite, tâchant notamment de préserver certaines parties du grand cloître, avec le peu de moyens financiers dont il dispose. Les toits de la grande détention seront par exemple couverts de tôles de zinc pour éviter les fuites.

Et c’est ainsi, tant bien que mal, que l’immense patrimoine de Clairvaux survit à son sommeil de pierre.

Histoire d’un sauvetage

L’année 1979 voit enfin l’endroit sortir de sa torpeur. Jacques Pelat, tout nouveau sous-préfet en poste à Bar-sur-Aube, visite l’ancienne abbaye-prison sous la houlette de Serge Morisseau, architecte des Bâtiments de France. Le directeur de la centrale et Jean Talbert, un magistrat du ministère de la Justice qu’il reçoit ce jour-là, sont également de la partie. Et les quatre hommes – comme cela arrive en fait à bon nombre de ceux qui visitent ce site pour la première fois – sont séduits par le lieu. Et tombant d’accord pour estimer qu’un tel état d’abandon est tout de même fort regrettable, ils décident de créer une association dont le siège sera d’abord la sous-préfecture : Renaissance de l’abbaye de Clairvaux vient de voir le jour.

Bientôt, le sous-préfet est muté et la secrétaire générale de la sous-préfecture, Madame Simone Pérot, se montre fort soucieuse de trouver un nouveau président à l’association. C’est d’abord Monsieur Morisseau qui assume cette fonction, puis, comme il s’était intéressé à l’endroit dans le cadre de ses études – notamment pour son mémoire de Sciences-Politiques – ce sera Jean-François Leroux-Dhuys.

C’est en réalité en 1946 que ce dernier découvre la prison de Clairvaux pour la première fois. Le gamin de douze ans qu’il est alors imprime dans sa mémoire « un mur interminable », auquel succède une grande place à traverser, puis un portail d’entrée qu’il faut franchir. Peu après, le voilà dans le grand cloître, au rez-de-chaussée duquel sont installées, « sous la voûte d’une très longue galerie[4] », des tables en bois, placées les unes au bout des autres. Sans le savoir, le jeune garçon découvre le réfectoire des Inoccupés, des détenus dispensés de travail pour des raisons variées. C’est son père qui l’a amené là, pour faire acte de charité et distribuer des colis aux prisonniers, ces hommes aux crânes rasés qui portent le droguet et des sabots, auprès desquels on assoit l’enfant, le temps de la distribution.

D’après le compte rendu que fait l’intéressé de ce premier contact, ce qui l’a le plus frappé, c’est la façon dont chaque détenu a tracé à la craie un carré sur la table pour y placer les victuailles qu’il recevait, comme pour matérialiser, le temps de la distribution, un espace enfin privé. Et puis le silence, d’une grande épaisseur, et de simples ampoules pendantes du plafond, qui répandent sur le lieu une « lumière blafarde, grise et triste ».

Cette découverte de l’une des plus grandes prisons de France – qui abritait alors notamment des prisonniers incarcérés pour des faits de collaboration plus ou moins graves – avait de quoi marquer le jeune collégien, et cela explique sans doute en partie la passion avec laquelle Jean-François Leroux-Dhuys n’a eu de cesse, depuis, d’œuvrer pour la sauvegarde de cet incroyable patrimoine.

Lors de sa seconde visite, bien des années plus tard, guidé par le directeur de l’époque, Monsieur Gueydan, il est invité à déjeuner dans l’ancien lavoir de la prison du XIXe siècle, devenu mess des surveillants. Fort de sa passion pour cette belle abbaye cistercienne, il parvient à convaincre le fonctionnaire du caractère exceptionnel du site. C’est de là que naîtra la première visite publique de Clairvaux, le groupe étant surtout composé des amis du docteur Bernard Masson, médecin de la centrale qui leur a proposé cette découverte, et guidé par Monsieur Leroux-Dhuys.

L’année suivante, une visite sera autorisée le premier samedi de chaque mois, en été, les cinquante visiteurs maximum étant tenus de déposer leur pièce d’identité au surveillant de garde à la Porte 1. Un autre surveillant accompagne alors ces nouveaux explorateurs. Et c’est ainsi que peu à peu, le bouche à oreille fonctionnant, les touristes désirant effectuer la visite se multiplient, que les guides bénévoles se manifestent, et que la grande abbaye-prison reprend vie.

Renaissance phase 1 : restauration des  « lieux de mémoire »

Après quelques temps, l’association peut occuper l’Hostellerie des dames, qui se trouve à gauche de la porte du Midi par laquelle on pénètre sur le site. Il s’agit d’un bâtiment à un étage datant du XVIe siècle qui, après diverses destinations, a abrité l’école de Clairvaux aux XIXe et XXe siècles, ainsi que le logement de l’instituteur jusque dans les années 1950, avant de devenir vestiaire de sport. Le tout mérite restauration, mais il faut d’abord parer au plus pressé.

