L’ancienne prison de Bourg-en-Bresse (Ain) (Étienne Bertrand)

Auteur : Étienne Bertrand est historien de l’art et de l’architecture. Fondateur et directeur du cabinet Patrimoine Recherche Avenir, il réalise des études pour la mise en valeur du patrimoine basées sur la recherche historique, en s’appuyant notamment les  fonds d’archives. Dans ce cadre et pour des clients publics ou privés, il présente des études historiques et documentaires notamment préalables à restauration ou réhabilitation, des inventaires de collections (aux normes Musées de France ou Inventaire Général) ou des inventaires de patrimoine (nombreux inventaires de mobiliers de cathédrales notamment). Étienne Bertrand accompagne également des musées dans le cadre de démarches de développement (assistance pour la rédaction de Projets Scientifiques et Culturels, dossiers d’appellation « Musée de France…).

Résumé : L’ancienne prison de Bourg-en-Bresse a été édifiée en 1817 sur l’emplacement du palais des ducs de Savoie qui abritait la prison de la ville depuis 1601. Dès la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les archives témoignent de l’inadaptation du palais des ducs à cet usage et de sa vétusté. Plusieurs projets plus ou moins novateurs sont proposés entre 1800 et 1816. Lors de la réalisation du projet retenu, la démolition de l’ancien palais des ducs de Savoie met au jour des fondations remontant à l’Antiquité. En 2010, l’ancienne prison de Bourg-en-Bresse a fait l’objet d’une étude pour sa reconversion.

Abstract: The old prison of Bourg-en-Bresse was built in 1817 on the site of the Palace of the Dukes of Savoy, which also housed the prison of the city since 1601. From the second half of the 18th century, archives indicate the inadequacy of the palace of the Dukes for this purpose and its obsolescence. Several projects – more or less innovative- are proposed between 1800 and 1816. During the realization of the selected project, the demolition of the old palace of the Dukes of Savoy bring to light on foundations from the antiquity. In 2010, the old prison of Bourg-en-Bresse was subject of a study for its reconversion.


L’ancienne maison d’arrêt de Bourg-en-Bresse, désaffectée depuis le 2 avril 2010 s’élève dans le prolongement du palais de justice, à l’arrière de la Préfecture et de l’Hôtel de ville. Ce bâtiment a été édifié au début du XIXe siècle sur l’emplacement de l’ancien château médiéval des ducs de Savoie, déjà utilisé comme prison depuis le début du XVIIe siècle. La maison d’arrêt de Bourg-en-Bresse a fait l’objet d’une étude architecturale et patrimonial à la demande de la Direction générale des Finances publiques / Direction départementale des Finances publiques de l’Ain par le cabinet d’architecture Pronaos en partenariat avec Patrimoine Recherche Avenir en vue de sa cession. C’est l’aspect historique de cette étude qui est repris et développé dans le cadre de cet article. Si celle-ci a été mise sur le devant de la scène par l’action d’éclat de Mandrin libérant dix prisonniers le 5 octobre 1754[1] ou rendue célèbre par le roman d’Alexandre Dumas, Les compagnons de Jéhu publié en 1857, c’est essentiellement son histoire architecturale et les découvertes archéologiques qui retiendront notre attention.

Figure 1 : Maison d'arrêt de Bourg-en-Bresse, façade principale, 2010. © Patrimoine Recherche Avenir

Figure 1 : Maison d’arrêt de Bourg-en-Bresse, façade principale, 2010. © Patrimoine Recherche Avenir.

La prison sous l’Ancien Régime et la Révolution

Situé au cœur de la ville ancienne de Bourg-en-Bresse, le château des ducs de Savoie renferme des cachots au moins depuis sa restructuration en 1466. Sa fonction de prison s’affirme à partir de 1601 avec la création d’une cour présidiale et d’un bailliage qui prennent place dans l’ancien château des ducs.

La gravure schématisée de Chastillon, publiée en 1641, montre un édifice carré, avec un étage de fenêtre et des combles.

Figure 2 Cl. Chastillon, Ville et citadelle de Bourg-en-Bresse (détail), gravure, 1641

Figure 2 Cl. Chastillon, Ville et citadelle de Bourg-en-Bresse (détail), gravure, 1641

Différents plans du rez-de-chaussée des prisons, du Présidial et de l’Élection de Bourg-en-Bresse levés en 1750 et 1762 confirme le plan simple de cet édifice, même si d’autres bâtiments sont venus entretemps s’adjoindre à l’édifice du milieu du xve siècle qui comporte un escalier à vis centrale. Ces bâtiments destinés à la prison et à la justice, sont contigus au couvent des Clarisses qui comporte un grand parc.

