Justice et prison pénale à l’Ile de la Réunion

L’histoire de la justice pénale, et plus particulièrement celle de la « prison pénale », pour reprendre l’expression de l’historien Jacques-Guy Petit, dans les anciennes colonies françaises reste encore en construction. En dépit de la récente publication de quelques articles ou ouvrages qui ouvrent des pistes de réflexions prometteuses, on compte encore trop peu de travaux consistants sur cette question. La situation est d’autant plus singulière que certaines de ces anciennes colonies, constituées aujourd’hui en départements, territoires ou collectivités d’outre-mer de la République française, possèdent une longue tradition judiciaire et pénitentiaire.

Contrairement à une idée reçue, les colonies françaises ne se sont pas limitées uniquement à l’application de peines corporelles ou capitales. Il est vrai que dans l’océan Indien, l’édit « concernant les esclaves nègres des isles de France et de Bourbon » publié en novembre 1723, triste avatar du code noir de 1685 enregistré dans les Caraïbes, s’appuyait sur des châtiments particulièrement barbares, telle la peine de l’oreille ou du jarret coupés. Une loi inique et cruelle qui fut appliquée, non sans quelques replâtrages, à l’île Bourbon (l’île de France ayant été cédée à l’Angleterre en 1815) jusqu’en 1848 ! Au gré des événements, les colons ont fait même souvent preuve d’une cruauté extravagante en condamnant les esclaves coupables d’insurrection à la peine de volée de canon !

Cependant, et ce dès l’Ancien Régime, le système judiciaire colonial fut peu à peu rénové par les régimes politiques successifs. Notons pour l’exemple que le règlement local du 4 mai 1775, adopté par le chevalier de Ternay, gouverneur des Mascareignes, substitue à la peine de mort pour une troisième récidive de marronnage la peine de la chaîne, peine privative de liberté renforcée par un travail forcé, à temps ou à perpétuité. Comme en métropole, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les privations de liberté s’imposent peu à peu comme un modèle en matière de sanction pénale. Ainsi, en 1839, sur 84 inculpés, les deux cours d’assises de l’île Bourbon ont prononcé une seule condamnation à mort contre 64 à des peines privatives de liberté. La publication en filigrane d’un rigoureux arrêté sur l’organisation des prisons de l’île Bourbon, le 10 avril 1848, par le Gouverneur Joseph Graeb, illustre la priorité accordée désormais à la prison pénale […]. Lire la suite

Carcer sous les tropiques. La prison pénale à l’île Bourbon (la Réunion) sous la monarchie de Juillet

« Ils sortiront des hommes ». Les enfants du pénitencier de l’Ilet à Guillaume (île de la Réunion) 1864-1879

Ces deux articles de Bruno Maillard à lire sur Criminocorpus. La mise en ligne de ces articles s’inscrit dans la réédition d’une sélection de textes issus de la revue “Histoire pénitentiaire” dirigée par Christian Carlier, et éditée depuis juin 2004 par la direction de l’administration pénitentiaire.


Vous aimerez aussi...