En finir avec les bidonvilles

Le sujet de ce film de 50 mn porte sur le livre de Marie-Claude Blanc-Chaléard « en finir avec les bidonvilles », paru en 2016 aux Publications de la Sorbonne. L’historienne y développe l’histoire de la résorption de ces bidonvilles dans les années 1960-1970, en inscrivant son récit sur un temps plus long, celui du XXe et XXe siècle. Production : CHS – Réalisation : Jeanne Menjoulet

Outre l’auteur de l’ouvrage, on retrouve aussi dans ce film des extraits du film de Marcel Trillat et Frédéric Variot, « étranges étrangers » (1970) où ont été filmés et interviewés des habitants des bidonvilles et des foyers-taudis, ainsi que des acteurs sur le terrain ou responsables politiques (notamment André Karman, maire PCF d’Aubervilliers).

La militante et intellectuelle Monique Hervo, présente dans le bidonville de la Folie à Nanterre de 1959 à 1972, raconte aussi, en quelques mots dans ce film du CHS, ses souvenirs, notamment ceux de la manifestation du 17 octobre 1961 où elle partit à la manifestation, au départ du bidonville de la Folie. Monique Hervo participa dix ans plus tard à la fondation du Gisti (groupe d’information et de soutien aux travailleurs immigrés) au sein duquel elle militera jusqu’en 1977 parallèlement à son travail de permanente à la Cimade. Monique Hervo décrit aussi brièvement dans le film du CHS les « cités de transit ».

De nombreux extraits de films et des photographies appartenant aux archives de ATD Quart monde apportent une image « humaniste » aux propos de l’historienne.

Des photographies de Jean Pottier, Claude Dityvon, Walter Weiss, Marcelle Vallet, du courant photographique humaniste apparaissent aussi – de façon incontournable – dans ce film (outre les clichés de Monique Hervo).

Remerciements aussi à la BDIC, aux archives départementales de Seine-Saint-Denis, aux archives de la ville de Champigny et aux archives de la ville de Villetaneuses pour l’accès à leurs archives photographiques et de presse. Production vidéo CHS (Centre d’Histoire Sociale) Jeann

Pour en savoir plus visionner le document youtube.- En finir avec les bidonvilles

28405100598880lParution du livre le 24 mars 2016 – La résorption des bidonvilles est l’une des grandes questions sociales de la France des années 1960-1970. Question urbaine, à l’heure où se façonnent les banlieues modernes et où s’estompe la crise du logement. Question d’immigration aussi, les bidonvilles étant à 80 % peuplés par les travailleurs immigrés qu’attire la croissance des Trente Glorieuses. Les premiers viennent d’Algérie, et c’est dans l’urgence de la décolonisation qu’est lancé, par l’État, le premier plan de résorption et de relogement en 1959. D’autres suivent, longtemps impuissants à enrayer l’« épidémie », mais finissant par en venir à bout dans un climat de scandale national. Cette politique n’a jamais été étudiée. Du « temps de Nanterre », phase coloniale ciblant les bidonvilles algériens, au « temps de Champigny », où se croisent enjeux humanitaires et urbanistiques, ce livre propose de suivre le cas emblématique de la région parisienne, au fil de deux décennies de résistances et d’enlisement, mais aussi de colère et d’engagements.

Le climat politisé d’après-Mai 68 impose finalement d’« en finir avec les bidonvilles », selon les termes du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas. Derrière le volontarisme de l’action publique dans le domaine de l’habitat insalubre et précaire et l’émergence d’un mouvement associatif en soutien aux immigrés, le principal enjeu demeure la place faite aux immigrés dans la société urbaine contemporaine. Cette histoire interroge le devenir des ségrégations et permet de comprendre comment les questions d’habitat et de logement, encore peu sensibles avant-guerre, sont devenues décisives dans l’émergence d’un nouveau « problème de l’immigration » au cours des années 1970.

blancNée en 1949 à Fresnes (Val de Marne), Marie-Claude Blanc-Chaléard est une historienne venue de la géographie. Elle est spécialiste de l’histoire de l’immigration. Sa thèse, soutenue en 1995 sous la direction de Pierre Milza (IEP Paris) portait sur l’intégration des Italiens en région parisienne, entre les années 1880 et 1960. Ce point de départ a orienté doublement les recherches ultérieures. Celles-ci sont centrées sur les questions d’intégration, avec le souci de comparaisons dans la durée. Cela implique des investigations dans le second vingtième siècle et conduit à sortir du cas italien, exemplaire pour le passé, mais hors de propos après 1960. Le « Repères » paru en 2000, Histoire de l’immigration, répondait à ce souci. Par ailleurs, la thèse s’intéressait au cadre spécifique de la région parisienne : le croisement entre intégration des immigrés et histoire sociale urbaine constitue l’autre horizon des recherches en cours. Celles-ci portent sur l’éradication des bidonvilles en région parisienne, pendant les trente glorieuses. L’objectif est celui d’une histoire sociale centrée sur les immigrés, leur logement et la croissance urbaine, mais elle rencontre nécessairement l’histoire des politiques publiques. Les recherches sur l’immigration italienne se poursuivent dans le cadre collectif du CEDEI (lien). Un colloque sur les Italiens en France depuis 1945 vient d’être publié et un autre est en préparation sur les « petites Italie » dans le monde. Les recherches sur les bidonvilles s’inscrivent dans les champs de recherche définis par le CHS XXe siècle, celui des politiques publiques après 1945 (Claire Andrieu, Patrick Weil), celui de l’histoire urbaine des trente glorieuses (Annie Fourcaut).

Tout en poursuivant mes travaux sur l’histoire de la résorption des bidonvilles en région parisienne, je m’efforce de stimuler les recherches autour de la thématique villes-immigration. Des étudiants actuellement en thèse explorent les effets concrets de l’action publique à l’égard du logement immigré pendant les trente glorieuses. Le séminaire que je dirige en Master deuxième année, « Villes et migrations » interroge l’historiographie de cet objet qui, paradoxalement à l’heure de la médiatisation des banlieues « immigrées », peine à trouver sa place autant en histoire urbaine qu’en histoire des migrations. Par ailleurs, je demeure fortement impliquée dans tout ce qui concerne la diffusion de connaissances sur l’histoire de l’immigration. Je reste associée au projet de la Cité de l’Immigration, même si je n’y occupe plus de fonctions officielles et je tente de répondre aux nombreuses sollicitations institutionnelles, associatives et pédagogiques (conférences, articles, DVD du CRDP de Créteil).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search