Figure 3 Plan du rez-de-chaussée des prisons du Présidial et de l’Élection de la ville de Bourg-en-Bresse levé en 1762, AdA, C12 © Patrimoine Recherche Avenir

Figure 3 Plan du rez-de-chaussée des prisons du Présidial et de l’Élection de la ville de Bourg-en-Bresse levé en 1762, AdA, C12 © Patrimoine Recherche Avenir

Figure 4 Plan du rez-de-chaussée des prisons du Présidial et de l’Election de la ville de Bourg-en-Bresse levé en 1762 (détail), AdA, C12 © Patrimoine Recherche Avenir

Figure 4 Plan du rez-de-chaussée des prisons du Présidial et de l’Election de la ville de Bourg-en-Bresse levé en 1762 (détail), AdA, C12 © Patrimoine Recherche Avenir

Entre 1758 et 1789, plusieurs devis seront réalisés pour améliorer la sécurité de la prison de Bourg et les conditions de détention des prisonniers. Il s’agit essentiellement de travaux mineurs qui ne modifient pas profondément le bâtiment.

Nous retiendrons particulièrement le document établi en 1773 qui décrit « l’état actuel des bâtiments servant à l’administration de la justice et des prisons de la ville de Bourg avec un devis estimatif des réparations de pierre de taille, de maçonnerie, de charpentes, menuiseries et serrurerie qu’il faut y faire ». Il précise la distribution du bâtiment :

« Ce bâtiment [la prison] a quatre-vingt-huit pieds de longueur et soixante-deux pieds de largeur à l’étage du rez-de-chaussée ; il est composé de sept pièces à savoir deux caves, deux cachots, deux fosses d’aisance et d’une salle servant à l’administration de la justice subalterne […]. Le premier étage de ce bâtiment est composé de treize pièces à savoir d’un guichet, d’un corridor, d’une chapelle, d’une chambre pour le guichetier, d’une cuisine, d’une salle, de deux chambres, de deux cabinets, d’un second guichet pour entrer à la cour, d’une cour et d’un appentis dans la cour […]. En sortant de la cuisine pour aller à l’escalier est une chambre qui a dix-huit pieds trois pouces de longueur, quatorze pieds de largeur ; dans cette chambre il y a une cage qui sert à fermer les prisonniers […]. Dans l’angle de cette chambre est une tour ronde qui a neuf pieds six pouces de diamètre dans œuvre dans laquelle est un escalier en vis composé de cinquante-six marches en pierre qui sont en bon état jusqu’à la chambre des tortures […]. À la dixième marche est une chambre destinée pour l’infirmerie. Elle a dix-neuf pieds de longueur et onze pieds sept pouces de largeur ; le pavé et les murs sont en bon état. Dans l’infirmerie sont deux cages. […]. Au second étage, à la vingt-cinquième marche, le bâtiment est composé de deux chambres. Dans la première est une cage qui quinze pouces de longueur et douze pieds six pouces de largeur […]. La chambre ensuite, au-dessus de la cuisine a vingt-trois pieds trois pouces de longueur et vingt-et-un pieds six pouces de largeur […]. À l’arrivée de la trente-deuxième marche est une chambre, dite la chambre des femmes. Elle a vingt-et-un pieds trois pouces de longueur sur dix-neuf pieds quatre pouces de largeur[2]. »

Il indique clairement le mauvais état du bâtiment, où l’humidité est forte, l’air insalubre, la cour trop étroite, confirmé par un rapport du 21 novembre 1785 : « Il existe bien dans la prison deux cachots souterrains : mais continuellement humides, ils sont malsains et l’on ne peut se permettre d’y renfermer des prisonniers. Le logement des femmes est sans air, sans jour et infect, enfin le total des bâtiments se trouve aujourd’hui dans un état de caducité qui exige sa reconstruction ou au moins des réparations très considérables[3]. »

Outre l’hygiène, la sécurité elle-même est défaillante :

« Dans l’appentis est un escalier de pierre composé de seize marches qui servait autrefois à faire passer les prisonniers au palais et qui est, à présent, inutile ; il sert de cache aux prisonniers de sorte qu’ils ne peuvent être aperçus du geôlier lorsqu’ils font des complots. »

