La maison d’arrêt de Béziers par Camille Lemarchand

La ville de Béziers se trouve dans le Sud de la France sur les plaines héraultaises et dominant à l’Est l’Orb. Ce site pittoresque accueille, dans son quartier médiéval, un immeuble en T. C’est l’histoire de cette bâtisse que je vais présenter.

Source : apittera

Histoire de la maison d’arrêt

Avant d’avoir une maison d’arrêt, la ville de Béziers avait une petite prison appelée «Malapague » qui signifiait mauvais payeur, construite vraisemblablement au XIIème siècle. Ce centre était une petite prison malsaine et sans décoration où régnait une promiscuité entre les détenus. Il faut dire qu’il n’y avait aucune classification entre les diverses catégories sociales. En même temps, on y retrouvait surtout des personnes pauvres ayant volé. La particularité de ce lieu est la présence de deux salles réservées à la gente féminine. 
Cette petite prison traverse le temps en connaissant quelques modifications sans grande importance. Cependant, avec l’apparition de textes législatifs instaurant une distinction entre maisons d’arrêt et maison centrale, la ville de Béziers prend conscience de l’importance d’avoir un établissement plus spacieux et plus sûr pour la population environnante. C’est alors que le projet de construire un nouveau centre pénitencier voit le jour. 
Pour cela, le 19 Août 1843, la famille Marc (grand propriétaire de Béziers) propose à la vente un terrain d’une surface de 3200m² afin de construire cette nouvelle prison. Cet espace se situe prés de l’ancien évêché où étaient implantés des immeubles. 
Un concours d’architectes voit le jour. Celui qui va être chargé de la réalisation de ce centre est l’architecte départemental ALRIC et de son adjoint GINIES. Ils présentent le 7 Septembre 1846 un plan de cet établissement. Cependant, par faute de subvention, le projet de la maison d’arrêt reste en suspens. 
La Révolution de 1848 va accélérer l’élaboration de cet établissement. A cette époque, les prisons de l’Hérault et les bagnes de France (Toulon, Brest, Rochefort) sont surpeuplés. Malgré une certaine réticence de la municipalité, l’acte de vente pour le terrain est signé en 1850. Comme le souhaite la législation, la conception d’une maison d’arrêt avec isolement cellulaire est à la charge exclusive du département, c’est alors que le Conseil Municipal vote un budget de 10 000 Francs et le Conseil Général vote un budget de 47 500 Francs pour la réalisation de ce centre pénitencier. En ce qui concerne le devis de construction, il est accepté par le Ministre de l’intérieur, de l’agriculture et du commerce. 
Le chantier se compose de plusieurs corps de métiers. On retrouve : 
– Un entrepreneur Jean MILBIE,
– Un serrurier Louis GAUD,
– Un couvreur MAJORY,
– Un menuisier BIROT,
– Un charpentier FESQUET. 
La démolition des vieux bâtiments qui se trouvaient sur le terrain de la famille Marc commence en décembre 1850 et la construction des locaux se termine en 1857. Cependant, elle est vraiment utilisée par le personnel et les détenus qu’à partir de 1867. De plus, de nouveaux travaux d’agrandissement auront lieu jusqu’en 1880. 
Ce petit centre carcéral traverse les époques sans connaitre vraiment une popularité. 
Au début, elle est une maison d’arrêt de sous préfecture mais elle gagna en grandeur au XXe siècle en 1939 grâce à la guillotine. En effet, par un décret-loi du 24 Juin 1939, la prison de Béziers accueillit la guillotine pour les trois départements du Languedoc-Roussillon (Hérault, Aude et Pyrénées-Orientales). Cela permet de donner à cette maison d’arrêt une reconnaissance en France. 
La dernière exécution a eu lieu le 1er Décembre 1949. Ce fût l’exécution de deux jeunes garçons de 29 ans René-Antoine Fournial et Elie Hubert Véves.