Effectivement, les visiteurs se pressent de plus en plus nombreux après 1985, et un sérieux problème se pose : comme ils entrent toujours sur le site par la Porte I – à savoir celle de la prison toujours en activité –, ils attendent en même temps que les familles des détenus venues pour le parloir, ce qui donne évidemment lieu à une situation quelque peu délicate. On  propose donc à l’association de disposer d’une entrée privée, située dans un bâtiment en très mauvais état, qui n’est autre que l’ancien local des garçons détenus au XIXe siècle[5]. Et c’est de cette façon que la prison désaffectée va commencer à renaître vraiment, tout en connaissant, grâce à des architectes et artisans passionnés, de véritables restaurations.

Si les premières ont été financées par l’argent des visites, des subventions viennent ensuite arrondir la manne nécessaire, grâce à la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC), au département, à des collectivités de commune, à des mécènes également. C’est ainsi qu’à partir de 1992,  l’association « Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux » amorce la restauration de l’Hostellerie des dames, réellement achevée en 2007 : on y trouve désormais la salle d’accueil pour les visiteurs, une librairie boutique, une salle d’exposition permanente à l’étage et deux autres salles d’expositions temporaires au rez-de-chaussée.

D’autres, fort heureusement, ont suivi. En 2002, le ministère de la Justice cède à celui de la Culture et de la Communication les bâtiments désaffectés. Cela permet, à partir de 2003, la réalisation de travaux importants, en particulier dans l’ancien bâtiment des convers, devenu prison des femmes avant d’avoir encore d’autres fonctions, comme on l’a vu. Pour cette restauration, les architectes ont fait le choix de gommer totalement le passé carcéral du bâtiment pour redonner toute leur splendeur à l’ancien cellier des moines bernardins, ainsi qu’aux dortoir et réfectoire des frères convers. Cela peut sembler d’autant plus justifié qu’il s’agissait là du seul vestige conservé du XIIe siècle, et le résultat est splendide.

Quant à l’ancien réfectoire des moines du XVIIIe siècle, devenu lieu de culte des détenus, il a été superbement restauré en 2015 dans sa fonction de chapelle carcérale. On peut ainsi y découvrir les vestiges des tribunes qui avaient été construites pour séparer les différents types de détenus durant la messe, encore visibles à travers leurs arrachements que l’on a soigneusement conservés.

Enfin, l’ancienne prison des enfants, par laquelle on continue aujourd’hui d’entrer pour les visites, a également fait peau neuve – tout comme son environnement extérieur – en 2015 : là aussi, la restauration a privilégié l’architecture cistercienne voûtée du rez-de-chaussée, pour en faire une très belle salle d’exposition.

Renaissance phase 2 : vie culturelle

Toutefois, ces vastes locaux seraient sans doute restés lettres mortes sans la présence des multiples activités culturelles qui ont permis, ces dernières années – et permettent encore aujourd’hui –, de faire exister leur double histoire religieuse et carcérale.

Il faut d’abord évoquer les visites que proposent des guides passionnés et passionnants. Beaucoup de touristes viennent découvrir à Clairvaux l’une des filles de Cîteaux, et ils sont très surpris – et souvent bouleversés – par l’histoire de la prison qu’ils y rencontrent aussi. Les plus avertis peuvent d’ailleurs privilégier le parcours carcéral : en effet, des visites thématiques sont organisées autour de « Claude Gueux : personnage historique et personnage de roman », ou encore du citoyen et de la justice, « de Cesare Beccaria à Robert Badinter, ou l’évolution de la peine ».

Les études historiques ne sont pas en reste. En 1990, date du neuf centième anniversaire de la naissance de Saint Bernard, un premier colloque est organisé : les médiévistes ont répondu en nombre pour proposer des communications, les auditeurs également et les Actes du colloque se vendront très rapidement. Ce succès en appelant d’autres, un second colloque, centré cette fois sur le double enfermement dont Clairvaux est le symbole – monacal et carcéral – voit le jour en 2009, en partenariat avec des universitaires de Reims et de Paris, bientôt suivi de séminaires et de rencontres plus informelles destinées à réfléchir sur le sujet et préparer d’autres rencontres.

