L’exécution de Lacenaire (1836)

nativeLe 9 janvier 1836, Lacenaire est guillotiné en place publique. Son procès et son exécution vont fasciner l’opinion publique et en faire l’un des criminels les plus célèbres.

En 1825, Pierre François Lacenaire fait le choix d’abandonner une carrière d’avoué et commence une vie de bohème. Il s’engage sous un faux nom dans un régiment suisse puis déserte, devient commis-voyageur en 1827 et commet plusieurs faux avant de s’enfuir à Genève puis en Italie. Installé à Paris en 1829, il tue en duel le neveu de Benjamin Constant (icono 3). Condamné à un an de prison, il fait la connaissance de plusieurs brigands, comme Victor Avril, et fait ses « universités du crime » en prison, y apprenant l’argot. Libéré en 1830, il commet plusieurs larcins avant de s’installer comme écrivain ambulant en 1833. Durant des mois, il alterne les crimes et les séjours en prison.

En 1834, il retrouve des anciens codétenus, Bâton et Avril, avec qui il tente de détrousser un garçon de recettes (30 septembre 1834), un encaisseur (14 novembre 1834) et  un garçon de caisse (25 novembre 1834). Le 14 décembre 1834, il assassine froidement Chardon et sa mère, avec la complicité d’Avril (icono 4). Après cet assassinat, il commet plusieurs vols, notamment avec Hippolyte François. Il est arrêté le 2 février 1835 à Beaune pour escroquerie et transféré à La Force le 18 avril 1835. Trahi par ses complices, il finit par avouer. Il est agressé par un groupe de prisonniers à l’instigation d’Hippolyte François le 27 juillet 1835 (icono 5, Le Journal des débats, 15 novembre 1835)

Pour en savoir plus voir le billet publié par Vincent Cuvilliers sur le site retronews.


Vous aimerez aussi...