Par-delà les murs : l’urbanité carcérale dans le Paris du XVIIIe siècle (Sophie Abdela)

Auteur : Sophie Abdela est doctorante à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Caen-Basse-Normandie. Ses recherches portent sur les prisons parisiennes du XVIIIe siècle. Elle s’intéresse plus particulièrement à la matérialité et à la présence physique des établissements carcéraux ainsi qu’aux relations qui se tissent entre les prisons, la capitale et les citadins.

Résumé : Cet article se penche sur la présence ou les présences des établissements carcéraux au cœur de la ville de Paris au XVIIIe siècle. Il tente d’explorer les liens qui ont pu s’établir entre les habitants de la capitale et les prisons qui tapissaient leur ville. Ainsi, par sa proximité physique et matérielle, par ses relations de véritable voisinage et par les échanges constants entre les geôles et la ville, la prison apparaît comme un objet fondamentalement urbain, inséparable de la Cité.

Abstract: This article looks into the presence, or presences, of penitentiary constructions in the heart of Paris during the eighteenth century. It attempts to explore the ties that may have been established between the inhabitants of the French capital and the prisons which were scattered around their city. Thus, with its physical and material proximity, its actual neighborhood relations and its constant and fluid exchanges with its city, the Parisian prison appears as a fundamentally urban object, inseparable from the Cité.


Les historiens, suite à la publication de Surveiller et Punir de Michel Foucault, ont investi la prison. Ils ont été intrigués, voire fascinés par la figure du Panopticon, cette fameuse prison benthamienne construite sur le principe de l’omniscience comme mesure de contrôle, de savoir et, donc, de pouvoir. Depuis, l’histoire pénitentiaire a été le lieu d’un véritable bouillonnement académique qui a éclos sur des monographies d’importance et d’une grande qualité – pensons surtout aux travaux de Michelle Perrot, Patricia O’Brien, Christian Carlier et de Jacques-Guy Petit qui sont, depuis, devenus de véritables incontournables pour qui étudie la prison française. Ces recherches, pour toutes leurs particularités, ont quelque chose en commun : elles concernent principalement – parfois même exclusivement – la période postrévolutionnaire. Car c’est le xixe siècle qui, sans doute sous l’impulsion des thèses foucaldiennes, a reçu toute l’attention des chercheurs : époque de la « naissance de la prison », il est considéré comme l’âge d’or du pénitentiaire.

Qu’en est-il de la prison d’Ancien Régime ? Qu’en ont dit les historiens ? En vérité, bien peu de choses. Mis à part les quelques travaux concentrés autour du projet Enfermements[1], le XVIIIe siècle, qui nous intéresse tout particulièrement ici, a largement été laissé de côté. En fait, l’historiographie, lorsqu’elle aborde effectivement la prison prérévolutionnaire, a l’habitude de la considérer dans une introduction ou dans un premier chapitre. Elle est le plus souvent représentée comme l’antichambre de la prison moderne, cette « vraie prison », celle que nous a léguée la Révolution française. Que lui reprochent donc les historiens ? Pourquoi les historiens ont-ils boudé l’enfermement prérévolutionnaire ? Pourquoi ont-ils été si prolixes quant aux prisons du XIXe siècle, si enchantés par le Panopticon et les thèses de Foucault et, pourtant, si réticents à se plonger dans le monde fascinant de la prison d’Ancien Régime, celle-là même qui est devenue le symbole de la tyrannie passée, de la victoire républicaine ? En fait, si les historiens ont été si peu enclins à explorer le monde carcéral du XVIIIe siècle, c’est tout simplement parce qu’ils considèrent que, jusqu’à l’avènement de la Révolution et des grands codes de loi, il n’existait pas. C’est-à-dire que, même si les établissements d’enfermement parsemaient effectivement le royaume et, a fortiori, la capitale, il ne s’agissait pas de véritables prisons : la peine d’emprisonnement n’existant pas officiellement dans la grande Ordonnance royale de 1670, la prison ne faisait figure que de dépôt. On y amenait les accusés en attente de leur procès ou bien on y gardait les condamnés en attente de leur châtiment, mais, dans tous les cas, la prison n’était qu’un « lieu de passage », un « dépôt », un « lieu de prise de corps », un « lieu de détention », un « lieu de sûreté », une « parenthèse entre d’autres peines et d’autres lieux », mais jamais – ou de façon trop exceptionnelle – était-elle utilisée comme véritable peine.

