De l’utilisation des prisons par les Allemands pendant l’Occupation dans le Nord-Pas-de-Calais : un patrimoine carcéral varié par Louise Rénier

Le Nord-Pas-de-Calais est l’une des premières régions de France à être occupée en 1940 par les Allemands lors de la seconde Guerre Mondiale. De ce fait, elle doit vivre aux heures allemandes, obéir aux décisions et aux nouvelles lois instaurées par les Nazis et appliquées par la Gestapo. 


La seconde Guerre Mondiale et l’Occupation modifient la différence nette entre « bien et mal», ne laissant que certaines nuances dans l’esprit de la population. En effet, si dans un contexte de paix, le marché noir, le trafic ou le vol sont des délits passibles de prison, en temps de guerre, il s’agit d’un certain « instinct de survie » pour la population, ainsi qu’un moyen de résistance face à l’oppresseur. 
Si les limites entre bien et mal deviennent floues, c’est aussi le cas pour le genre de prisonniers. Durant ce conflit, on est amené à connaître et/ou redécouvrir de nouveaux types de prisonniers et des moyens de détention différents. Désormais, outre les prisonniers de droit commun français, les lieux de détention abriteront également des prisonniers de guerre, des prisonniers politiques, des résistants, des otages, en somme toutes personnes allant à l’encontre du bon fonctionnement de l’Occupation. Cela amène un développement de l’utilisation de sites d’incarcération par les Allemands, de prisons préexistantes certes mais pas seulement. Cela correspond également à une modification des formes de détention, un certain retour en arrière, oubliant les changements et améliorations architecturales apportés au XIXème siècle, période notamment de la prison cellulaire. 
Preuve de l’oppression de l’ennemi sur la France à cette époque, ces centres de détention doivent être envisagés comme des lieux historiques et patrimoniaux forts qui auraient besoin d’une certaine reconnaissance et d’une valorisation. 
Je tenterai d’apporter ma pierre à cet édifice par cet article qui a pour but d’évoquer quelques exemples de lieux d’emprisonnement qui ont pu être utilisés à cette époque et ainsi montrer leur diversité mais aussi parler des nouveaux types de « prisonniers ». 

Des prisons divisées en deux sections : exemple de la maison d’arrêt d’Arras


Sous l’Occupation, on constate que les Allemands ont utilisé, de manière logique, les prisons déjà présentes dans les villes du fait de l’existence du bâti et de l’organisationnel. Il s’agissait ainsi d’un choix simple et rapide mais aussi en lien avec l’idéologie de l’Occupation. La maison d’arrêt d’Arras n’échappe pas à l’appropriation des lieux par l’Occupant. 

Construite en 1863 pour remplacer la prison des Dominicains (datant de la Terreur), la nouvelle maison d’arrêt de la ville dite de Saint-Nicaise (du nom de la rue où elle se situe, aujourd’hui, rue des Carabiniers) entre en activité le 30 octobre 1866. Il s’agissait alors d’une prison d’arrondissement pouvant accueillir hommes et femmes.


La maison d’arrêt correspond à l’un des exemples de prison ayant expérimenté le modèle cellulaire au XIXème siècle. Elle a une forme polygonale comportant un point central distribuant les allées cellulaires, et permettant de surveiller l’ensemble des détenus et les moindres va-et-vient. Ce plan est rythmé également par les cours entre chacune de ces allées. 

