… et tombent les perruques

Les capitouls de 1752-1753, par Guillaume Cammas. Huile sur vélin (détail présentant quatre des capitouls). Ville de Toulouse, Archives municipales, BB 283, f° 442.

Les capitouls de 1752-1753, par Guillaume Cammas. Huile sur vélin (détail présentant quatre des capitouls). Ville de Toulouse, Archives municipales, BB 283, f° 442.

Le dernier dossier Dans les bas-fonds proposé par les Archives municipales de Toulouse nous fait pénétrer dans le petit monde des perruques sous l’Ancien Régime.
En effet, perruques et chapeaux sont bien les premiers à tomber à la faveur des rixes, coups, poussades et autres agressions physiques que l’on trouve dans les procédures criminelles des capitouls. On y découvre là un monde exclusivement masculin, où du parlementaire au jardinier tous semblent effectivement porter perruque.

Croquis et essais

Croquis et essais d’écriture sur une page vierge de registre paroissial (1766). Ville de Toulouse, Archives municipales, GG 70, f° 33 v (détail).

Le billet se poursuit et nous fait ensuite pénétrer dans la boutique des perruquiers : maîtres, apprentis, tresseuses de cheveux nous apparaissent autant comme témoins que comme victimes, voire comme agresseurs eux-même. Ces procès permettent aussi de mettre aussi en lumière certains des outils du métier (règles à étager les perruques, têtes à perruques en bois) lorsqu’ils deviennent accessoires ou armes au service du crime !

Lire le billet et télécharger le dossier


Vous aimerez aussi...