René-Antoine Fournial et Elie Hubert Véves 
Source : Guillotine

Ces deux hommes avaient tué le docteur Marius Bonneton (âgée de 25 ans) pour le voler en l’entrainant dans un « guet-apens ». Ils ont enfoncé le visage du jeune médecin dans un étang. Cette affaire fît la une des journaux locaux et nationaux. En effet, le journal Détective traita ce sujet dans le n°116 du 14/09/1948. Pour avoir d’avantages d’informations sur cette affaire Gisèle VIGOUROUX a traité le sujet dans son livre Les grandes affaires criminelles de l’Hérault
Malgré son histoire, cette maison d’arrêt ferme ces portes en 2009 pour laisse place à un plus grand centre pénitencier privé à une dizaine de kilomètres de Montpellier. Ce nouveau lieu permet de désengorger les prisons de la région. La maison d’arrêt de Béziers est fermée pour des raisons sanitaires car le confort devenait rudimentaire et insalubre. En effet, il faut savoir que les cellules ne faisaient que 10-12 m² pour environ quatre détenus.

  

Description de la maison d’arrêt

Vue de la partie haute de la ville de Béziers 
Source : Midi vacance

Sur la partie haute de la ville, la maison d’arrêt surplombe Béziers. Elle se trouve sur la place des albigeois, dans le quartier médiéval, ce bâtiment/immeuble en forme de T se juxtapose à la cathédrale. Ce lieu se fond dans le paysage parce qu’il épouse la colline grâce à la création d’un chemin de ronde.

La maison d’arrêt et la cathédrale Saint-Nazaire 
Source : Guillautine

Cette prison se compose de plusieurs niveaux et était de type cellulaire pour une superficie globale d’environ 2 500m². La superficie du lieu est petite mais il faut dire que le rôle d’une maison d’arrêt est d’accueillir généralement des prévenus en attente de jugement, des condamnés en attente d’affectation ou des détenus dont la peine restant à encourir est inférieure à une certaine période c’est-à-dire inférieure à un an.


Vue en hauteur de la maison d’arrêt de Béziers. 
Source : le point.fr

Selon le plan de l’architecte départemental ALRIC, la maison d’arrêt se divise en plusieurs niveaux : 
– Au rez-de-chaussée on retrouve 18 cellules entourées de préaux, de la cave et du dépôt des effets des détenus. De plus, à cette époque il était prévu deux lits de camps et une prison pour passagers et vagabonds. 
– Au premier étage se trouve 20 cellules, la sacristie, le parloir, la salle réservée à l’hygiène, le magasin et le dépôt comestibles. 
Ces deux parties se trouvent sous terre 
– Le deuxième étage est au même niveau que l’entrée de la prison. Il y a la présence de 18 cellules mais aussi les salles réservées à la justice c’est-à-dire la chambre des avocats et du greffier. Dans cette partie de l’établissement on retrouve le vestibule, l’administration et les cuisines. 
– Le dernier étage est composé de deux combles, d’une grande salle pour les détenus, le logement du gardien chef et la salle de la commission.

Une des cellules de la maison d’arrêt 
Source : Midi Libre

Depuis cette organisation, beaucoup de modifications visant à améliorer les conditions de détentions au niveau de l’hygiène et de l’éducation sont apportées. 
En ce qui concerne la classification des détenus, les jeunes de moins de 21 ans étaient séparés des autres sauf pour la scolarité. Dans cet établissement, des activités éducatives avaient lieu avec la présence 20 heures par semaines de deux instituteurs. 
Au départ, le mode de surveillance de cette maison d’arrêt était l’isolement. Cependant, à cause de la surpopulation ce principe s’attenue progressivement. Ce centre comportait 48 places de détentions. Cependant avec l’augmentation des délits, la maison d’arrêt a augmenté sa capacité d’emprisonnement en passant à plus de 106 places. Il faut dire que sur une année, il pouvait y avoir entre 200 et 300 entrées. 