Les archives relatent d’ailleurs plusieurs évasions ou tentatives d’évasion parmi lesquelles celle du 20 août 1788 est particulièrement violente :

« […] il ne s’était pas présenté depuis 25 ans que je la [brigade de Bourg] commande, une rixe plus violente que celle qui est arrivée hier soir. Les prisonniers de la cour, au nombre de 17, formèrent le complot le matin avant de sortir de la cage, de mettre le feu à l’hangar [sic] de la cour sous lequel ils se retirent et font leur soupe. À cet effet, sortant des cages, ils emportèrent chacun une brassée de leur paille dans laquelle ils avaient fait leur ordure, prétextant que c’était le fait des chiens pendant le jour précédent. La brigade s’étant transportée à six heures du matin aux prisons, l’on débarrassa la cour de cette paille.

Dans la matinée, l’exécuteur étant arrivé, l’on a procédé à l’exécution des jugements des condamnés aux galères et à la marque. Comme c’étaient ces malheureux qui étaient les moteurs du trouble, au retour des exécutions, l’on a eu soin de les faire ferrer de deux en deux pour sureté de leur personne. Remis dans la cour, ils ont formé le projet d’assassiner le geôlier quand il viendrait pour les faire coucher, projet auquel ils ont contraint les détenus dans la cour de prendre part par l’espoir de se procurer leur liberté, les menaçant de les étrangler la nuit dans la cage s’ils les décelaient et ne prenaient part à la bagarre.

L’heure du coucher arrivée, aucun n’ont voulu se retirer dans les cages. Le geôlier ayant rendu compte, Mr le Lieutenant général s’est transporté aux prisons avec la brigade. Tous les moyens imaginables de douceur employés par ce sage magistrat n’ont pu faire rentrer dans le devoir ces forcenés qui se croyaient des amas de tuiles qu’ils avaient enlevés du couvert du hangar de la cour, lequel facilite souvent des évasions et donna lieu vendredi dernier 15 à celle d’un déserteur qui dans l’après-midi, pendant que le geôlier était occupé à faire passer des malades à l’infirmerie, ayant gravi dessus, gagna les toits voisins et ne put être découvert. La maréchaussée voyant le peu de respect de ces malheureux pour ce magistrat, et qu’aucune observation ne les ramenaient au devoir, s’est déterminé à entrer dans la dite cour pour les faire filer dans les cages. Ayant été accueilli par une nuée du jet de ces tuiles cassées, dont chacun des cavaliers ont reçu plus ou moins de meurtrissures, elle a été obligée d’user de force. Il en résulte que quatre des condamnés aux galères chefs de l’émeute, soit par les coups d’armes qu’ils ont reçus, soit par les morsures des chiens, sont fort maltraités. Il est possible qu’un d’eux, nommé Gallet, mauvais sujet dans toute l’étendue du terme, en périsse[4] […] ».

Les autorités sont conscientes de la nécessité de reconstruire la prison, mais les archives ne conservent aucune trace de projet précis avant la Révolution.

Un plan de reconstruction est proposé le 1er ventôse an VIII (20 février 1800) :

Figure 5 Projet de prison, 1er ventôse An 8 (détail), AdA, 4N126 © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 5 Projet de prison, 1er ventôse An 8 (détail), AdA, 4N126 © Patrimoine Recherche Avenir.

Seuls les murs extérieurs de la prison sont conservés, la partie centrale est entièrement démolie (figurées en jaune sur le plan) pour laisser la place à une tour circulaire à escalier central (figurée en rose)[5]. Le Conseil des Bâtiments civils qui statue sur ce projet le 12 germinal an ix (02 avril 1801) précise dans son rapport qu’on « propose de démolir les anciennes prisons qui se trouvent dans un état de vétusté tel qu’elles n’offrent aucun degré de sécurité […], de conserver les murs d’enceinte formant parallélogramme d’environ 380 m² […] et de construire au milieu une tour de trois ou quatre étages desservie par un escalier[6]. »  L’avis du rapporteur est très négatif : « En laissant subsister les anciens murs d’enceinte il serait préférable d’adopter une forme parallélogrammique [sic], et non circulaire, pour le bâtiment projeté. L’auteur du projet [non mentionné] ne présente aucun devis estimatif de dépense, observe seulement que la construction sera entièrement faite avec des matériaux de démolition et que la main-d’œuvre pourra coûter 10.000 F. Comme le Conseil des Bâtiments Civils ne peut donner 1’avis d’après une base aussi incertaine, invite le préfet à faire dresser un nouveau plan (en adoptant un bâtiment de forme rectangulaire) ainsi qu’un devis estimatif et détaillé tant de la construction que de la démolition des anciens bâtiments qui doivent être supprimés » et le Conseil suit l’avis du rapporteur. Le projet ne sera pas réalisé et dix années seront nécessaires pour le relancer.