Il faut ajouter à ces recherches le Festival Ombres et Lumières qui, sous la houlette de sa directrice artistique, Anne-Marie Sallé, se déroule chaque année à l’automne. Le thème du double enfermement inspire des concerts d’une grande diversité, évoquant à la fois la spiritualité lumineuse des reclus volontaires et le sombre oubli dans lequel peuvent tomber les condamnés. Ainsi, en 2009, l’opus 49 des Nocturnes de Clairvaux créé par le compositeur Thierry Machuel émeut fortement le public, en développant sa trame musicale sur des textes de moines et de détenus, spécialement recueillis pour l’occasion. Selon le compositeur lui-même, « les Nocturnes sont une véritable immersion dans ces autres mondes, parallèles au nôtre, prison, abbaye. Et surtout, dans un autre temps. », d’où sa volonté de « restituer ce temps carcéral, si particulier, dont parlent tous les enfermés. » Il évoque ainsi « un parcours traversant toutes sortes d’écritures chorales, parfois plus bruitistes que musicales, avec des verrous et une plaque de tôle fabriqués par les services techniques de la prison. Une mise en espace suggérant l’enfermement : disposés autour du public, quatre murs de chanteurs, ceux-ci actionnant eux-mêmes les verrous à des moments clé de l’œuvre (!), le bruit de pas d’un gardien suggéré par des coups frappés sur la plaque de tôle[6] […] ». On voit ici comment l’œuvre artistique s’efforce de convoquer tous les mondes en présence pour donner corps au lieu.

Et cette année 2015, sublimée par le neuf centième anniversaire de la fondation de Clairvaux-abbaye, n’a pas dérogé à la règle, le Festival s’offrant même des concerts réalisés dans des bâtiments restaurés d’une grande beauté.

 Régis Pasquier et Emmanuel Strosser à l’œuvre en 2015 dans la superbe chapelle Saint Bernard et le dortoir des convers sous le charme des chants yiddish présentés par N. Waysfeld et l'ensemble de Blik : photographies, collection particulière.

Régis Pasquier et Emmanuel Strosser à l’œuvre en 2015 dans la superbe chapelle Saint Bernard et le dortoir des convers sous le charme des chants yiddish présentés par N. Waysfeld et l’ensemble de Blik : photographies, collection particulière.

Régis Pasquier et Emmanuel Strosser à l’œuvre en 2015 dans la superbe chapelle Saint Bernard et le dortoir des convers sous le charme des chants yiddish présentés par N. Waysfeld et l'ensemble de Blik : photographies, collection particulière.

Régis Pasquier et Emmanuel Strosser à l’œuvre en 2015 dans la superbe chapelle Saint Bernard et le dortoir des convers sous le charme des chants yiddish présentés par N. Waysfeld et l’ensemble de Blik : photographies, collection particulière.

Outre ces intermèdes musicaux, Clairvaux résonne également d’autres voix, celles inspirées notamment par des détenus devenus célèbres : citons l’incontournable Claude Gueux, héros éponyme du fameux texte de Victor Hugo publié en 1834. L’assassin tourmenté du gardien-chef Delacelle – pour cela guillotiné – s’est ainsi vu ressuscité dans le cadre d’une création théâtrale réalisée par la Compagnie Théâtr’Âme, sous la direction de Danièle Israël, et intitulée Claude Gueux, de la misère à la guillotine, jouée au sein même des murs de Clairvaux.

Évoquons aussi les ateliers d’écriture proposés aux détenus emprisonnés de l’autre côté des murs, dont la parole peut être entendue en diverses occasions, ou répercutée de façon très originale, comme c’est le cas dans L’œil de Clairvaux de Marion Lachaise, « un livre en réalité augmentée sur la prison de Clairvaux qui prend la forme d’une installation vidéo quand vous le manipulez et l’activez[7]. »

Décidément riche en événements, 2015 a également vu éclore des Matinales : le premier dimanche de chaque mois, le public s’est vu convié à une conférence portant sur la prison comme sur l’abbaye, suivie d’un concert. C’est ainsi que le dimanche 7 juin, Laure Bulmé, guide à Clairvaux, a proposé une présentation passionnante des nombreux graffitis visibles dans la prison désaffectée, en lien avec La Mémoire des murs, exposition coordonnée par Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus. Chacun a pu alors découvrir quelques-uns de ces nombreux témoignages de détenus, allant de la simple mention identitaire à des promesses de vengeance, ou des représentations humaines beaucoup plus élaborées. Plus tard dans l’année, le 4 octobre, Dominique Fey et Lydie Herbelot ont pu évoquer quelques aspects de l’histoire de la prison de Clairvaux au XIXe siècle.

On mentionnera pour finir les expositions consacrées à l’histoire pénitentiaire, destinées à combler une demande d’information toujours croissante, grâce à des images empruntées aux archives, des objets symboliques de l’incarcération, ou même des uniformes de surveillants prêtés par l’ENAP, qui avaient été placés sur des mannequins dans les immenses galeries du grand cloître.

 Affiche de l’exposition La Pénitentiaire à Clairvaux, 2015 : photographies, collection particulière.

