Albert Spaggiari et le casse du siècle

À Nice, le 18 juillet 1976, Albert Spaggiari et son équipe réalisent le casse du siècle. Sur les murs, ils laissent une signature : « Ni armes, ni violence et sans haine » (Image à la une : Albert Spaggiari, entouré de policiers et de son avocat Maître Peyrat, arrive le 30 octobre 1976 à la Société Générale de Nice, lieu du hold up dont il est le cerveau, pour un transport de justice demandé par le juge d’instruction Richard Bouazis. Albert Spaggiari, âgé de 40 ans et considéré comme le cerveau du gang des égoutiers, s’évadera du cabinet du juge d’instruction le 10 mars 1977. AFP PHOTO / AFP PHOTO)

 Après des semaines de préparation ils pénètrent dans la salle des coffres de la Société Générale en passant par les égouts. Le gang passera deux jours à l’intérieur de la banque et repartira avec un butin de plus de 46 millions de francs ainsi que de nombreux bijoux et objets précieux. Sur les murs de la salle des coffres ils laissent une signature à la craie : « Ni armes, ni violence et sans haine ».

Pour en savoir plus voir le billet publié le 22 septembre 2016 sur le site de l’émission de Jacques Pradel sur RTL L’heure du crime


Vous aimerez aussi...