La prison éphémère des Claristes de Bourg- en- Bresse

Le passage du palais de justice et l’entrée de l’ancien couvent des Claristes, au début du XIX e siècle. Document ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L’AIN

Le passage du palais de justice et l’entrée de l’ancien couvent des Claristes, au début du XIX e siècle. Document ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L’AIN

La ville de Bourg comptait jadis plusieurs couvents, dont celui des sœurs de Sainte-Claire ou Claristes. Cette institution religieuse est très ancienne. La première pierre de la chapelle, qui se situait juste derrière l’actuel palais de justice, a été posée par Charles de Savoie, en 1484. Mais les événements révolutionnaires sont venus tout bouleverser. Les vingt religieuses qui se trouvaient là, en 1791, ont dû quitter les lieux, non sans avoir fermé les bâtiments, condamné la chapelle et remis les clés aux officiers de la Ville. Le couvent des Claristes devient bâtiment national. À ce titre, il aurait pu être vendu au profit de la Nation. Mais en 1793, Rostaing, commissaire des guerres, demande qu’on le transforme en hôpital militaire et qu’on y transfère, depuis Lyon, les soldats atteints de maladies vénériennes et de gale.

Mais en octobre 1793, la Révolution se durcit. Les sans-culottes procèdent à des vagues d’arrestations. Tous les fédéralistes, partisans de l’ancien régime, en un mot tous ceux qui sont -même à peine- soupçonnés de ne pas partager les idées révolutionnaires, sont incarcérés…

Pour en savoir plus voir le billet publié le 8 mai 2016 sur le site le progrès