Les projets de reconstruction (1811 -1817)

Un mémoire sur les projets de construction d’une maison de justice, d’une maison d’arrêt et d’un édifice pour le tribunal civil à Bourg, établi en 1811 par l’ingénieur des Ponts et Chaussées du département de l’Ain, Elisabeth-Théodore de Fréminville (Lyon 1756-Bourg-en-Bresse 1818)[7], met en évidence l’inadéquation des bâtiments existants avec leurs fonctions et leur mauvais état. Pendant la Révolution, le couvent des Clarisses, contigu, a été attribué à la Justice.

Figure 6 Plan de Bourg-en-Bresse, 1813-1814, feuille n°4 (détail), AdA © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 6 Plan de Bourg-en-Bresse, 1813-1814, feuille n°4 (détail), AdA © Patrimoine Recherche Avenir.

« La ville de Bourg, autrefois chef-lieu des États provinciaux de la Bresse, du Bugey et du pays de Gex, et aujourd’hui du département de l’Ain, souffre de temps immémorial, de la privation d’un édifice propre à une prison pour les préventions de délits criminels.

L’ancien palais des Ducs de Savoie a servi jusqu’à ce jour pour renfermer ces individus, ainsi que ceux qui sont de la compétence du tribunal civil. Il est facile de voir à l’inspection du plan de cet ancien bâtiment, combien il est peu propre à l’objet de sa destination.

Indépendamment des dispositions vicieuses de sa distribution, il est dans un état de vétusté tel, que les prisonniers trouvent assez fréquemment les moyens de s’évader.

Les chambres des prisonniers sont trop basses : ils peuvent atteindre facilement les solives et les planches de recouvrement. L’air ne pouvant y circuler, elles sont malsaines. Elles ne sont point assez indépendantes les unes des autres : la surveillance du geôlier en est pénible et difficile.

Les murs de cet édifice sont d’une mauvaise construction : ils sont en maçonnerie de cailloux très abondante dans ce territoire, et, avec des assises de briques posées alternativement sur une épaisseur de 0,86. Les parements extérieurs, exposés aux intempéries de l’air, sont dans un état de dégradation tel, qu’il semblerait qu’on n’y a jamais fait de réparation ; les pierres de taille des croisées engagées dans cette maçonnerie n’ont point la solidité convenable à des prisons : il ne serait pas difficile aux détenus de dégrader la maçonnerie autour de ces croisées et d’en chasser le grillage.

Les murs de la cour offrent en plusieurs parties des dégradations qui paraissent progressives et annuelles par l’effet des gelées, de manière que plusieurs parties de cailloux et de briques s’en sont détachées ; les cailloux qui en proviennent de temps en temps peuvent fournir aux prisonniers des armes meurtrières ou des instruments propres à faciliter leur évasion.

Les deux premières assises des murs au-dessus des fondations seulement sont en pierre de taille, dont partie est dégradée par le temps.

La mauvaise disposition de ce bâtiment, le peu d’étendue qu’il comporte, laquelle est insuffisante pour une maison de justice et l’état de vétusté dans lequel il se trouve, ne permettent pas d’y faire aucune réparation, ni d’en changer la distribution pour l’approprier au nouveau plan que l’on se propose.

D’après l’examen qui en a été fait par M. le Préfet, que nous avons accompagné, il a été reconnu qu’il était indispensable de pourvoir la ville de Bourg, chef-lieu du Département, d’une maison de justice. Il est donc indispensable de démolir cet ancien édifice pour reconstruire sur son emplacement la maison de justice, d’après les bases et les instructions données par le gouvernement. Par ce moyen on aura un bâtiment solidement construit sur un plan régulier et distribué de la manière la plus convenable à l’objet de sa destination.

On remarquera par le plan que le local servant actuellement de prison, fait sur la rue très fréquentée, une saillie considérable infiniment nuisible à la circulation : on a pensé qu’il convient de rendre à la voie publique toute la partie saillante de cet édifice et d’établir le nouveau projet sur le même alignement que le bâtiment du tribunal criminel qui en est voisin[8]. » Cette question sera réglée par les différents projets, qui établiront la prison en retrait par rapport au palais médiéval.

