Romain Slocombe – “Monsieur le Commandant”

1507-1Parution du livre le 6 juin 2013 (Pocket)Écrivain et académicien dans le Paris de l’avant-guerre, Paul-Jean Husson s’est désormais retiré dans une petite ville de Normandie pour se consacrer à son œuvre, émaillée d’un antisémitisme « patriotique ». Lorsque la guerre éclate et que son fils Olivier rejoint la France libre, il prend en charge la protection de sa belle-fille, Ilse, une Allemande aux traits aryens et à la blondeur lumineuse. Sa beauté fait surgir en lui un éblouissement bientôt en contradiction avec toutes ses valeurs, car il découvre qu’Ilse est juive, sans toutefois parvenir à brider l’élan qui le consume. Peu à peu, l’univers si confortable du grand écrivain pétainiste, modèle de bon bourgeois enkysté dans ses ambivalences, vacille. Les secrets de famille sortent comme autant de cadavres de leurs placards et à l’heure où son existence torturée est percée à jour par une Occupation aux effets ontologiques imprévisibles, seule une lettre adressée au commandant de la Kreiskommandantur peut permettre à Husson de sauver la face. C’est en salaud imaginaire que Romain Slocombe porte en lui une lettre jamais écrite, une lettre de délation ; il prouve ainsi que la part la plus vile de l’âme humaine ne trouve de meilleure place où se révéler que dans le genre épistolaire.

photo Romain Slocombe

Biographie de Romain Slocombe – Né en 1953 à Paris. Baccalauréat 1969. Études artistiques à la faculté de Vincennes (Techniques de l’affiche, et Figuration narrative) et à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris.

Participe à l’aventure graphique du groupe Bazooka, puis à celle du magazine Métal hurlant.

Réalise une quarantaine de couvertures pour la collection Folio chez Gallimard, illustrant notamment Yukio Mishima, Jack Kerouac, Henry Miller, Antoine de St-Exupéry.

La guerre du Vietnam inspire à Romain Slocombe son premier roman, Phuong-Dinh Express (1983, réédité aux Presses Universitaires de France en 2002), et un récit pour enfants, Les Évadés du bout du monde (éditions Syros, 1987).

À partir de 1977, de nombreux voyages au Japon font de ce pays une de ses principales sources d’inspiration. Il passe à la photographie en 1992, et expose ses portraits de Japonaises et ses images de Tokyo et du Japon dans de nombreuses galeries, en France comme à l’étranger (New York, Londres, Stockholm, Tokyo, Sendai, Bologne, etc).

Puis il intègre la vidéo à son travail, à partir de 1995, avec deux documentaires personnels tournés au Japon (Un monde flottant et Tokyo Love), et plus tard des courts métrages (co-réalisés avec Pierre Tasso) primés dans de nombreux festivals, et diffusés sur Canal + et Arte.

En 2000 paraît Un été japonais, le point de départ d’une tétralogie publiée dans la Série Noire chez Gallimard : le troisième volume, Averse d’automne, paru en 2003, a reçu le prix Sang d’encre 2004. Les Presses Universitaires de France ont publié ses Carnets du Japon en 2003, et les éditions Zulma son roman La Japonaise de St. John’s Wood (mars 2004). Autre roman : Nao, aux Presses Universitaires de France, suivi en 2005 de deux recueils photographiques en couleur : Tokyo Blue (Isthme éditions), et l’essai de Stephan Lévy-Kuentz : Femmes de plâtre (édité par La Musardine).

Regrets d’hiver, le 4ème tome de la tétralogie La Crucifixion en jaune, est paru en mai 2006, dans la collection Fayard Noir que dirigeait Patrick Raynal.

En janvier 2008, Romain Slocombe publie un nouveau roman jeunesse aux éditions Syros : Qui se souvient de Paula ?, sur la rafle du Vel d’Hiv et la déportation des Juifs de France.

Paru en 2011, son roman Monsieur le Commandant figure sur la première sélection du Goncourt 2011 et remporte, entre autres récompenses, le prix Nice-Baie des Anges en 2012. L’ouvrage est à présent traduit en Italie, au Portugal, en Angleterre, ainsi que bientôt en Israël et aux USA.

Deux pièces radiophoniques de Romain Slocombe ont été diffusées sur France-Culture : Ghost of yesterday (prix du meilleur texte de fiction radio au festival « Radiophonies » 2003) et Magie noire.

Son roman Envoyez la fracture ! a été adapté sur France 2 par Claire Devers dans la série de téléfilms “Suite noire”.

D’autre part, Slocombe a traduit en langue anglaise le monumental ouvrage de Pierre Guyotat, Tombeau pour cinq cent mille soldats (éditions Creation Books, Londres 2003).

Romain Slocombe a été quatre fois titulaire d’une bourse de création du Centre National du Livre, et reçu comme artiste résident au Centre culturel Les Subsistances (Lyon) en mai 2002 pour son travail photographique et la présentation d’une performance au sein de l’événement Body Limits, avec la participation de la danseuse buto et actrice Yôko Higashi. Il a été de nouveau en résidence à Lyon au cours de l’automne 2008, avec le concours du CNL et dans le cadre d’un partenariat avec le café-lecture Les Voraces, où il a animé un atelier d’écriture.

