La bête du Gévaudan, autopsie d’un mythe – David Teyssandier

Sud de l’Auvergne, XVIIIe siècle. Une série d’horribles meurtres sème la panique. En trois ans, 120 personnes sont assassinées par une bête étrange et invulnérable. Les plus grands chasseurs du royaume sont tenus en échec. Les bruits les plus étranges courent sur la nature du fauve. Encore aujourd’hui, l’identité de l’animal est source de polémique. Après trois années de terreur, c’est un paysan du pays qui a réussi à abattre le monstre à l’orée d’un bois. S’agissait-il d’un loup, de plusieurs loups ? Certains parlaient alors d’une hyène, d’un chien protégé par une cuirasse et dirigé par un fou sadique, d’un loup-garou, voire d’un singe cynocéphale. Les hypothèses les plus fantaisistes étaient avancées, mais personne alors n’évoquait l’idée d’un tueur en série. La tradition orale et les peurs ancestrales nourrissent la légende qui, mêlée à l’histoire, alimente un mythe encore bien vivant de nos jours. Nous avons demandé à des historiens, psychiatres, graphologues, experts en serial-killers, zoologues et autres scientifiques d’apporter des réponses à cette énigme. Des reconstitutions, un portrait robot de la bête finissent d’amener des éléments de réponse au mystère de la bête du Gévaudan.

La bête du Gévaudan, autopsie d’un mythe – David Teyssandier – documentaire
Pour en savoir plus visionner le documentaire La bête du Gévaudan

 

51ytYgEcs4L._SX351_BO1,204,203,200_Parution du livre le 16 mai 2006 – Préface : Composer l’histoire de la Bête du Gévaudan d’une manière exacte n’a pas été chose facile ; car d’abord sa nature est à peu près restée inconnue, et si elle n’a vécu, ce qui est probable, que de meurtres et de carnages, sa ruse et son agilité, favorisées par de circonstances malheureuses ont tellement servi sa férocité, qu’il est impossible de la suivre dans tous ses ravages, elle a même su en cacher un très grand nombre en se faisant accompagner dans ses aventures et il est même très probable que ses compagnons ont bien souvent par la mort payé pour elle. Sa férocité avait le propre de jeter sur son passage une consternation et un effroi tels qu’il est impossible de nier qu’elle n’était autre chose qu’un fléau de Dieu. Le monde entier s’est occupé d’elle et a toujours ignoré ce qu’elle était et quelles étaient l’étendue et l’immensité de ses carnages. Voulant voir en elle qu’un fait purement naturel, on ne lui opposa que de faibles résistances quoique tout en elle annonça la sévère vengeance divine, qui se sert des plus petites choses pour punir l’orgueil de l’homme et lui prouver que si par la toute-puissante bonté divine il a été fait le roi de la nature, il en devient le vil esclave s’il abandonne les voies de son Dieu. Les désordres, auxquels il se livre, le conduisent à son déshonneur même dans le temps et assurément à son malheur éternel. C’est ce que le bon Dieu veut nous éviter en nous envoyant des fléaux pour nous forcer pour ainsi dire à revenir à ses voies et nous ramener à l’humble soumission de sa puissance. Il est évident par les nombreux documents apportés dans cette triste affaire que le roi et ses premiers officiers ne négligèrent dans les commencements absolument rien; mais tous ces actes officiels prouvent d’une manière péremptoire que Dieu est plus puissant que les hommes et que les uns et les autres manquèrent gravement en négligeant d’implorer son secours et en ne voulant pas reconnaître que la cause de ce, fléau était la suppression de la fête de saint Sévérien, premier évêque de Mende et l’abandon de la liturgie romaine.

Présentation de l’éditeur : Entre 1764 et 1767, dans l’ancienne province du Gévaudan, une bête mystérieuse sème la terreur, massacrant plus d’une centaine de femmes, d’enfants et d’adolescents. La «Bête féroce» déjoue tous les pièges. Les paysans s’organisent, le roi promet les honneurs à qui saura la détruire, les puissants rivalisent pour y parvenir. Rien n’y fait jusqu’à ce que, à force de ruse, le chasseur Jean Chastel abatte le monstre. La bête, en état de putréfaction, est montrée au roi qui, épouvanté par sa puanteur, ordonne qu’elle soit enterrée sans être examinée. Depuis, le mystère reste entier.

Qu’était réellement «la Bête» ? Une famille de loups carnassiers, un animal féroce venu d’une région éloignée d’Europe, ou encore le fruit d’un croisement de loup et de chien, dressé et manipulé par un pervers ? Une foison de livres a été publiée, proposant les théories les plus fantastiques. Celui que l’abbé Pourcher écrit et édite en 1889 est le plus ancien. C’est aussi le plus complet. Introuvable depuis plusieurs années, il est considéré par les spécialistes et tous les «mordus de la bête» comme l’ouvrage incontournable sur la question. Pourcher a rassemblé tous les documents d’époque relatifs à l’affaire. À travers les pièces qu’il exhume, nous revivons l’épopée sanglante : les attaques de la Bête, les témoignages de ceux qui l’ont vue, les actions héroïques entreprises contre elle (mais aussi les bassesses de ceux qui ne recherchent que les honneurs), les chasses menées par les dragons du roi et les chasseurs venus de partout. On devine aussi la place terrible que prend le monstre dans l’imaginaire des habitants du Gévaudan.

L’abbé Pourcher (1831-1915), curé du village de SaintMartin-de-Boubaux dans les Cévennes, a imprimé la première édition de son livre en 1889, utilisant une presse qu’il avait acquise et des caractères d’imprimerie qu’il taillait lui-même dans du buis.

 

cvt_La-Bete-du-Gevaudan_8295Parution du livre en 2003 – le De 1764 à 1767, une bête mystérieuse sème la terreur dans le Gévaudan et dans le sud de l’Auvergne, tuant hommes, femmes et enfants. Michel Louis nous livre de cette fameuse affaire un récit passionnant : toutes les attaques de la bête, les grandes chasses, la terreur des campagnes, les actions héroïques de certains paysans, les intrigues des puissants qu’excite la convoitise des honneurs et de l’énorme récompense promise à qui tuerait la bête. Cet ouvrage est le plus complet qui ait été écrit sur une des plus célèbres énigmes de notre histoire. C’est aussi un plaidoyer en faveur de l’éternel accusé, le loup, dont Michel Louis prouve l’innocence et demande la réhabilitation.

Passionné depuis toujours par les animaux sauvages et spécialement la bête du Gévaudan, Michel Louis est aujourd’hui directeur du parc zoologique qu’il a fondé à Amneville (Moselle). Son regard de spécialiste des fauves éclaire d’un jour nouveau l’histoire de la célèbre bête

Éditeur : Perrin

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...