La mission d’avocat dans la Rome impériale d’après la correspondance de Pline le Jeune, ( Marie Yschard)

Résumé de l’article :
Les nombreuses lettres de Pline le Jeune, publiées au IIe siècle, qui évoquent sa mission d’avocat témoignent de l’importance qu’il accorde à l’éloquence dans la défense des intérêts d’autrui. En se comparant à Cicéron, Pline met en avant une conception classique et républicaine de la mission d’avocat, toutefois concurrencée par l’image d’une pratique lucrative qui s’ouvre à des hommes moins fortunés. L’activité d’avocat de Pline, enserrée dans des obligations politiques et sociales, repose sur l’observance de principes formant une sorte de code déontologique qu’il élabore au fur et à mesure, pour sa propre pratique. À travers son engagement dans cinq grands procès de concussion, nous verrons que l’avocat joue un rôle essentiel dans la conduite d’un procès « équitable ».

Lire l’article  de Marie Yschard dans la revue Criminocorpus.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2016, 18 juillet). La mission d’avocat dans la Rome impériale d’après la correspondance de Pline le Jeune, ( Marie Yschard). Criminocorpus. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndab

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search