France 1940-1944 : “Dénoncer sous l’occupation”

A partir de l’été 1940, le gouvernement pétainiste de la France occupée choisit la voix de la collaboration ; le pays se trouve désormais coupé en deux et l’arbitraire de la délation s’installe… voici quelques destins aux chemins différents…

Pour en savoir plus voir la vidéo You tube Dénoncer sous l’Occupation

9782863918876FSParution du livre le 28 octobre 1998 – En France, les années noires de l’Occupation ont vu se développer une bien sinistre pratique : la délation. Par simple bêtise ou par calcul intéressé, par mesquinerie ou par conviction politique, par antisémitisme forcené ou par anticommunisme enragé, des Français ont fait parvenir des lettres dénonçant leurs compatriotes aux autorités de Vichy ou à l’occupant allemand. Une froide et implacable machine administrative utilisait souvent cette considérable quantité d’informations, vraies ou fausses, afin de pourchasser impitoyablement juifs, communistes, francs-maçons, résistants et de les envoyer, dans la plupart des cas, à la mort. A l’heure où certains tentent de réhabiliter le passé vichyste, André Halimi analyse et dénonce cet abominable procédé. Il rappelle la sombre réalité de l’Occupation au quotidien et dresse un réquisitoire contre les lâches. A l’aide des documents retrouvés dans les bureaux de la Gestapo ou de la police, des articles de la presse de l’époque, des témoignages des victimes et des observateurs survivants, il réalise là un indispensable travail de mémoire sur une triste page de l’histoire de France, exerçant ainsi le droit de critique historique.

Sommaire :

    • Lettres de délation
    • La presse et la délation
    • Les écrivains et la délation
    • Les jugements
    • Les victimes de la délation
    • Faut-il dénoncer les délateurs ? Analyse de la délation.

51lVK3DRg2L._SX315_BO1,204,203,200_Parution du livre le 11 février 2010 – La délation connut son âge d’or en France pendant l’Occupation. Les Français, encouragés par l’occupant nazi et les collaborateurs vichystes, donnent de la plume et dénoncent à la Gestapo ou à la milice française résistants, Juifs, communistes, francs-maçons et tous ceux supposés l’être.

De 1940 à 1944, entre trois ou quatre millions de lettres alimenteront les officines de répression. Rares sont les missives jetées au panier. Ces courriers entraînent le la plupart du temps l’ouverture d’une enquête à l’issue souvent tragique. Arrestation, emprisonnement, spoliation, déportation et exécution suivent selon la multitude de crimes et délits prévus par ces lois d’exception. C’est le règne de l’arbitraire et des règlements de comptes à moindres frais.

Quelques-unes de ces lettres sont reproduites dans ce document implacable et terrifiant.

230153800André Halimi, né le 28 avril 1930 à Béja (Tunisie), est un journaliste et réalisateur et producteur de télévision français. Il est notamment le créateur, avec Lionel Chouchan, du Festival du cinéma américain de Deauville (1975) et du Festival du film policier de Cognac (1982).

Journaliste professionnel en 1955, André Halimi collabore notamment à Arts et Spectacles (1955-1959), au quotidien Paris-Presse (1959-1968), à Pariscope (1969-1981) comme rédacteur en chef et à VSD (1981-1983).

Il produit et réalise régulièrement de nombreuses émissions de télévision, notamment en réunissant des images d’archives. On lui doit ainsi des émissions à thème et des portraits, entre autres, de Jean Cocteau, Michel Galabru, Louis de Funès, Michèle Morgan, Charlie Chaplin, Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, etc. Il a également réalisé un entretien, diffusé sur France Culture du 1er au 5 janvier 1973, avec Françoise Sagan, auquel le titre de Tout le monde est infidèle fut donné, publié en 2009 aux éditions le Cherche Midi.

André Halimi est mort le 1er décembre 2013 à Jérusalem.

  • Éditeur : Le Cherche Midi
  • Collection : Documents

 

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...