Les massacres de Septembre (du 2 au 6 ou au 7 septembre 1792 à Paris)

Les massacres de Septembre sont une suite d’exécutions sommaires qui se sont déroulées du 2 au 6 ou au 7 septembre 1792 à Paris. Des massacres semblables ont également eu lieu dans le reste de la France (à Orléans, à Meaux, à Reims ou à Versailles), mais avec moins de victimes sur une plus longue durée.

Ces exécutions s’inscrivent dans un contexte de panique des révolutionnaires, provoquée par l’invasion austro-prussienne, puis par des rumeurs d’un complot interne (« le complot des prisons ») ainsi que de l’éventualité d’une répression et de massacres perpétrés par des royalistes ou leurs alliés éventuels depuis le début de l’été 1792. Les massacreurs (les « septembriseurs ») vont dans les prisons de Paris et en tuent les occupants. Cette étape de la Révolution française fait probablement plus de 1 300 morts à Paris et 150 morts dans le reste de la France. Ces massacres sont un des sommets de violence révolutionnaire ; ils installent un climat oppressant, lequel joue sur les élections des députés à la Convention qui se déroulent à la même période, avec une participation d’environ 10 % des inscrits ; on dénote dans la capitale une forte progression des Montagnards, due surtout à la pression qu’exerce la Commune insurrectionnelle sur les candidats qui ne font pas partie de ses fervents partisans.

Au cœur de l’histoire, sur Europe 1

« Les massacres de Septembre », émission du 3 février 2016

Franck FERRAND recevait Guillaume MAZEAU, maître de conférences à l’Institut d’Histoire de la Révolution Française (Université Paris I – Panthéon Sorbonne).

Pour en savoir plus écouter le document sonore Au cœur de l’Histoire

Septembre 1792 : Logiques d’un massacre Broché – 21 février 1992

  • Éditeur : Robert Laffont (21 février 1992)
  • Collection : Les hommes et l’histoire

 

ozoufMassacres de Septembre : qui est responsable ?

A Paris, du 2 au 6 septembre 1792, les prisons sont investies par des sans-culottes qui massacrent près de 1 200 détenus. Faut-il n’y voir que spontanéité populaire égarée ? La polémique n’a jamais cessé.

De la place Dauphine à la prison de l’Abbaye : c’est un très bref trajet au coeur du vieux Paris. Mais, ce 2 septembre 1792, les voitures chargées de prisonniers ont un parcours difficile, coupé de nombreux arrêts. Les détenus – parmi lesquels de nombreux prêtres réfractaires* – sont injuriés, menacés, molestés. Ainsi au carrefour Buci, où s’est formé, autour de l’estrade où s’enrôlent les volontaires, un attroupement agité, qui bruit d’une rumeur désastreuse : la prise de Verdun par les armées prussiennes.

Attroupés et badauds suivent les voitures jusqu’au jardin de l’Abbaye. Quand les prisonniers en descendent, un geste, ou un cri, allez savoir, suffit à donner le signal du …

Enregistrer


Vous aimerez aussi...