Deux architectes ou ingénieurs proposeront des plans : Debelay fils, architecte à Bourg et de Fréminville, auteur du rapport cité ci-dessus. Des plans du premier, nous ne savons que peu de choses ; les seules mentions qui en sont faites se trouvent pour le premier dans un rapport du conseil des Bâtiments civils en date du 23 décembre 1813 : le projet de l’architecte est préféré à celui de l’ingénieur des Ponts et Chaussée par le rapporteur Rondelet, mais le coût en est jugé trop élevé. L’autre dans un rapport des Bâtiments civils en date du 9 octobre 1815 statue sur des demandes d’indemnités à verser pour les projets proposés en 1813[9].

De Fréminville propose deux projets répondant au cahier des charges élaboré par le Préfet : concevoir un bâtiment destiné à « contenir, outre le logement du geôlier composé d’une assez grande chambre ou deux petites, savoir :

1° Logement pour huit hommes accusés ;

2° id. pour quatre femmes ;

3° id. pour quinze hommes condamnés ;

4° id pour cinq femmes. »

De Fréminville propose deux plans différents. Un premier projet propose un plan uniquement en rez-de-chaussée, de forme semi-circulaire, dont la façade du bâtiment principal serait inspirée par de celle de l’hôpital de Brou. Les chambres des détenus en seraient vastes et bien aérées.

Ce projet est refusé car son emprise au sol est trop importante.

Figure 7 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Plan d’une maison d’arrêt et de police municipale dans la ville de Bourg, 16 août 1811, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 7 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Plan d’une maison d’arrêt et de police municipale dans la ville de Bourg, 16 août 1811, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Le deuxième projet de l’ingénieur, associe prison et maison de justice. Il consiste en un bâtiment rectangulaire à un rez-de-chaussée et un étage surmonté d’un comble. Tous les étages sont voûtés. De Fréminville propose des variantes pour la façade et la liaison avec la maison de justice.

Figure 8 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Maison d’arrêt et de police municipale dans la ville de Bourg, élévation, 16 août 1811, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 8 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Maison d’arrêt et de police municipale dans la ville de Bourg, élévation, 16 août 1811, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Le plan projeté (traits en rose) montre qu’il n’est tenu aucun compte de l’ancien bâtiment (traits en jaune) : aucun mur ancien n’est conservé.

Figure 9 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Maison d’arrêt et de police municipale dans la ville de Bourg, coupe, 16 août 1811, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 9 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Maison d’arrêt et de police municipale dans la ville de Bourg, coupe, 16 août 1811, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Ces plans et élévations subiront encore quelques modifications. Comme en témoigne un plan daté de 1816[10], les voûtes sont remplacées par des planchers et l’édifice comprendra un étage de plus pour assurer un meilleur lien avec la maison de justice, reconstruite à la même époque par de Fréminville. Ni les archives nationales, ni les archives départementales ne conservent les plans définitifs qui sont mis en œuvre en 1817, entraînant la démolition complète du palais des ducs de Savoie.

Figure 10 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Coupe et façade d’une maison d’arrêt à construire à Bourg sur l’emplacement de l’ancienne, 01 avril 1816, AdA, 4N158 © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 10 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Coupe et façade d’une maison d’arrêt à construire à Bourg sur l’emplacement de l’ancienne, 01 avril 1816, AdA, 4N158 © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 11 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Élévation géométrale et coupe de la maison d’arrêt et du tribunal projeté pour la Ville de Bourg, 10 août 1816, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 11 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Élévation géométrale et coupe de la maison d’arrêt et du tribunal projeté pour la Ville de Bourg, 10 août 1816, AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 12 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Élévation géométrale et coupe de la maison d’arrêt et du tribunal projeté pour la Ville de Bourg, 10 août 1816 (détail de la variante de la façade), AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 12 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Élévation géométrale et coupe de la maison d’arrêt et du tribunal projeté pour la Ville de Bourg, 10 août 1816 (détail de la variante de la façade), AnF, F/13/1529/A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 13 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Plan de la maison d’arrêt et du tribunal projeté pour la Ville de Bourg, 10 août 1816 (détail), Archives nationales, F/13/1529A © Patrimoine Recherche Avenir.

