Il faut tuer le roi. Complots et attentats contre le monarque en France du XVIe au XIXe siècle

Exposition présentée au Cabinet des Livres du château de Chantilly, du 12 mai au 16 août 2010.

Au cœur du Château de Chantilly, dans l’intimiste Cabinet des Livres, une exposition inédite plonge les visiteurs dans l’histoire aussi passionnante que mystérieuse d’un crime hors du commun. Jacques Clément et Henri III, Ravaillac et Henri IV, Damiens et Louis XV ou encore Fieschi et Louis Philippe… autant de « couples » légendaires formés par ces assassins et leur royales cibles. Ouvrages théoriques, archives d’époque, gravures et illustrations, pièces de procédures rendent compte de ces attentats qui ont marqué l’histoire de France.

C’est aussi une contribution originale à la célébration nationale du 400e anniversaire de l’assassinat d’Henri IV, figure auquel le musée Condé consacre en parallèle une exposition. « Il faut tuer le roi » est placée sous le patronage de Jean Clair de l’Académie Française, commissaire de l’exposition « Crime et châtiment » au musée d’Orsay.

A l’occasion du quatrième centenaire de l’assassinat d’Henri IV, le Domaine de Chantilly a voulu réinscrire le cas Ravaillac dans la lignée des fameux attentats visant le monarque en France, du XVIe au XIXe siècle.

Le régicide, qualifiant à la fois l’acte et son auteur, est en effet une constante de l’histoire de France. Les plus fameux d’entre eux sont Jacques Clément, Ravaillac, Damiens, Fieschi ou Caserio ; leurs célèbres victimes (frappées ou manquées) furent Henri III, Henri IV, Louis XV, Louis-Philippe et jusqu’à Sadi Carnot, illustrant la permanence du régicide en République. L’enquête s’appuie sur des ouvrages théoriques, des archives d’époque, des gravures et des objets tirés des fonds richissimes du Cabinet des livres. Elle éclaire les motivations : tyrannicide d’inspiration religieuse, tentatives de déstabilisation politique, atteintes contre la dynastie, ou bien encore geste fou et isolé de l’anarchiste. Elle expose les modes opératoires aussi diversifiés qu’imaginatifs : de la dague à la machine infernale. Elle raconte, enfin, les conséquences politiques et la destinée tragique des assassins eux-mêmes…

C’est un véritable panorama de la terreur sur les têtes couronnées qui fit dire au temps de Louis-Philippe, cible de multiples attentats : « Le roi est le seul gibier dont la chasse est ouverte toute l’année ». L’exposition évoquera également un fait peu connu, l’attentat dont le duc d’Aumale lui-même fut victime le 13 septembre 1841.

Des pièces rares et inédites sont livrées à la curiosité des visiteurs. Pièces émouvantes comme cette reliure constituée des cheveux du Roi d’Angleterre Charles Ier, décapité en 1649, les pièces du procès de Ravaillac, des gravures et des témoignages sur l’effroyable exécution de Damiens, le poignard de Louvel, assassin du duc de Berry en 1820, ou encore un écrit remarquable de Louis-Philippe sur le droit de grâce…

Pour en savoir plus, voir le site du Château de Chantilly



Citer ce billet
Marc Renneville (2010, 2 juillet). Il faut tuer le roi. Complots et attentats contre le monarque en France du XVIe au XIXe siècle. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncyp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search