Si l’on avance dans l’histoire pour arriver à la période qui nous intéresse, il faut savoir qu’avant l’Occupation, la prison a connu quelques jours d’inactivité par l’évacuation des détenus et du personnel lors de l’invasion de la région en mai 1940. 
Cependant, elle reprendra rapidement ses fonctions fin mai – début juin, moment où l’administration militaire allemande prend place. Les réquisitions de bâtiments débutent alors et une partie de la prison ne fait pas exception. 
Dès ce moment, le bâtiment est composé de deux sections, une française et une allemande. La première section prend place dans l’ancien quartier des femmes, alors que la deuxième s’installe dans l’ancien quartier des hommes. Si l’on ne compte pas les douches (utilisées pour la toilette par les Allemands et pour la lessive par les Français), il n’y a aucun contact entre ces deux parties nouvelles de la prison. 
De même, chaque section se voit elle-même divisée. En effet, elle reste constituée d’une partie réservée aux femmes et une pour les hommes. 
En ce qui concerne la section française, elle comprend les prisonniers déjà incarcérés avant la guerre ainsi que ceux jugés par la justice française durant le conflit. 
Par la suite, cette section devient une maison d’exécution des condamnés à mort français, du fait que la cour d’assises de Saint-Omer décide d’y installer la guillotine. 
Composée de 18 dortoirs (dont 4 pour les femmes), la section allemande comportait également trente cellules individuelles (dont dix en sous-sol pour les interrogatoires et les tortures).


Cellules en sous-sol
           

Il faut savoir que la prison d’Arras fait partie des lieux de détention ayant connu un certain nombre de déportations. En effet, du fait de l’accroissement des prisonniers, de l’avancée des Alliés mais aussi selon les cas, la plupart d’entre eux seront envoyés à la prison de Loos-lès-Lille pour ensuite être déportés vers la Belgique et/ou l’Allemagne. Ainsi, les prisons comportent une nouvelle fonctionnalité, ils deviennent lieux de transit. De même, environ 200 des 2500 résistants enfermés à Arras ont été fusillés à la Citadelle de la ville. 

Cette section allemande était donc constituée de prisonniers de guerre, de personnes ayant eu des activités allant à l’encontre des forces allemandes (2500 résistants y ont été emprisonnés) mais aussi d’otages, à savoir des personnes arrêtées au hasard par l’Occupant pour faire pression sur la population. 
Souvent, en cas de sabordages ou de tueries envers les Allemands, des otages étaient arrêtés et condamnés à être exécutés sauf si les responsables se dénonçaient. Néanmoins, existaient également des otages qu’on pourrait qualifier « de prévention », emprisonnés notamment à Arras. Ces otages étaient détenus pendant un certain laps de temps (plusieurs mois) afin d’empêcher les habitants d’être tentés de faire quoique ce soit contre les forces allemandes.


Otages internés

A la fin de la guerre, le Ministère des Anciens Combattants et Victimes de la guerre reconnaît ce statut d’otage par la remise de documents et médailles. Cependant, ils sont considérés comme « internés politiques ».




Remise de médailles après la guerre

Pour en apprendre davantage, vous pouvez lire l’article de Jean-Claude Fichaux sur Criminocorpus.revue.org, consacré à l’histoire complète de cette prison pendant la l’Occupation, notamment grâce à des témoignages d’anciens détenus : http://criminocorpus.revues.org/1834

Au cœur de Saint-Omer : L’ancienne prison du Mont Sithieu

Quand on parle de l’ancienne prison de Saint-Omer, dite prison du bailliage, on ne peut la dissocier de la motte castrale, sur laquelle elle est située. Cette motte castrale, érigée vers l’an mil, a un diamètre si conséquent qu’elle reste la plus importante de la région Nord-Pas-de-Calais et est l’une des seules encore conservées en milieu urbain. 

Vue aérienne de la motte et de la prison

Après avoir été le lieu de résidence des comtes de Flandres, elle accueille par la suite le bailli du roi de France. La ville étant dépourvue de réelle prison, il est décidé en 1762 la construction d’une prison du bailliage, royale et militaire, sur cette motte. La nouvelle prison est bâtie au pied de la cathédrale à la place de la tour maîtresse du château, détruite pour l’occasion. 