C’est avec ce constat en poche que les historiens ont fait l’histoire de la prison : née en 1789, tout ce qui précède cette précieuse date n’étant qu’une – vulgaire ? – « préhistoire »[2]. Or, à qualifier la prison d’Ancien Régime de préhistorique, d’archaïque ou de primitive, on s’épargne la tâche d’explorer. C’est précisément cette tâche que nous désirons entreprendre ici. Pour cela, il nous faut changer totalement d’approche et délaisser l’histoire du droit, l’histoire judiciaire et l’histoire de la criminalité pour envisager la prison du XVIIIe siècle sous un tout autre angle : celui de l’urbanité. C’est à partir des relations qui se sont établies entre la ville, nommément Paris, et ses prisons que nous voudrions revoir et repenser l’histoire carcérale du Siècle des Lumières. Non plus à partir des lois, ni à partir des concepts foucaldiens de savoir-pouvoir, mais bien en considérant d’abord et avant tout la prison comme un objet urbain et, donc, visible, saisissable et indéniablement tangible pour ses contemporains. Car, sans être une peine, la prison existait tout de même, d’abord et avant tout par sa présence en plein cœur de la capitale. Celle-ci se faisait sentir, quotidiennement, tant par la matérialité des bâtiments carcéraux, dispersés à travers la ville, que par les individus qui, pour une diversité de raisons, entraient et sortaient des prisons parisiennes, rendant leurs frontières floues et poreuses, suggérant une perméabilité à la Cité que leurs imposants murs ne laissaient toutefois pas présager.

La carte carcérale parisienne

Partons de ce constat de base : la prison parisienne du XVIIIe siècle, même si elle n’était pas une peine proprement dite, suppose nécessairement une présence matérielle, physique et concrète au cœur même de la capitale. Ses bâtiments et ses enceintes, les pierres et ferrailles qui composaient ses murs s’imposaient dans le paysage parisien. Plus encore, ils le parsemaient à un tel point que la carte de Paris paraît littéralement tapissée de ces établissements carcéraux (voir Image 1).

Loin de se limiter à la Bastille qui, pour les raisons que l’on connaît, a tant monopolisé l’imaginaire carcéral d’Ancien Régime, on peut aisément compter jusqu’à quatorze prisons dans la seule ville de Paris. Soulignons qu’à ce nombre déjà imposant nous pourrions ajouter les maisons religieuses, comme Saint-Lazare, ou les multiples maisons privées pour jeunes débauchées. Loin d’être des institutions de la marge, loin d’être exclues des grands centres urbains, les prisons, au XVIIIe siècle, étaient largement intégrées à la Cité. D’ailleurs, les principaux établissements d’enfermement de l’époque, c’est-à-dire la Conciergerie, le Grand Châtelet, le Petit Châtelet et le For L’Évêque, occupaient littéralement le centre géographique de la capitale[3].

Au premier regard, deux établissements semblent se distinguer des autres : la Salpêtrière et Bicêtre. Ces maisons de force, intégrées au complexe de l’Hôpital général, apparaissent clairement, de par leur localisation, distinctes. Poussés aux limites de la ville et même, dans le cas de Bicêtre, carrément hors du centre urbain[4], ces établissements trahissent leur différence. En effet, leur situation périphérique reflète le flou de leur statut : à la fois prisons, hôpitaux, asiles, refuges et hospices, ils n’occupent pas la même place dans le système juridique et policier que les autres prisons. Une observation purement géographique permet donc de confirmer le caractère particulier de ces maisons de force, d’ailleurs souvent soulevé par les historiens[5].