Figure 13 Elisabeth-Théodore de Fréminville, Plan de la maison d’arrêt et du tribunal projeté pour la Ville de Bourg, 10 août 1816 (détail), Archives nationales, F/13/1529A © Patrimoine Recherche Avenir.

La démolition du palais des ducs de Savoie (1817)

Conscient de l’importance historique et des possibilités de faire des découvertes archéologiques importantes, le Préfet de l’Ain charge Thomas-Philibert Riboud et quelques autres membres de la Société d’Émulation et d’Agriculture, « de suivre les travaux de démolition, de veiller à la réunion des objets dignes d’intérêt qu’elle pourrait présenter, et de décrire ceux que leur nature, leur masse ou leur position ne permettrait pas de maintenir ou de conserver[11] ». Dans ce cadre, l’architecte Debelay fils, auteur de l’un des projets, est chargé de tracer les plans et dessins des vestiges découverts. Il n’a pas été possible de retrouver ces relevés, mais Riboud publie un rapport[12] et deux articles relatifs à l’ancien palais des ducs de Savoie et aux découvertes archéologiques faites lors de sa démolition[13].

Deux aspects sont particulièrement importants dans les deux articles de Riboud :

– la description précise du bâtiment en cours de démolition ;

– les conditions de la démolition.

La description précise du bâtiment en cours de démolition

Riboud décrit de manière très méticuleuse le bâtiment en cours de démolition, analysant ses structures et les matériaux employés pour sa construction. Il constate la présence successive de quatre ou cinq constructions postérieures à l’antiquité, mais ce qui retient le plus son attention est la présence « de trente gros piliers carrés formés d’énormes blocs de pierre de taille. Leur hauteur était inégale, aucun n’avait son élévation primitive ; ils étaient posés sur un cordon de pierres de très grandes dimensions, régnant sur un mur de soubassement de plus de 6 pieds d’épaisseur (soit 1,94 m) : ce mur lui-même portait sur une fondation plus large encore.

Ces trente piliers formaient un carré un peu plus long du sud au nord que de l’est à l’ouest ; il était parfaitement orienté aux quatre points cardinaux […]. Tous les intervalles originairement vides avaient été remplis par une maçonnerie d’une épaisseur presque égale à celle des piliers : elle n’avait avec eux aucune liaison ou adhérence, mais elle était contenue et encaissée […].

Au-dedans, et dans la direction des piliers, régnait sur les côtés de l’ouest, du sud et du nord, un portique ou corridor : du côté de l’est on voyait quatre pièces ou chambres formées par des murs transversaux dirigés de l’est à l’ouest.

L’espace entouré par les portiques et par les chambres de l’est formait un second carré dans le premier ; il était clos sur ses quatre faces par de gros murs de maçonnerie […]. Aucun de ces murs n’offrait de portes ou de communication avec le dedans de ce carré.

Toute leur masse s’élevait uniformément à environ 10 pieds (3,24 m) au-dessus du cordon. Le faîte de cette maçonnerie a présenté une plate-forme aplanie sans doute pour former le sous-pied des bâtiments modernes qui y ont été superposés. Bientôt on a découvert, à fleur de cette plate-forme, quatre murs croisés, dont deux directs d’une face à l’autre, et deux en diagonale aboutissant aux quatre angles. Ils se coupaient et formaient ainsi une croix de Malte à huit branches[14]. »

L’analyse précise des découvertes rapportées par Riboud lors de la démolition du palais des ducs de Savoie pourrait faire l’objet de longs développements qui ne correspondent pas à l’objet de cette étude.

Le nivellement de la place devant la prison a également été l’occasion de mettre à jour les restes d’un aqueduc.

Les conditions de la démolition

Riboud confirme de manière très précise ce que les plans et les devis indiquaient : à savoir la démolition complète de l’édifice médiéval et ce aussi bien pour les superstructures que pour les fondations : « La prison que l’on construit en ce moment s’élève sur l’emplacement de la précédente ; elle est, comme celle-ci, assise sur les débris d’édifices plus anciens, avec cette différence que la première fut établie sur des ruines saillantes uniformément d’environ quatre mètres au-dessus du sol, tandis que la seconde est implantée sur les dernières racines du massif antique que le plan et la distribution nouvelle ont forcé de sacrifier[15] ».