Symboliquement, on peut dire que l’ensemble motte-prison-cathédrale représente les pouvoirs forts de l’époque, à savoir l’autorité politique, le pouvoir judiciaire, mais aussi le pouvoir spirituel, au centre même de la cité. 
Les cellules de la prison qui se situaient dans les sous-sols et à l’étage étaient, comme on peut s’y attendre, de petite taille et d’un confort plus que rudimentaire. Dans chaque cellule, on trouve une sorte de niche qui devait servir de toilette. Le bâtiment est organisé selon les modèles de casernes de Vauban avec une certaine épaisseur des murs ainsi que la présence de plafonds voûtés qui, en cas de bombardements par exemple, empêchent le bâtiment de tomber sur lui-même.
En plus de la présence des cellules, certains graffitis réalisés par les prisonniers viennent nous rappeler la fonction de ce bâtiment. Les plus anciens, sur les portes, remontent au XVIIIème siècle alors que les plus récents, sur les murs, datent de la seconde Guerre Mondiale. En effet, si la prison cesse son activité vers le début du XXème siècle, durant l’Occupation les Allemands vont se servir du bâtiment comme lieu de détention. 
Tout comme pour la prison d’Arras, il s’agit également d’un choix pratique du fait de la présence de cellules. Cependant, la prison est un exemple de bâtiment accueillant uniquement des prisonniers allemands, certainement des résistants qui doivent y être interrogés. 
Même si l’édifice est blotti en plein cœur de la ville, dans ses hauteurs, il reste quasi invisible du fait du parc qui l’entoure mais aussi du nouveau rempart de protection avec les maisons qui ont, au fur et à mesure, remplacé les fossés de l’ancien château. Ainsi, il s’agit également d’un choix stratégique pour les Allemands qui utilisent alors un bâtiment déjà fonctionnel et à l’abri des regards. 
À la Libération, elle est récupérée cette fois-ci par la FFI, qui l’utilise aussi comme lieu de détention. 
Pour conclure sur l’histoire de l’édifice, il faut savoir que le bâtiment de l’ancienne prison, la motte castrale et son portail d’accès sont inscrits au titres des Monuments Historiques le 30 avril 2003. S’il est possible de visiter la motte castrale, la prison n’est, quant à elle, pas accessible au public, appartenant à un propriétaire privé.
On peut visiter les cachots grâce à cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=rKlgCatRG7E

Douai : des cachots derrière les murs d’une maison

Si la plupart du temps les Allemands choisissaient des centres de détention déjà existants, parfois ils s’installaient dans des lieux un peu moins « conventionnels » comme des maisons (peut-être pour une certaine discrétion). La région Nord-Pas-de-Calais ne fait pas exception, notamment la ville de Douai, qui, en 1940, voit la Gestapo installer son siège dans une maison banale du quai Joffre. 

A première vue, on ne peut se douter de ce que cachent les murs de ce bâtiment. Mais lorsque l’on arrive dans le jardin, que l’on descend des escaliers, on tombe nez à nez avec des portes de cachots numérotés. Derrière ces portes étaient alors emprisonnées des personnes attendant d’être interrogées par la Gestapo. 
C’est grâce à Grégory Célerse, qui a écrit La traque des résistants nordistes, que l’histoire de ce lieu a pu être mis en lumière. 
Propriété privée aujourd’hui, il est impossible de visiter ces cachots ; il s’agit d’un patrimoine « enfoui ». Cependant, ses nouveaux propriétaires ne souhaitent pas détruire ces vestiges de l’histoire, sauvegardant ainsi la mémoire du lieu. 
Pour avoir un petit aperçu des cachots, il est possible d’aller voir une vidéo sur ce lien : http://video-streaming.orange.fr/actu-politique/douai-a-la-decouverte-des-anciens-bureaux-de-la-gestapo_8733093.html
Par l’exemple de ces trois lieux, on se rend compte que les prisons ont eu un rôle important dans l’histoire de l’Occupation, installées dans des lieux différents. De plus, le dernier exemple de la maison de Douai reflète bien la pluralité du patrimoine carcéral qui peut se retrouver presque n’importe où.
Sources et références
CÉLERSE, Grégory, La traque des résistants nordistes, Éd. Les Lumières de Lille, 2011. 
FICHAUX, Jean-Claude, Les prisons d’Arras et les hommes, Éditions Nord Avril, Bouvignies, 2010. 
Pôle Archives Fonds Local 
Bibliothèque d’Agglomération de Saint-Omer