Maintenant, il est permis de savoir ce qui a été interdit … (Deuxième édition du Diction­naire des livres et journaux interdits)

photo_dico_fond_beige3Quels livres, quels journaux ont été interdits par le ministère de l’Intérieur ces soixante dernières années ? Pourquoi ? Comment ?

Ce dictionnaire répertorie les 6 900 titres auxquels ont été appliqués l’article 14 de la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, l’article 13 de cette même loi ou l’article 14 de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, depuis 1949. Rédigé à partir de documents administratifs, complété par de longues recherches dans des collections privées, il est une source d’information fiable et exhaustive pour ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’édition contemporaine, au droit, aux mœurs, à la liberté d’expression, à la protection de la jeunesse, aux romans policiers, à la bande dessinée et à bien d’autres sujets, qu’ils soient professionnels de la presse ou du livre, collectionneurs, juristes, universitaires ou simples curieux.

En annexe figurent les divers textes de lois, la liste des membres de la Commission de surveillance depuis son origine et une chronologie riche en événements inconnus du grand public. L’index de 16 700 titres et noms permet des recherches précises (Combien les éditions Gallimard, Flammarion ou Julliard eurent-elles de romans touchés ? Frédéric Dard connut-il la censure ?), mais on peut aussi feuilleter l’ouvrage et s’arrêter sur les couvertures qui intriguent – il y en a 4 900 de reproduites, en petit format.

On entre dans le secret de la Commission de surveillance, on apprend pour quelles raisons la France ferma un temps ses frontières à des classiques de la bande dessinée comme Blake et Mortimer, Alix, Jerry Spring, Gil Jourdan, Buck Danny, Mandrake et Flash Gordon (tandis que le boulet frôlait Corto Maltese, Spirou, Astérix et Lucky Luke). On découvre, à la source, le sort réservé à des auteurs comme Georges Simenon, Gérard de Villiers, G.J. Arnaud, Georges Bataille, Cécil Saint-Laurent, Alphonse Boudard, Roger Peyrefitte ou, plus récemment, Nicolas Jones-Gorlin, Riad Sattouf et Joann Sfar, et sous quelles contraintes des journaux durent modifier leur ligne éditoriale pour continuer d’exister (Détective, Hara-Kiri, Lui). Enfin, l’exhaustivité de ce dictionnaire permet de mettre fin à certaines légendes, révélant par exemple que Septentrion de Louis Calaferte n’a jamais été interdit.

DEUXIÈME ÉDITION

dico_2eedition_animation_rvb_72La première édition du Diction­naire des livres et journaux interdits (dos rouge, 1216 pa­ges), tirée à 1500 exem­plaires en 2007, fut rapi­dement épuisée.

L’édition actuellement disponible (dos bleu et mention « 2e édition » en couver­ture, 1280 pages), parue en 2011, a été l’occasion d’une mise à jour et d’ajouts. Parmi les plus significatifs :

• la cinquantaine d’arrêtés pris entre 2007 et 2011 (il n’y en a plus eu depuis) ;

•  une centaine de couvertures ;

• les nouvelles compositions de la Commission de surveillance, les nou­velles lois (celle de 1949 ayant été signi­ficativement modifiée en 2011) ;

• des avis de la Commission de sur­veillance qui manquaient pour les inter­dictions postérieures à 1980 ;

• des résumés de romans, des chiffres de tirage trouvés dans des décla­rations de dépôt légal (une centaine) et l’élu­ci­dation de quelques pseudonymes.

Le possesseur de la première édition peut donc sans souci continuer d’utiliser celle-ci pour ses recherches, en particulier si elles ne concernent pas la période la plus récente. Le nouvel acquéreur préférera la deuxième.

M3351M-T020

M3351M-T020

C’est en 1979, alors qu’il n’a que 17 ans, que paraît la première étude de Bernard Joubert sur la censure, au Centre de recherches périphériscopiques, équivalent suisse (et toujours actif) du Collège de ’pataphysique. Before/Après est une plaquette d’une trentaine de pages qui compare les bandes dessinées de superhéros dans diverses éditions étrangères et proteste contre l’édulcoration qu’on leur fait subir en France. Ayant mené enquête et s’étant procuré des procès verbaux de la Commission de surveillance, l’adolescent Joubert est en profond désaccord avec les bonnes âmes qui prétendent le protéger. Le danger, c’est chez ces censeurs qu’il le perçoit.

Suivront de nombreux articles (une centaine), des conférences et des livres, la rédaction du Dictionnaire des livres et journaux interdits, entamée en 1994, s’étant étendue sur treize années.

Essais sur la censure :

  • Before/Après (avec Joël Cerutti, 1979, CRP’)
  • Images interdites (avec Yves Frémion, 1989, Syros-Alternatives)
  • Anthologie érotique de la censure (2001, La Musardine)
  • Histoires de censure (2006, La Musardine)
  • Dictionnaire des livres et journaux interdits (2007 & 2011, Cercle de la Librairie)
  • Chez les censeurs (2012, Sancho)

Collectifs sur la censure :

  • Maintenant : la censure (direction du collectif, 1994, N.S.P.)
  • On tue à chaque page ! (1999, Musée de la bande dessinée/Éditions du Temps)
  • La création est-elle libre ? (2003, Ligue des droits de l’homme/Le Bord de l’Eau)
  • Censures (2003, art press)

Essais sur d’autres sujets :

  • Les Magiciens (1990, Syros-Alternatives)
  • Les Pin-up (1995, Alternatives)
  • Bandes d’auteurs (direction du collectif, 2005, art press)

Autres activités :

Après des débuts professionnels sur France culture, dans les émissions de Bertrand Jérôme, Bernard Joubert a, dans les années 80, présenté des émissions de télé pour la jeunesse (Jeunesse hebdo, Malin magie et l’Académagie). Mais le journalisme et, en tant qu’auteur, la bande dessinée ont été ses deux principales activités. De 2002 à 2008, il anime les éditions Dynamite, label de La Musardine consacré à la bande dessinée érotique.

EXTRAITS

LA PRESSE

Éditions : Cercle de la Librairie

Enregistrer


Vous aimerez aussi...