L’administration de la maison d’arrêt

Ce centre pénitencier se composait de plusieurs personnes comme : 
– Un chef de maison d’arrêt qui devait être présent 24h/24 dans l’établissement. C’est pour cela qu’un logement était prévu. 
– Ce dernier est entouré d’un adjoint que l’on appelle le surveillant chef. Son rôle est la discipline, la détention. 
– Il y a deux premiers surveillants. 
– Seize surveillants qui travaillent continuellement le jour et la nuit pour garantir l’ordre et la discipline. 
Il y a aussi des métiers annexes comme l’assistante sociale, le médecin généraliste qui avait une fonction médicale ainsi qu’une fonction pénitentiaire et le psychiatre qui réalisait une expertise médico-psychologique, il donnait des avis à la commission de remise des peines, de libération conditionnelle et réalisait des consultations d’hygiène mentale. 

Qui se trouvait dans ce lieu ? 

L’étude de Jean-Marie VALETTE, effectué dans cet établissement d’Avril 1976 à Mars 1977, montre qu’elle est composée exclusivement d’hommes. A cette époque, les détenus étaient âgés de 14 ans à plus de 50 ans dont 46.5% était âgés de 21 à 30 ans. 
L’origine des délits étaient des atteintes aux biens (vols, violation de domicile, faux), des atteintes aux mœurs (stupéfiants, proxénétisme, atteinte à la pudeur) et des atteintes aux personnes (coups et blessures, détention d’armes, outrage à agent ou à magistrat). 

Que devient-elle ?

Depuis 2009, l’ancienne maison d’arrêt reste dans son « jus », complètement à l’abandon. Une réflexion est en cours sur le devenir de cet édifice (musée, hôtel, logement,…). Depuis 2012, une société privée a racheté cette maison d’arrêt à l’Etat (Ministère de la Justice). Selon le site de l’entreprise SOVAFIM (Société de valorisation Foncière et Immobilière), cela a été possible grâce à un portefeuille comprenant d’anciens établissement ou terrains pénitentiaires. 
En attendant de savoir le devenir de ce lieu, une visite guidée est organisée dans le cadre des journées du patrimoine. C’est une façon comme une autre de faire revivre ce lieu, de le faire rayonner et de faire connaitre davantage son histoire à la population. Cette visite connait un grand succès, c’est pour cela que la municipalité a décidé de réitérer cette expérience. Pour avoir plus d’informations, je vous conseille la lecture d’un article « Un week-end dans les cellules de l’ancienne prison » dans le journal Midi libre. Cet article explique cette visite et une vidéo montre l’intérieur de la maison d’arrêt. 
Cette maison d’arrêt restera gravée à jamais dans les esprits parce qu’elle a été le lieu de tournage du film de Roschdy Zem « Omar m’a tué ». En effet, les passages en milieu carcéral on été tourné à l’intérieur de cette prison. Le tournage fut possible parce que les détenus avaient quitté la prison six mois auparavant. De plus, lors d’une interview dans le journal 20 minutes, Roschdy Zem confie qu’il a choisit cette maison d’arrêt car « cela a permis de tourner au naturel parce que l’atmosphère était très porteur. C’est une prison étroite avec du vécu ». Cela permet de garder une trace de ce qu’était la maison d’arrêt avant de devenir autre chose. 
Bibliographie :
– SABATIER Ernest, Histoire de la ville et des évêques de Béziers, Dumoulin, 1854 (livre numérique google) 
– VALETTE Jean-Marie, « Essai de compréhension de l’univers carcéral. A partir d’une étude effectuée à la maison d’arrêt de Béziers », Thèse de doctorat en Médecine, Montpellier, Faculté de Médecine de Montpellier, 1977,86p 
– Anonyme, « De l’art de bien couper. Le site de la guillotine», sur guillotine.net.