Les archives, l’histoire et les dangers du marché

En 2008, un scandale éclate au musée de la Résistance bretonne à Saint-Marcel. Un employé est interpellé après volé une soixantaine d’objets (dont plusieurs insignes du Special Air Service, un casque, un drapeau, une crosse de fusil…) qu’il remplaçait subtilement par de fidèles copies. La vente des originaux sur le marché des collectionneurs lui permettait de réaliser une belle plus-value. N’importe quel amoureux d’histoire est immédiatement pris de dégoût lorsqu’il découvre ce type d’agissement. Malheureusement le cas de Saint-Marcel n’est pas isolé. En effet, ces souvenirs historiques ont « acquis une dimension nouvelle au point de devenir objets de commerce et de spéculation », réalité à laquelle n’échappe par les archives1. Sans confronter stérilement les collectionneurs et les historiens, il convient néanmoins de s’inquiéter du danger que constituent ces ventes pour la recherche scientifique… (Image à la une : Le musée de la Résistance bretonne de Saint-Marcel, dans le Morbihan (carte postale datant des années 1980). Collection particulière).

Pour en savoir plus voir le billet publié par Yves-Marie EVANNO sur le site en envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…

 


Vous aimerez aussi...