Extrait du livre :

Herr Sturmbannführer H. Schöllenhammer,
Kreiskommandantur
Hôtel de Paris
10, avenue du Maréchal-Pétain
Sous-préfecture d’Andigny, Eure

Villa Némésis, le 4 septembre 1942

Monsieur le Commandant,

Ces lignes, que vous recevrez ce soir, il me serait facile – usant de discrétion, réduisant par la force des choses leur contenu à l’essentiel -, même dans un bourg de province où tout, ou presque, finit par se connaître, il me serait facile (permettez-moi d’insister sur ce point) de vous les adresser sous le couvert de l’anonymat.

Mais l’anonymat, de même que le mensonge et l’erreur – plus exactement, ce que je considère comme le mensonge et l’erreur -, m’inspire la plus violente aversion, et ce n’est pas au seuil de la vieillesse que je vais changer d’idée à ce sujet, ni de tempérament.
Voilà qui ne dit pas pourquoi je me permets ainsi de vous ennuyer par des phrases qui, sans doute, dégénéreront au fil de la plume en une confession pénible ; mais j’ai toujours, depuis votre arrivée à Andigny, et les premiers mots échangés, en français, entre officier de réserve et officier d’activé, éprouvé une sympathie pour vous. En dépit de nos différences de culture, et d’âge (je crois être d’une vingtaine d’années votre aîné), j’ai ressenti combien nous sommes tous deux tellement loin des gens, vous en premier lieu par les distances que crée votre présence en période d’occupation, et moi par la distance pure et simple, que cela constitue entre nous une espèce de rapprochement.
Je n’ai jamais partagé le ridicule romantique de vouloir que les écrivains fussent des saints ou des héros, et qu’on les regardât les mains jointes -bien au contraire : je pense que la culture de facultés aussi subversives que l’imagination et la sensibilité n’est point sans danger pour la valeur morale. C’est la raison pour laquelle il existe peu d’écrivains dont la vie soit exemplaire.
Hier, j’étais à Paris où je rendis visite au Sonderführer Gerhard Heller, de la Propagandastaffel. J’avais demandé à le rencontrer de toute urgence. Au sortir de notre entrevue, je renonçai difficilement, bien qu’il m’eût suffi de franchir la Seine et parcourir à peine un kilomètre d’avenues peu fréquentées, à rendre visite à celle qui toujours occupait mes pensées, et qui, probablement à cette heure, travaillait encore dans son bureau du secrétariat de l’Opéra.
L’Évangile dit : «Malheur à ceux qui regardent en arrière.»
L’écriture sainte nous parle évidemment là du don à Dieu, qui, tel que je le comprends, est total et ne comporte aucune espèce de réticence ou de refus. Par conséquent, c’est la table rase, c’est tout ou rien ! Et du moment où c’est tout, où ce doit être tout, je ne peux garder aucune espèce d’attachement à ce que j’ai désiré auparavant. Du moment où l’on se donne à Dieu, il faut se donner complètement. Il en est ainsi de toutes les actions de la vie humaine. Cette fois encore, il m’a fallu choisir.
J’ai choisi. –Ce texte fait référence à l’édition Broché .

Revue de presse :

26978_1513954C’est un livre terrible que publie Romain Slocombe dans la collection Les Affranchis, dont le principe est simple : “Écrivez la lettre que vous n’avez jamais écrite.” Là où la plupart des auteurs convoqués choisissent la lettre au père, à la mère, au frère ou à la soeur disparue (et réussissent avec plus ou moins de bonheur), Romain Slocombe a écrit une lettre de dénonciation. Le résultat est extraordinaire et fait de ce livre non seulement le meilleur de la collection mais, sans aucun doute, l’un des livres phares de cette année 2011. (François Busnel – L’Express, décembre 2011)

Il y a quelque chose qui cloche dans notre royaume des Lettres. Voilà un livre époustouflant et irrésistible – je vous jure que je pèse mes mots – qui est paru l’été dernier et qui est quasi passé inaperçu, sauf auprès de quelques initiés comme Françoise Chandernagor, François Busnel ou Alfredo Mauro, qui l’ont tous recommandé et grâce à qui j’ai pu découvrir ce bijou pratiquement noyé dans l’avalanche littéraire de l’automne. Ce livre a pourtant tout pour inspirer le dithyrambe : une histoire à couper le souffle, qui se déroule pendant l’Occupation, des personnages puissants, un style nerveux, un vrai suspense, de l’amour, aucun pathos et un travail de documentation qui ne se voit pas. C’est bien simple, dès qu’on ouvre Monsieur le Commandant (1), on ne peut plus s’arrêter, tant Romain Slocombe maîtrise son affaire. (Franz-Olivier Giesbert – Le Point du 1er mars 2012) –Ce texte fait référence à l’édition Broché .

  • Éditeur : Pocket
  • Collection : Pocket

Romain Slocombe vous présente son ouvrage “Monsieur le Commandant” aux éditions du NIL. vidéo You Tube Monsieur le Commandant

Voir également France 1940-1944 : « Dénoncer sous l’occupation » – Criminocorpus

Du même auteur sur le site Criminocorpus L’affaire Léon Sadorski

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Vous aimerez aussi...