Le Tour de France cycliste naît indirectement de l’affaire Dreyfus

Henri Desgrange (1865-1940) Ancien champion cycliste, directeur du vélodrome de Paris, il est le fondateur du journal L’Auto-Vélo en 1900, devenu L’Auto à la suite d’un procès en 1903. Promoteur du Tour de France, il en reste l’organisateur jusqu’en 1939.- Agence Rol ; 1914 - Source BnF

Henri Desgrange (1865-1940)
Ancien champion cycliste, directeur du vélodrome de Paris, il est le fondateur du journal L’Auto-Vélo en 1900, devenu L’Auto à la suite d’un procès en 1903. Promoteur du Tour de France, il en reste l’organisateur jusqu’en 1939.- Agence Rol ; 1914 – Source BnF

« Jusqu’en 1914, le parcours du Tour de France épouse les frontières du territoire, il entre même en territoire allemand entre 1906 et 1911. Il s’agit d’un moment d’appropriation symbolique du territoire et de célébration d’une France unie, dominée par Paris (arrivée sur les Champs-Élysées).

Il s’ouvre aux premiers cols montagnards des Pyrénées en 1910 (L’Aubisque et le Tourmalet) puis des Alpes (Galibier) en 1911.

Henri Desgrange ne cache pas son nationalisme. Le Tour de France naît d’ailleurs indirectement de l’affaire Dreyfus. Pierre Giffard, fondateur du Vélo (1892), détient un monopole sur la presse sportive et est dreyfusard. Michelin, Clément (cycles) et le comte de Dion, antidreyfusards, s’associent à Desgrange pour fonder le journal Auto-Vélo. Ses liens avec les milieux nationalistes et financiers en font une cible récurrente pour L’Humanité dans les années 1920 et 1930… »

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site Retronews


Vous aimerez aussi...