Braves cagots maudits pendant 800 ans

9782708959033fsParution du livre le 29 mars 2012 – Il a touché le Livre ! Il a touché le Livre ! La grosse paysanne s’est brusquement mise à hurler comme une folle, en se griffant le visage. – Le cagot a touché le Livre ! a repris une autre en se signant frénétiquement, les yeux au ciel ». Au XVIIe siècle, comme tous les cagots, qui vivent en véritables parias sur les terres du pays d’Oc, Jean subit l’opprobre et l’humiliation dans son village près de Toulouse.

D’où vient cette malédiction jetée par on ne sait qui, et pourquoi sur une communauté qui n’est ni une minorité ethnique ni une faction religieuse ? Avec ses frères cagots du Sud-Ouest et d’Espagne, les agates, il ira jusqu’au roi Louis XIV. Celui-ci, pour la première fois dans l’histoire de France, tentera de lever un interdit qui, dans les faits, ne disparaîtra qu’au milieu du XIXe siècle. Jean-Jacques Rouch, sensible au thème toujours actuel de l’exclusion, aborde cette destinée méconnue et pourtant historique des cagots par la voix d’un jeune juge du parlement de Toulouse.

Longtemps journaliste à La Dépêche du Midi, Jean-Jacques Rouch a reçu en 2002 le prix de l’Académie du Languedoc et celui de Mémoire d’Oc, et en 2010 le grand prix de la Ville de Toulouse ainsi que le prix des Jeux floraux.

cagots-arreauRéfugiés dans les montagnes des Pyrénées, les cagots ont vécu comme des parias pendant des siècles. Peuple maudit, on l’accusait de tous les maux et de porter la peste.

Ils s’appelaient cagots dans les Hautes-Pyrénées, capots en Ariège, gahetz, gafets, agotas, gaouès, ladres… ailleurs. Leur particularité ? Ou plutôt leur malédiction ? Appartenir à une race qui les excluait par la naissance de la société. Plus considérés comme des bêtes que comme des hommes, ces cagots vivaient à l’écart, dans leur cagoterie. Et cela dès 1300 jusqu’au début du XXe siècle. Où ? Dans les vallées des Nestes, des Gaves des Hautes-Pyrénées, dans le Luchonais, l’Ariège, le Bearn, le Pays basque… Sensible à ce thème de l’exclusion, Jean-Jacques Rouch, longtemps journaliste à «La Dépêche du Midi» a choisi d’aborder cette destinée méconnue et pourtant historique des cagots par la voix d’un jeune juge du parlement de Toulouse. Son roman s’intitule «Jean Le Cagot. Maudit en terre d’Oc» –  (Sophie Vigroux -Publié le 16/09/2012 – Ces braves cagots ont été maudits pendant 800 ans- extrait de La Dépêche ).

Image à la une : Une sculpture de cagot à l’entrée du Musée d’Arreau, réalisée par Eric Vala. A droite, un portrait type de cagots./photo DR. Les cagots avaient leurs bénitiers dans les églises pour éviter qu’ils ne se mélangent au reste de la population. A droite, le mus. 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search