Image 1 : Carte de Paris au XVIIIe siècle et localisation des prisons.

Image 1 : Carte de Paris au XVIIIe siècle et localisation des prisons. Crédit : Simon Dagenais (2013)

Légende

Légende

Le Paris des Lumières était donc tapissé d’établissements carcéraux de diverses natures. Or, cette réalité suppose une certaine proximité, ne serait-ce que physique, entre ces prisons et le peuple parisien nécessairement amené à se heurter, voire à côtoyer et même à fréquenter ces bâtiments. Il devient alors intéressant de se demander comment les Parisiens vivaient la présence ou plutôt les présences carcérales en plein cœur de leur cité ? Les bâtiments carcéraux étaient-ils banalement intégrés dans la vie quotidienne de tous et chacun comme faisant partie du décor habituel et normal ou, au contraire, est-ce que les prisons, de par leur fonction disgracieuse de dépôt de criminels, représentaient plutôt autant de petits pôles répulsifs dispersés à travers la ville ?

La prison comme voisine : le mur mitoyen

Malheureusement, l’historien se heurte rapidement à un problème de sources : bien peu de choses ont été écrites au sujet des relations entre les établissements d’enfermement et les habitants de la ville de Paris avant la prise de la Bastille. Il faut donc user d’imagination et prendre en compte tous les indices que les cartons d’archives veulent bien révéler.

Une première piste intéressante s’est offerte à nous grâce à l’iconographie et spécialement celle du Petit Châtelet, rare, mais très révélatrice. Dans les quelques images que nous possédons de cette prison, elle apparaît littéralement coincée entre une multitude de maisons et de boutiques qui viennent toutes s’adosser contre ses murs (voir Image 2).

Le Petit Châtelet, BnF

Image 2 : Le Petit Châtelet, BnF

De toutes parts, les maisons venaient emboîter littéralement la prison, se presser contre elle d’une telle façon que les résidents n’étaient séparés des détenus que par une cloison. L’image présente également un quartier rempli d’activité où les gens circulent, discutent et marchandent au pied des imposants murs du Petit Châtelet, sans gêne apparente, sans que cette proximité n’apparaisse répugnante ou infâmante. La vue de l’autre côté de cette geôle, au temps où le Petit Pont était encore couvert de maisons, confirme cette impression d’entassement où s’entremêlent prison et maisons, habitants et détenus (voir Image 3).

Le Petit Châtelet et les maisons du Petit Pont en 1717 d’après Theodor Josef Hubert Hoffbauer, Musée Carnavalet.

Image 3 : Le Petit Châtelet et les maisons du Petit Pont en 1717 d’après Theodor Josef Hubert Hoffbauer, Musée Carnavalet.

De même, à partir des années 1750, plusieurs projets de destruction du Petit Châtelet furent proposés, non pas parce qu’on commençait à juger qu’une prison n’avait pas sa place au cœur de la ville, mais précisément parce que le Petit Châtelet était situé dans un quartier tellement occupé que, logistiquement parlant, sa présence ralentissait la circulation et nuisait au commerce. On jugeait l’étroit passage qu’il laissait « très embarrassant pour les voitures et très incommode pour les gens qui le traversent à pied[6] » et on assurait que « la suppression du Petit Châtelet est importante à la sûreté des citoyens et qu’elle procurerait à la Rue Saint-Jacques un débouché facile[7] ». Lorsqu’une Déclaration du Roi porte enfin le coup de grâce au Petit Châtelet, on justifie sa destruction en disant qu’on l’entreprend « afin de rendre plus faciles les abords d’un quartier de la ville extrêmement fréquenté[8] ». La popularité du quartier du Petit Châtelet est confirmée par Louis-Sébastien Mercier qui, dans son Tableau de Paris, ne peut passer à côté de la Rue de la Huchette qu’il décrit comme un véritable paradis pour les sens : « Les Turcs qui vinrent à la suite du dernier Ambassadeur Ottoman, ne trouvèrent rien de plus agréable dans tout Paris que la rue de la Huchette, à raison des boutiques des rôtisseurs, & de la fumée succulente qui s’en exhale […]. À toute heure du jour, on trouve des volailles cuites ; les broches ne désemparent point le foyer toujours ardent[9] ». Pourtant, il s’agit bien là de la rue du Petit Châtelet et de son quartier. Là où l’on se serait attendu à des odeurs nauséabondes et répugnantes, Mercier nous parle plutôt d’une artère achalandée et animée où volètent de doux effluves et où les étrangers se pressent pour profiter des saveurs locales. Tout cela, dans la cour arrière d’une prison.

