27 septembre 1748 : ordonnance de Louis XV abolissant l’institution des galères

Les galères, dont l’origine est fort ancienne, étaient des bâtiments de mer en usage pendant l’enfance de la navigation. Leur structure particulière, leur forme étroite et allongée ne permettaient pas de les diriger à la voile. Disposés sur deux rangs, les rameurs occupaient le centre ; les combattants et l’artillerie se plaçaient aux extrémités. Comme instruments de punition, les galères nous ont été léguées par la barbarie.

Tandis que les anciens y enchaînaient leurs esclaves, les peuples modernes y enchaînaient les criminels, qui y demeuraient jusqu’à expiration de leur peine : de là vient le nom de Galériens ou Forçats. Charles IV (1322-1328) paraît être le premier roi de France qui ait possédé des galères, mais ce fut seulement dans la seconde moitié du XVe siècle que ces bâtiments commencèrent à former une partie importante de notre marine. Les guerres d’Italie leur firent jouer un grand rôle.

Leur nombre s’éleva jusqu’à 40 ou 42 au commencement du règne de Charles IX (1560-1574) ; mais ce chiffre, le plus élevé qui eût encore été atteint, et qui semble n’avoir jamais été dépassé, ne tarda pas à décroître par suite de la pénurie où se trouvèrent les finances de l’État pendant les guerres civiles. Il descendit à 8 ou 9, et, après être remonté à 22 au milieu du XVIIe siècle, et être descendu à 2, il s’éleva de nouveau jusqu’à 40 au commencement du XVIIIe siècle…

(D’après « Dictionnaire historique de la France »
(par Ludovic Lalanne) paru en 1873,
« Annuaire de Brest et du Finistère pour 1837 » paru en 1837
et « Histoire maritime de France » par Léon Guérin (Tome 2) édition de 1844)

Image à la une : La Patronne : galère française du XVIIe siècle de 28 à 30 bancs. Gravure de Claude Randon (1690)

Pour en savoir plus voir le billet publié sur le site France pittoresque


Vous aimerez aussi...