Affiche de l’exposition La Pénitentiaire à Clairvaux, 2015 : photographies, collection particulière.

Quelques panneaux de l’exposition La Pénitentiaire à Clairvaux, 2015 : photographies, collection particulière.

Quelques panneaux de l’exposition La Pénitentiaire à Clairvaux, 2015 : photographies, collection particulière.

Vers une ultime métamorphose ?

On aura donc compris que de nombreux acteurs continuent de tout mettre en œuvre pour que chacun ait envie de venir visiter Clairvaux et d’y découvrir, outre la désormais célèbre abbaye, les vastes espaces qui ont également retenu prisonniers dans leurs murs des hommes, des femmes et des enfants de tous les âges.

Mais précisément, les immenses surfaces libres du grand cloître méritent mieux encore. Jean-François Leroux-Duys, infatigable protecteur des lieux, y appelle de ses vœux un musée du monachisme cistercien, qui n’existe pas encore en France. Et pourquoi pas également un centre d’interprétation de l’enfermement pénitentiaire,  ou un musée des prisons ? La fermeture de celui de Fontainebleau – dont le projet n’a malheureusement jamais vraiment  abouti – a donné encore un peu plus de corps à l’idée d’en constituer un à Clairvaux. Quel autre lieu peut se targuer de posséder une aussi longue histoire carcérale – toujours en cours –  et d’un patrimoine bâti aussi considérable et disponible ? Les cellules collectives, les batteries de cages à poules, les interminables galeries voûtées barrées de grilles aux extrémités ou encore les lugubres cachots, tout concourt à transporter le visiteur dans un univers qui ne manque pas de l’impressionner. On ne ressort pas indemne de ce voyage dans le temps ! En effet, il suffit d’écouter les récits des « passeurs d’histoire » de ce lieu, les guides de Clairvaux, pour comprendre que si beaucoup de visiteurs viennent dans un premier temps pour l’abbaye surtout, la curiosité pour le monde carcéral, omniprésent pendant la visite, revient très vite dans les questions. Le sujet passionne et il tient pour une bonne part au site même, car cet endroit dégage quelque chose d’indéfinissable et de fort.

Placé sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Communication, cette partie des locaux de l’ancienne prison n’est-elle donc pas en soi un appel à une reconversion muséale d’un ensemble qui mérite assurément une mise en valeur nationale ?

Bibliographie

Leroux-Dhuys Jean-François, Clairvaux, le génie d’un lieu, Cirey-sur-Blaise, Éditions Châtelet-Voltaire, 2003.

Leroux-Dhuys Jean-François et Vilain Gilles (textes), Philippot Jacques (photographies), L’abbaye de Clairvaux, collection Itinéraires du Patrimoine, Éditions Dominique Guéniot, 2009 (3e édition).

Bianchi Virginie et Leroux-Dhuys Jean-François (textes), Stritt Pascal (photographies), Clairvaux, état des lieux, Langres, Éditions Dominique Guéniot, 2011.

Fey Dominique et Herbelot Lydie, Clairvaux, vies emmurées au XIXe siècle, The BookEdition, 2013.

Sitographie

Abbaye de Clairvaux : abbayedeclairvaux.com/

Criminocorpus : criminocorpus.org, et en particulier La Mémoire des murs, exposition coordonnée par Jean-Claude Vimont.

Marion Lachaise : marionlachaise.com/index.php?/antiportraits/loeil-de-clairvaux/

Thierry Machuel : thierrymachuel.com/

 

[1] France, Troyes, Archives Départementales de l’Aube (ADA), 37Y1, 9 décembre 1813.

[2] ADA, 37Y1, 27 novembre 1814.

[3] ADA BP76, Xavier VALLAT, Charles Maurras n° d’écrou 8321, 1953.

[4] Tous ces détails figurent dans le livre de Jean-François Leroux-Dhuys, Clairvaux, le génie d’un lieu, Cirey-sur-Blaise, Éditions Châtelet-Voltaire, 2003.

[5] On a déjà eu l’occasion de mentionner les fillettes, logées avec les femmes. À partir de 1825, les garçons mineurs de 16 ans, pour beaucoup acquittés mais placés en prison pour y être en principe éduqués, disposent d’un local qui leur est réservé. Beaucoup de ces enfants passeront de longues années à Clairvaux, ou dans les colonies agricoles associées, situées à proximité.

[6] Propos de Thierry Machuel recueilli sur son site : http://www.thierrymachuel.com/

[7] Un ouvrage d’une grande sensibilité, sur lequel le site de l’auteure donne de premières informations très intéressantes.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. demessemacker martine dit :

    excellente cette rétrospective de ce lieu si chargé d’Histoire et d’histoires…