Il précise un peu plus loin : « La destruction de cette agglomération de murs étant indispensable pour la construction de la nouvelle prison, il ne fut possible de l’opérer que par l’emploi continuel de la poudre à canon pendant plus de deux mois : les explosions de la mine n’en détachaient que des fragments ordinairement horizontaux, de 4 à 5 pieds de long sur 15 à 18 pouces d’épaisseur, et les moellons du blocage se fracturaient sans se détacher du lit de mortier auquel ils étaient adhérents. On a employé tous ces blocs dans les fondations : l’état d’intégrité de la prison qu’on vient d’élever sur ces fondements, prouve qu’on ne pouvait les composer de matériaux plus solides[16] ».

Conformément aux devis, tous les matériaux de démolition étaient repris et éventuellement réutilisés par les entrepreneurs. Le Conseil des bâtiments civils estime d’ailleurs, mais sans doute trop tard dans son rapport du 28 juin 1818 que les pierres antiques, « susceptibles d’intéresser les Beaux-Arts » aient été cédées à l’entrepreneur.

En outre, Riboud rapporte qu’une partie du petit matériel archéologique tel que pièces de monnaies, débris d’urnes, objets et ustensiles métalliques…, trouvée lors de ces démolitions a été négociée directement par les ouvriers du chantier et a donc échappée à la vigilance de la Société d’Émulation, en charge de la surveillance du chantier. Ce qui a été sauvé par Riboud et son équipe aurait été déposé au musée de Brou. Il n’a pas encore été possible de savoir si ces dépôts y sont toujours conservés.

Riboud termine en ces termes son rapport publié en 1818 : « il est donc peu de monuments anciens plus dignes d’intérêt, tant sous le rapport de la variété et d’une série d’édifices que sous celui de l’histoire et de l’art ; la croix de Malte, sa projection horizontale sans fondements ni arcs, et sans autre appui que les murs latéraux, mérite une attention particulière, et offre une construction extrêmement remarquable.

Il aurait été à souhaiter que la nécessité n’eût pas commandé la destruction de monuments dont la conservation aurait présenté aux curieux et aux étrangers un aliment intéressant ; qu’on eut pu faire dégager le tout de l’agrégation des bâtiments modernes et des matières de rapport qui en comblaient les divisions, en sorte que tout l’ensemble eût été mis à nu depuis les fondations jusqu’à la plate-forme et jusqu’au sommet du pilier le plus élevé. Malheureusement on a été obligé de tout effacer ; la sappe [sic] et la mine ont eu beaucoup de peine à y parvenir ; chaque bloc a passé de suite sous le marteau et le ciseau. Tout ce qu’on a pu faire a été de suivre avec attention la démolition, de prendre les dimensions et notes, de lever les plans et dessins, et d’employer les précautions et les soins convenables pour constater et décrire avec une fidèle exactitude » (op. cit., p. 64-65).

Dans un article paru deux ans après pour préciser ses observations, Riboud précise : « Plus de 300 [blocs] ont été retaillés, coupés, sciés ; néanmoins, malgré leur transformation, nous pouvons encore en indiquer des séries très reconnaissables ; ajustés et assortis à neuf, leur caractère antique perce sous leur forme moderne ; le socle entier du bâtiment nouveau en est composé, ainsi que les portes, fenêtres, abreuvoirs, etc. ».

Le bâtiment actuel

Deux points essentiels ressortent des documents présentés ci-dessus :

– la destruction totale du palais des ducs de Savoie et des monuments antérieurs sur lesquels il avait été édifié,

– la réutilisation des matériaux de démolition, notamment pierres et mortiers antiques.

En ce qui concerne le bâtiment actuel construit en 1817, il ne s’agit pas d’un édifice exceptionnel sur le plan de l’architecture : son plan est extrêmement simple et n’apporte rien à l’histoire de l’architecture pénitentiaire qui connaît pourtant des innovations intéressantes dans la première moitié du xixe siècle ; il ne comporte aucun décor significatif… Cependant, il est à remarquer les structures principales de l’édifice n’ont pas été altérées, malgré les ajouts et transformations réalisés à la fin du xixe siècle et au xxe siècle qui ne méritent pas d’être mentionnés dans cet article. Outre l’encadrement de la porte d’entrée en pointe de diamant, il est possible de repérer plusieurs éléments d’origine, notamment des fenêtres du rez-de-chaussée, des huisseries (gonds encore enchâssés dans les murs), des plafonds…

Sur le plan urbain, les bâtiments de la prison et du tribunal, construit à la même époque par l’ingénieur de Fréminville, présentent une unité qui contribue au caractère particulier de ce quartier ancien de Bourg-en-Bresse. De plus, siège du pouvoir à Bourg-en-Bresse depuis au moins le Moyen-âge, le bâtiment conserve une force symbolique importante.