Cette étrange proximité n’est toutefois pas l’apanage du seule Petit Châtelet. Les plans du For L’évêque et du Grand Châtelet contenus dans le Terrier du Roi nous dévoilent qu’au contraire, ce voisinage était répandu et même assez banal. En effet, dans le Terrier du Roi, le For L’Évêque apparaît carrément imbriqué entre les résidences de particuliers (voir Image 4). Ni mur d’enceinte, ni terrain vague, ni imposante muraille ne viennent isoler cette geôle de l’activité urbaine ou des habitants de la ville. Au contraire, la prison fait ici figure de simple voisine, amalgamée naturellement aux autres immeubles et séparée uniquement par des murs mitoyens. Des Parisiens partageaient donc non seulement leur quartier avec ces prisons, mais vivaient littéralement une relation de voisinage avec des détenus.

La prison du For L’Évêque dans le Terrier du Roi. Archives nationales – Q1* 1099

Image 4 : La prison du For L’Évêque dans le Terrier du Roi. Archives nationales – Q1* 1099

Le cas du Grand Châtelet est encore plus significatif : le Terrier du Roi nous révèle que de nombreuses échoppes s’adossaient directement contre ses murs (voir Images 5 et 6). Les Parisiens venaient donc, quotidiennement, s’amasser autour de cette geôle afin de commercer, marchander, travailler. D’ailleurs, cette affluence était largement causée par la présence d’un élément clé dans le voisinage de cette prison : la Grande Boucherie. Celle-ci était située tout juste en face du Grand Châtelet. Il s’agit là d’un indice supplémentaire qui vient confirmer que les alentours de cette prison, loin de répugner les Parisiens, devaient représenter un véritable pôle économique dans la capitale.

Image 5 : Les échoppes, boutiques et maisons en bordure du Grand Châtelet. Archives nationales – Q1* 1099

Image 5 : Les échoppes, boutiques et maisons en bordure du Grand Châtelet. Archives nationales – Q1* 1099

Image 6 : Les échoppes, boutiques et maisons en bordure du Grand Châtelet. Archives nationales – Q1* 1099

Image 6 : Les échoppes, boutiques et maisons en bordure du Grand Châtelet. Archives nationales – Q1* 1099

Ce voisinage ne se faisait pas sans heurt, toutefois. Par exemple, en 1767, Louis Henry De Bruges, le concierge de la prison, se plaint au Procureur général que son établissement n’est pas sûr en raison des échoppes et baraques qui s’y adossent : « Ce voisinage des boutiques et de la prison n’est pas le seul inconvénient. La prison s’étend au-dessus des boutiques et des chambres, et s’élève ainsi jusqu’en haut dans le même alignement que les boutiques[10] ». En d’autres mots, certains Parisiens habitent directement sous les prisonniers qu’ils entendent marcher au-dessus de leur tête et dont ils ne sont séparés que par de la charpente et du plâtre. C’est cette proximité qui inquiète le concierge et qui le pousse à demander la destruction pure et simple de toutes les baraques, échoppes, boutiques et maisons qui s’adossent sur sa prison et en menacent constamment la sécurité. Les craintes de De Bruges ne semblent toutefois pas avoir été entendues puisque près de vingt ans plus tard, en 1785, l’architecte Desmaisons, chargé d’inspecter l’état du Grand Châtelet, le décrit ainsi :

