Clairvaux et ses colonies agricoles d’enfants

Maison centrale de Clairvaux

« Clairvaux nous semble merveilleusement placé pour être la plus belle colonie agricole et pénitentiaire de France. » Tels sont les mots employés par Lucas, directeur de la maison centrale de Clairvaux et ancien directeur de Fontevrault, devant la commission de surveillance des jeunes détenus le 20 octobre 1850. Clairvaux est en effet devenu à cette date le plus grand établissement pénitentiaire de France et offre un large espace exploitable au sein de l’établissement mais aussi à l’extérieur des murs. Abbaye créée par Bernard de Fontaine (le grand saint Bernard) entre 1115 et 1135, Clairvaux avait été une véritable puissance agricole du XIIe siècle à 1789. À la Révolution, l’abbaye fut fermée, vendue comme bien national et transformée dans l’indifférence générale en ateliers (verrerie, papeterie, etc.). Le 27 août 1808, l’État rachète Clairvaux et Napoléon décide d’y installer une prison. Dès 1819, on compte 1 456 détenus. En 1858, la population de la maison centrale s’élève à 2 700 prisonniers dont 555 enfants. Le personnel est alors composé de 67 gardiens, 16 sœurs, un directeur, 2 inspecteurs, 3 aumôniers, 2 médecins et de 220 soldats postés à l’extérieur pour empêcher les évasions.
Au-delà de ces données quantitatives, quelques grandes affaires avaient, sous la monarchie de Juillet, fait connaître Clairvaux comme un lieu d’enfermement particulièrement dur. Plus que la lamentable affaire de Claude Gueux, dont Victor Hugo a tiré un des plus beaux livres jamais écrits sur la prison, on rappellera ici le scandale survenu en avril et mai 1847, quand pas moins de 117 détenus sur les 1 968 qu’enfermait alors l’établissement décédèrent de froid ou (et) de faim, du fait des malversations commises par les entrepreneurs généraux, avec la complicité du directeur Marquet-Vasselot. Cette année-là, les enfants enfermés à Clairvaux « étaient laissés nus faute de vêtements ».

C’est dans ce contexte pénitentiaire local que vont apparaître les colonies pénitentiaires de Clairvaux […]

Lire la suite de cet article de Jean-Baptiste Peyrat sur Criminocorpus



Citer ce billet
Marc Renneville (2010, 16 juin). Clairvaux et ses colonies agricoles d’enfants. Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncym

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search