« Guerre » de Vladimir Kozlov : un portrait de la jeunesse désœuvrée des petites villes russes

9782358871389Parution du livre en octobre 2016 – S’inspirant de la révolte armée survenue en 2010 en Sibérie, Kozlov raconte la formation d’un groupe de jeunes anarchistes dans une ville de province russe, rongée par la corruption, pillée par les « gangsters en uniforme ». C’est sous l’égide d’un truand rangé des voitures, mais professionnel de la violence, que quelques étudiants, filles et garçons, un ancien de la guerre en Tchétchénie, un musicien de rock, vont se rassembler pour mettre un terme aux exactions de la police, qui couvrent les abus de pouvoir en tous genres de l’administration locale, laquelle les protège en retour. Et, avec quelques attentats retentissants, tout en préservant une clandestinité quasi-impeccable, les jeunes gens vont mettre à jour toute la structure corrompue et spoliatrice de la région. Quoique inspiré par les groupes terroristes européens des années 1970, ils ont des buts bien plus limités : en finir avec l’arbitraire total.

Une succession de séquences rapides nous offre trois points de vue principaux, celui de la police, celui des « terroristes », celui d’un journaliste honnête et désabusé, couvrant aussi bien ces événements que le cadre qui les entoure, notamment la mairie bureaucratique, son clientélisme et ses passe-droits. L’intervention sanglante d’une commune rurale fondée par un illuminé attirant de jeunes citadins à la dérive, et le meurtre absurde d’un journaliste par deux flics saouls vont porter la tension à son point culminant, et nous livrent la clé de toute la situation.

Vladimir Kozlov, « étoile montante de la littérature moscovite », selon la romancière franco-russe Kira Sapguir est l’auteur d’une douzaine de romans, d’un documentaire primé sur le punk-rock sibérien, et de trois films de fiction tirés de ses nouvelles. D’origine biélorusse, âgé d’une quarantaine d’années il a grandi à Moguilev pendant la pérestroïka, ses romans lui ont valu le titre « d’archéologue des soviets ».

Avec la transposition romanesque de faits divers ayant défrayé la chronique. Kozlov, à sa façon laconique, sèche, cinématographique et digne de Dashiell Hammett, nous offre un polaroïd saisissant de la Russie d’aujourd’hui à travers le destin d’un groupe de jeunes « casseurs » anarchistes.

traduit du russe par Thierry Marignac

Une vidéo d’appui sur rtbf.be