« Nous avons remarqué que non seulement au pourtour et à l’extérieur des murs d’enceinte de la prison sont différentes petites maisons et échoppes qui forment des propriétés particulières, mais encore que les rez-de-chaussée et entresols des bâtiments les plus récemment faits appartiennent à des corps de communautés et particuliers, tandis que les tribunaux principaux, chambres et greffes occupent le dessus et y sont excessivement gênés[11] ».

Le problème subsiste donc toujours à la veille de la Révolution, mais les autorités en place ne semblent pas disposées à y apporter de solution définitive ni bien perturbées par cette étrange et dangereuse proximité entre les prisons parisiennes et les habitants de la capitale.

Pourtant, les prisons de Paris ont plusieurs fois payé les frais de ce curieux voisinage. Les procès-verbaux d’évasion laissés derrière eux par les commissaires de police et par les agents du Parlement sont là pour nous le rappeler puisqu’ils regorgent de trous creusés dans les murs mitoyens des prisons, de détenus qui s’enfuient par la boutique voisine et même de complices qui creusent de l’extérieur pour faire sortir de prison leurs camarades. Aucune prison ne semble avoir fait exception. Au For L’Évêque, on parvient à s’enfuir en perçant un trou dans le mur qui mène aux jardins voisins[12], ou à la chambre du résident d’à côté[13]. À la Grande Force, une tentative avortée impliquait un homme situé à l’extérieur qui, ayant loué le local voisin, projetait de creuser un tunnel jusque dans la prison pour en faire sortir ses compagnons[14]. Quelques années plus tôt ce n’étaient pas moins de treize détenus qui parvenaient à s’échapper par un trou dans la cheminée qui donnait sur la maison du voisin, l’avocat Tronchet[15]. Au Grand Châtelet, c’est grâce aux voisins qu’on parvient à intercepter une évasion car ce sont eux qui viennent informer le concierge du « bruit sourd » – en fait, un vilebrequin creusant la pierre – qu’ils entendent dans le mur qu’ils partagent avec la prison[16]. Mais les voisins n’ont pas toujours été aussi coopératifs, et, en 1767, un arquebusier habitant la chambre d’à côté parvient à percer un trou jusque dans la prison et à faire évader six détenus[17]. Quelques années plus tard, ce sont dix-sept détenus qui parviennent à s’enfuir de cette geôle en se frayant un chemin sur les toits des maisons voisines[18]. Au Petit Châtelet, une porte souterraine reliant une des chambres de la prison à la maison voisine est, on s’en doute, un lieu privilégié pour des tentatives d’évasion[19]. Quant à la Conciergerie, elle est une des seules prisons à bénéficier d’une démarcation plus nette avec le reste de la ville. Néanmoins, son statut particulier de prison du Parlement intégrée au Palais amène ses détenus à entrer en contact avec des boutiquiers, des avocats et une multitude d’agents parlementaires. Ainsi, des prisonniers tentent tout bonnement de s’enfuir par la porte en s’infiltrant, affublés d’un déguisement, parmi les avocats pendant leurs séances[20]. Cet incident n’était pas le seul de la sorte et le Procureur général se voit forcé d’insister : « il est important d’arrêter le cours d’une telle entreprise, devenue déjà trop fréquente[21] ». D’autres encore s’enfuient par les boutiques du Palais, situées sous leur chambre[22] ou par les cabinets des avocats qui leur font face[23]. Cette cohabitation, car c’est bien de cela qu’il s’agit, même si elle semble avoir fait partie de la vie parisienne habituelle pour plusieurs Parisiens, connaissait tout de même quelques accrochages que les autorités avaient bien du mal à éradiquer. Pourtant, cela ne semble pas avoir suffi à remettre en question la présence des établissements carcéraux au cœur de la capitale.

