“A contre courant”, la revue du centre de détention de Liancourt (1992-1993)

Liancourt, cette commune de l’Oise, ne bénéficie guère de la réputation de sa prison, qualifiée tantôt de “dépotoir” de tuberculeux par Alphonse Boudart, tantôt de mouroir pour détenus âgés et malades par les associations de défense des droits des détenus.

Liancourt s’honore pourtant du nom d’une famille de philanthropes, les Larochefoucauld-Liancourt qui y acquirent une belle propriété au XVIIIe siècle. En 1992, la municipalité se félicita de l’acquisition d’un buste du Duc, celui qui honora la philanthropie de la Restauration par son rôle au sein de la Société Royale des prisons. Son fils Gaëtan est quelque peu oublié, lui qui fit tant pour résister aux utopies répressives de son époque.

Liancourt est un lieu-mémoire de l’histoire pénitentiaire, dans sa forme “progressiste”. Prison médicale après la seconde guerre mondiale, c’est un dispositif de progrès dans l’individualisation des peines, dans la prise en charge des handicaps de certains détenus. En 1972, 25 détenus étaient encore traités contre la tuberculose dans la parie sanatorium de l’établissement. A leurs côtés, des détenus âgés de plus de soixante-ans étaient regroupés dans la partie hospice. Stanislaw Plawski, en 1977, précisait que séjournaient aussi dans cette partie de la prison des personnes de moins de soixante-ans mais dont le vieillissement précoce était le résultat de longues années passées en détention. Centre de détention sanitaire après les décrets de 1975, c’est aussi un édifice qui participe de l’humanisation des peines. Les locaux de ce vieux Liancourt, dit aujourd’hui “Liancourt 1”, effraient par leur vétusté, sont délabrés, les dortoirs à dix et les “chambrettes” sont décapés par l’usure, mais la présence de détenus âgés condamnés à de longues peines pour des affaires de meurs donnent une allure de “maison de retraite pénitentiaire” à l’établissement. La vocation sanitaire de la maison ne la prédisposait pas à mettre en place des dispositifs favorisant la réinsertion sociale des détenus. Pourtant, l’établissement de Liancourt disposa dans les années 90, d’un organe de presse conçu par des détenus, A contre courant. […]

Lire la suite de cet article de Jean-Claude Vimont sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 26 avril 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Hypothèses billets. Hypothèses billets said: “A contre courant”, la revue du centre de détention de Liancourt (1992-1993) http://bit.ly/ca0w5B […]

  2. 27 avril 2010

    […] lien de la suite ici: “A contre courant”, la revue du centre de détention de Liancourt (1992-1993) Share and […]