La réutilisation de l’ancienne maison d’arrêt participera pleinement à la revitalisation du centre historique de Bourg-en-Bresse. À cette fin, l’étude architecturale et patrimoniale a proposé différentes réutilisations de l’ancienne maison d’arrêt correspondant à des besoins de la ville ou du département : centre d’archives, réserves de musée, pépinière d’entreprises et bureaux, maison de santé pluridisciplinaire ou encore hôtel.

Figure 14 Proposition de traitement de la façade pour favoriser l’intégration urbaine du bâtiment par l’agence d’architecture Pronaos, 2011 © Pronaos

Figure 14 Proposition de traitement de la façade pour favoriser l’intégration urbaine du bâtiment par l’agence d’architecture Pronaos, 2011 © Pronaos

Sources et bibliographie

Archives nationales

Série F/13 : Bâtiments civils

Série F/14 : Travaux publics

Série F/16 : Prisons

Série F/21 : Beaux-arts (bâtiments civils)

Archives départementales

Série B : Cours et juridictions (pour mémoire)

Série C : Administrations provinciales

Série L : Administration et juridictions de l’époque révolutionnaire (pour mémoire)

Série 4N : Bâtiments départementaux

Série Y : prisons et mendicité (pour mémoire)

Thomas-Philibert Riboud, Rapport sur les vestiges d’antiquités reconnus dans la démolition de la prison de Bourg, Bourg, 1817.

Thomas-Philibert Riboud, « Recherches sur les monuments découverts dans la démolition de la prison de Bourg en 1817 », Annuaire du département de l’Ain pour l’an 1818, Bourg, 1818

Thomas-Philibert Riboud, « Nouvelles recherches sur les monuments découverts à Bourg, en 1817, dans le cours de la démolition et de la reconstruction d’une prison. Supplément au mémoire inséré dans l’Annuaire du département de l’Ain pour l’an 1818 », Annuaire du département de l’Ain pour l’an 1820, Bourg, 1820.

Archives municipales de Bourg-en-Bresse

Série 1M et différents plans

Médiathèque municipale

DRAC Rhône-Alpes : Note de Josiane Boulon sur la prison de Bourg.

 

[1] André Abbiateci, « Louis Mandrin, maître de la ville de Bourg-en-Bresse. La libération de dix détenus sur vingt-deux », Chroniques de Bresse, n°4, 2011, p. 55 et suiv.

[2] France, Bourg-en-Bresse, Archives départementales de l’Ain (AdA), C12.

[3]  AdA, C12.

[4] AdA, C13.

[5] AdA, 4N126.

[6] France, Paris, Archives nationales de France (AnF), F/21*/2474, p. 436-438 (http://www.inha.fr/fr/ressources/bases-documentaires/conseil-des-batiments-civils-conbavil/interroger-conbavil.html, fiche 26543).

[7] AnF, F/14/2228/1 et http://gw.geneanet.org/skrebs1?lang=fr;p=elisabeth+theodore;n=de+la+poix+de+freminville.

[8] AnF, F/13/1529A.

[9] AnF, F/13/1529A et F/21*/2486, dossier n° 929, p. 123-124.

[10] AdA, 4N158.

[11] Thomas-Philibert Riboud, Rapport sur les vestiges d’antiquités reconnus dans la démolition de la prison de Bourg, Bourg, 1817, p. 3-4.

[12] Thomas-Philibert Riboud, Rapport sur les vestiges d’antiquités reconnus dans la démolition de la prison de Bourg, Bourg, 1817.

[13] Thomas-Philibert Riboud, « Recherches sur les monuments découverts dans la démolition de la prison de Bourg en 1817 », Annuaire du département de l’Ain pour l’an 1818, Bourg, 1818 et Thomas-Philibert Riboud, « Nouvelles recherches sur les monuments découverts à Bourg, en 1817, dans le cours de la démolition et de la reconstruction d’une prison. Supplément au mémoire inséré dans l’Annuaire du département de l’Ain pour l’an 1818 », Annuaire du département de l’Ain pour l’an 1820, Bourg, 1820.

[14] Thomas-Philibert Riboud, 1818, op. cit., p. 25 et suiv.

[15] Thomas-Philibert Riboud, 1818, op. cit., p. 20-21.

[16] Thomas-Philibert Riboud, 1817, op. cit., p.24.


Vous aimerez aussi...