Plus encore, il apparait qu’au XVIIIe siècle, les autorités en place – principalement les agents du Parlement – tenaient à ce que les geôles demeurent dans le centre de la ville. En effet, alors que l’on discutait des meilleurs endroits pour établir une nouvelle prison pour remplacer le Petit Châtelet et le For L’Évêque, que leur décrépitude avancée rendait presque inutilisables, les autorités demandèrent expressément à ce que la nouvelle prison soit proche du centre juridique de la capitale. Un Mémoire anonyme énumère tous les inconvénients d’une nouvelle prison qu’on établirait sur les faubourgs : les commissaires, chargés de la police intérieure de l’établissement, prendrait trop de temps pour s’y rendre, le transport des détenus vers le bâtiment serait trop long, les affaires des prisonniers avec leurs créanciers seraient plus difficiles à organiser, les personnes charitables cesseraient de se déplacer pour faire profiter les détenus de leurs aumônes et même « l’intérêt public pourrait souffrir » de cet éloignement[24]. C’est d’ailleurs ce point de vue qui l’emportera et la nouvelle prison, qui prendra le nom de l’Hôtel de La Force, ne sera pas établie sur les faubourgs, mais bien en plein milieu du Marais. Dans la Déclaration qui confirme le lieu de la construction, on justifie ce choix en rappelant ce que tout le monde devait apparemment prendre pour acquis : « l’obligation de le former à portée des Auditoires & des Jurisdictions[25] ». Jusqu’à la veille de la Révolution, on considérait donc qu’il y avait des avantages logistiques, juridiques, économiques et sociaux à ce que les établissements carcéraux soient situés au cœur même de la ville. Leur mouvement vers la périphérie, sur lequel tableront décidément les siècles suivants, n’était toujours pas amorcé.

Il faudra attendre l’avènement de la Révolution pour que cette présence, cette proximité se mettent à déranger et soient enfin remises en question. Les papiers de Pierre Giraud[26], nommé architecte des prisons pendant la période révolutionnaire, sont très révélateurs à cet égard : s’il n’envisage pas encore le déménagement pur et simple des établissements carcéraux hors du centre de Paris, il fera tout de même du chemin de ronde un véritable cheval de bataille. Il s’agit là de la principale réponse qu’il tentera d’apporter aux problèmes du monde carcéral : rendre inutiles les murs épais, les énormes verrous et les nombreux grillages par la mise en place d’imposants chemins de ronde qui isoleraient définitivement les prisons de la ville. Mais la trame chronologique, ici, est peut-être trompeuse puisque ces considérations semblent avoir fait surface avant même 1789. En effet, en 1786, alors qu’on entreprend des rénovations d’envergure sur les Grande et Petite Forces, on décide « la démolition des murs qui deviennent mitoyens entre le Domaine et lui [le voisin][27] ». La proximité, avec ces nouvelles prisons de la fin du XVIIIe siècle, dérange. Aussi, un an plus tard, suite à l’évasion de treize détenus par la cheminée du voisin dans une section où on avait conservé le mur mitoyen, l’architecte Desmaisons plaide d’abord pour le renforcement des murs à l’aide de madriers[28]. Or, cette méthode « à l’ancienne » est jugée insuffisante par les autorités qui estiment « bien nécessaire que l’administration fit la dépense […] de faire régner dans toute la longueur un corridor[29] ». L’insistance de Giraud sur la nécessité d’un chemin de ronde ne représentait peut-être pas autant une césure révolutionnaire qu’une réponse logique et naturelle aux anxiétés, aux inquiétudes et aux insuffisances qui n’ont pas attendu la République pour se faire sentir.

