Chester Himes, plume de bagnard

L’écrivain Chester Himes aurait pu n’avoir aucune imagination, sa rage et sa vie chahutée auraient suffi à composer son œuvre. Une œuvre noire, tourmentée, marquée par une violence sociale autant que physique, imprégnée du racisme de l’Amérique d’avant les droits civiques et de « l’absurdité » qu’il avait décelée, jeune, dans le sort de l’humanité. Une œuvre traversée aussi d’un humour inattendu. Célébré comme le père du roman noir afro-américain, ce petit-fils d’esclaves a puisé dans son histoire pour peindre les décors de ses romans et trousser les personnages à la dérive qui peuplent son œuvre.

Mais qu’auraient produit ses talents de conteur sans l’événement fondateur qui, un soir de décembre 1928, le propulsa derrière les murs du pénitencier de Columbus, Ohio, pour une période de « vingt à vingt-cinq ans » ? Rien dans l’histoire familiale de Chester ne le prédestinait à cette double carrière, finalement complémentaire, de bagnard et d’écrivain.

Issu de la classe moyenne noire, une rareté en ce début de siècle toujours marqué par la ségrégation raciale, le jeune homme né en 1909 montre très vite une capacité à l’autodestruction qu’il expliquera plus tard par deux drames personnels : l’accident qui coûta la vue à l’un de ses frères et le déchirement perpétuel de ses parents, mélange de mépris moral et de coups physiques…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 06.08.2016 par Stéphanie Le Bars (Washington, correspondance) sur le site Le monde


Vous aimerez aussi...