Conclusion : une nouvelle perspective pour la prison d’Ancien Régime

Ainsi considérée, la prison parisienne du XVIIIe siècle apparaît très nettement comme un objet urbain. Loin d’être située dans la marge, loin d’être exclue de la Cité, loin d’être repoussée à la périphérie comme le sont maintenant les grandes prisons occidentales, la prison est absorbée naturellement dans le paysage urbain du Vieux Paris. Cette intégration se dévoile à travers plusieurs aspects.

D’abord, les établissements carcéraux tapissent littéralement la capitale. Parsemés un peu partout, ils sont très nombreux et comptent plus d’une dizaine de bâtiments qui s’offrent à la vue des habitants et font partie de leur quartier ou de leur circuit. L’importance et la nature des prisons se reflètent même parfois dans leur localisation : la Conciergerie, le Grand Châtelet, le Petit Châtelet et le For L’Évêque, pierres d’assise du réseau carcéral du XVIIIe siècle, étaient situés directement dans le centre géographique de la ville alors que la Salpêtrière et Bicêtre, dont les fonctions étaient différentes, étaient repoussés aux limites de Paris, voire au-delà, isolés et exclus du fourmillement urbain.

Ensuite, cette proximité physique s’accompagnait nécessairement d’une étrange relation de voisinage entre les prisons, et donc les détenus, et plusieurs Parisiens. On voyait des maisons, des boutiques et des échoppes s’adosser directement contre leurs murs sans trop de cérémonie et sans que les autorités en place en semblent très perturbées. Les geôles étant situées en plein centre de la ville et parfois même dans des quartiers très dynamiques et denses, la vie parisienne s’activait normalement sur leurs pourtours sans que cette proximité soit nécessairement mal vue ou mal vécue par les citadins. On se promenait, on discutait, on marchandait auprès de ces établissements peu ragoutants qui constituaient même, parfois, de véritables pôles urbains.

Cette proximité ne se fit toutefois pas sans accrochage et les prisonniers furent nombreux à profiter de ces murs mitoyens pour se procurer la clé des champs. À la fin du siècle font éruption de nouvelles inquiétudes qui remettent en question ces relations de voisinage qu’on envisage avec de plus en plus de méfiance et qui préfigurent la translation à venir des établissements carcéraux vers la périphérie des grands centres urbains.

Alors, quel est l’intérêt dans le fait d’aborder l’histoire de la prison par le biais de l’urbanité ? Se poser cette question, c’est aussi se demander ce qu’on peut gagner à extraire la prison de l’histoire judiciaire, de l’histoire du droit ou de l’histoire de la criminalité qui en ont eu le quasi-monopole dans l’historiographie jusqu’ici. Notre intention, dans cet article, est de démontrer qu’en modifiant notre angle d’approche, en considérant la prison autrement, on peut mettre au jour de nouvelles facettes de ce qu’était, réellement, la prison d’Ancien Régime. Ce nouveau point de vue nous permet de saisir que les changements qui s’opèrent après la Révolution dans le domaine pénitentiaire ne sont pas seulement de nature judiciaire, pénale, ou même architecturale, mais également de nature spatiale et géographique. Surtout, et c’est sans doute l’apport essentiel de l’approche proposée ici, lorsqu’on replace la prison dans son cadre urbain, lorsqu’on cesse de la considérer comme un vase clos, on est plus à même de percevoir son caractère fondamentalement dynamique et de saisir les échanges incessants qui s’opèrent entre la prison et la ville. De cette façon, la prison cesse d’être une enclave, elle cesse d’être un monde à part, elle cesse d’être « une ville dans la ville » pour devenir, simplement, la ville. Et, finalement, l’observation des établissements carcéraux dans toute leur matérialité fait ressortir une prison en constante relation avec la ville qui l’entoure. Ce rapport, cette connexion entre le monde carcéral et sa ville nous convie à nous extraire des seules réflexions juridiques qui ont poussé jusqu’ici les historiens à écarter la prison d’Ancien Régime, considérée comme primitive et peu digne d’attention. L’aborder plutôt comme un objet urbain et vivant nous invite à cesser de voir la prison parisienne du XVIIIe siècle comme un amas statique de pierre et de fer qui ne ferait qu’attendre la Révolution pour s’épanouir, et à tenter de revoir, refaire et repenser son histoire.

[1] Il s’agit du projet Enfermements – Histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux (Ve – XIXe siècle). Leurs travaux ont été en partie publiés dans le collectif Enfermements. Le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset.

[2] C’est le terme qu’emploient Nicole Castan et André Zysberg. Voir Nicole Castan et André Zysberg, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien Régime, Toulouse, Privat, 2002, 221 p. ; Jacques-Guy Petit, et al., Histoire des galères, bagnes et prisons, XIIIe-XXe siècles. Introduction à l’histoire pénale de la France, Toulouse, Privat, 1991, 368 p.

[3] Le présent article s’attardera d’ailleurs particulièrement sur ces quatre prisons.

[4] Bicêtre n’apparaît pas sur la carte car il était situé plus au sud, dans le village de Gentilly.

[5] Plusieurs historiens ont tenté, difficilement, de définir la fonction et la nature exactes de l’Hôpital général. Pour Jean-Pierre Carrez, il s’agit à la fois d’un couvent, d’un établissement de charité et d’enfermement. Pour Jean-Pierre Gutton, la Salpêtrière et Bicêtre sont à la fois hôpitaux et prisons. Pour Russel Dobash, Emerson Dobash et Sue Gutteridge, ils n’ont rien des maisons de correction, mais plutôt des maisons d’assistance. Quant à Georg Rusche et Otto Kirchheimer, ils y voient à la fois un séminaire, une institution religieuse et une manufacture. Voir Jean-Pierre Carrez, Femmes opprimées à la Salpêtrière de Paris (1656-1791), Paris, Connaissances et Savoirs, 2005, 320 p. ; Jean-Pierre Gutton, La Société des pauvres en Europe, XVIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1974, 207 p. ; Russell P. Dobash, Emerson Dobash et Sue Gutteridge, The Imprisonment of Women, Oxford, Basil Blackwell, 1986, 255 p. ; Georg Rusche et Otto Kirchheimer, Punishment and Social Structure, New Brunswick-London, Transaction Publishers, 2009 (1939), 268 p.

[6] France, Paris, Archives nationale de France (AN), O1 1960. Le Mémoire est signé par Le Jeune, Docteur en théologie.

[7] AN F14 187A. Il s’agit d’un projet de Lettres patentes établi sous Louis XV. Il n’est pas daté.

[8] France, Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Collection Joly de Fleury (JF), 519, fol. 40. Il s’agit de la Déclaration du Roi du 30 août 1780 qui annonce la construction de nouvelles prisons dans Paris.

[9] Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, éd. de 1783, p. 160.

[10] BnF JF 1292, fol. 77.

[11] AN F16 118.

[12] AN X2B 1329.

[13] AN Y 9649B.

[14] AN Y 13142.

[15] AN F16 118.

[16] AN Y 13973A.

[17] BnF JF 1292, fol. 66.

[18] BnF JF 2100, fol. 271.

[19] BnF JF 1292, fol 197.

[20] AN X2B 1295, 1296 et 1321.

[21] AN X2B 1321.

[22] AN X2B 1323.

[23] AN X2B 1289, 1305 et 1321.

[24] BnF JF 519, fol. 412-422.

[25] BnF JF 518, fol. 464.

[26] On trouve ces papiers et des références aux travaux de Giraud parsemés un peu partout, mais son manuscrit le plus complet, titré « Mémoire justificatif » se trouve à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Voir France, Paris, Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP), Manuscrit 945.

[27] AN F16 118.

[28] AN F16 118.

[29] AN F16 118.


Vous aimerez aussi...